Les gendarmes sont des vicieux

Pondu le 31 août 2007 - 8 commentaires

J’aurais pu mettre en titre les gendarmes sont des cons mais d’une je ne le pense pas, et de deux même pour moi qui adore les clichés je trouve que ça fait un peu trop.

Pourquoi donc cette affirmation sur nos hommes et femmes de la maréchaussée ? Hé bien figurez-vous que lorsque je suis parti en Bretagne je me suis fait flasher à la vitesse folle de 62km/h sur l’A85. Ouaip, 62km/h sur une autoroute, j’aurais dû savoir qu’au dessus de 30 km/h on était censé exploser d’après les théories de 1830.

L'instrument de répression dans toute sa splendeur

"C'est pour ton bien" - mention accompagnant le procès-verbal de l'infraction

Alors j’ai pas mal réfléchi au truc : le seul endroit où ça a pu se produire, c’est à la sortie provisoire de l’autoroute, c’est à dire une voie super large, à sens unique et où tout le monde va à la même vitesse. Mon dieu, l’inconscient que j’ai été de risquer la vie d’autrui en allant 10km/h au dessus la vitesse autorisée sur cette portion.

Autant je n’aurais rien trouvé à redire si ça avait été en agglomération, autant à cet endroit je ne vois pas quel but est recherché, à part aligner facilement les gens pour remplir les quotas et le porte-monnaie de l’Etat. Ouais je suis aigri là.

Je suis une blonde, vite je commente !


Invitation pour un duel au sommet

Pondu le 29 août 2007 - 7 commentaires

Monsieur, 

Vous, un énergumène qui prétendez être un cousin universel et qui êtes également l’auteur de Badablam.net avez dit dans un précédent commentaire que ce blog devenait un skyblog kikoo lol. C’est votre droit, mais je tiens à ce que vous sachiez que vous m’avez profondément blessé dans mon amour propre et mon ego démesuré1.

Je vous défie donc Monsieur Cousin (ou Badablam, puisque derrière ces ridicules pseudonymes se cache la même personne) en duel farouche dont voici les modalités :

  • Le choix des armes est aléatoire et pris dans la liste des dix produits ménagers les plus plébiscités par les ménagères de plus de 80kg.
  • Il est interdit de faire jouer un quelconque lien de parenté avec qui que ce soit pour influencer un jury crédule. En revanche toute liberté est laissée quand au choix des pots de vin pour l’achat des juges.
  • Les juges chargés d’arbitrer et de donner des bons et mauvais points ne doivent pas avoir une pointure de chaussure supérieure au 45 et inférieure au 12.
  • Il est strictement interdit de lancer des nains pendant l’échauffement. En revanche on peut tout à fait le faire pendant le duel.
  • Les deux participants doivent être vêtus d’une chemise à fleur et d’un collier fait en os de chameau.
  • En cas de défaillance de l’un des participants, celui-ci devra faire parvenir au plus tard 28 heures avant le début du duel un mot d’excuse de la maman de son choix.
  • Le vainqueur du duel sera décidé à pile ou face si le jour du duel est pair.
  • La date du duel sera fixée par un collège savant qui débattra de qui est le plus fort entre l’éléphant et le rhinocéros. Lorsqu’un verdict sera rendu par cette commission, le jour de naissance du capitaine sera soustrait à la réforme des bâtiments lutins, ce qui donnera une date entre le 10ème et le 12ème jour de septembre.
  • Quelque soit l’issue du duel, une vigogne sera sacrifiée en l’honneur des combattants, et un grand banquet final sera organisé où l’on brûlera les effigies du chanteur Dave.
  • Comme on le voit, ce règlement laisse plein de zones d’ombre qui pourront être exploitées par les participants. Le meilleur détournement de règlement sera récompensé par un séjour pour 4 à l’usine marémotrice de Hammerfest Strøm.

 Mon cher Badablam, j’espère par la présente note vous avoir sévèrement mouché. Vous y réfléchirez dorénavant à douze fois avant de m’attaquer gratuitement de la sorte.

 Vous crachant dessus,

Dric.


  1. A titre d’indication, mon ego est plus grand que l’état d’Alabama aux Etats-Unis et pourtant on y trouve moins de vaches. 

On est bien sur skyblog ici ? Vite, je commente !


J'ai encore vu des lutins

Pondu le 26 août 2007 - 13 commentaires

Ce week end je suis allé en Bretagne faire un mariage pas très conventionnel (soyons honnêtes : s’il l’avait été je ne serais sans doute pas venu). Deux lutins du Royaume des Lutins se mariaient, Ygnat et Ambrine.

Vendredi j’ai donc sauté dans la Dricmobile, direction Rennes où j’ai passé la nuit chez Sam Atchoum, le lendemain Norbert nous a rejoint et zou, let’s go to Redon. Comme on était à la bourre on a raté le mariage en lui-même, mais ça c’était plus ou moins prévu. La suite des évènements s’est passée dans un champ près d’un étang, c’était assez bizarre de se retrouver avec que des gens que je n’avais jamais vu. Il y avait quelques personnes bourrées (l’occasion de se rappeler l’excellent sketch de Gad Elmaleh : l’australopithèque),  des gens bizarres et chevelus, une fille limite flippante (surtout quand elle joue avec une hachette) mais pas un seul breton puisque tous les gens venaient d’ailleurs.

Le bilan en chiffres :

  • 1008 km parcourus
  • 14-15 heures de trajet
  • une sieste de 20 mn sur une aire d’autoroute
  • un congrès au sommet du PIRE
  • une floppée de jeux de mots pourris
  • Pas de lumières dans les toilettes publiques
  • Un feu de camp
  • 6 lutins et un nain étaient présents
  • Un phobique du coupe-ongles (véridique) très sympa et très bourré
  • Deux mariés déjantés
  • Quelques instruments de torture et un balai
  • Des bons délires
  • Un spam incessant de Sam pour Atchoumation.net
  • Pas de regrets

J’en profite pour dire que Norbert a tenté sans succès de draguer une fille qui parlait beaucoup trop fort, il a pourtant attaqué toute la soirée. Sam n’est pas très différent de son avatar, et il possède un ordinateur qui énerverait n’importe quel informaticien d’après son propriétaire. Le pire c’est qu’il a raison. Mokke May est tout petit et il projette de faire mourir son avatar lutin. Et il le mérite puisqu’il habite à Pas-de-Vague, la capitale lutine des Fayots. Le PIRE a plein de projets et d’idées fantastiques que je ne peux révéler ici à cause d’espionnage probable du PLUSMIEUX. Et enfin beaucoup des lutins présents préféraient les chats aux chiens, ce qui est superbe.

Je me suis bien amusé, j’espère qu’on va pouvoir se faire une grande réunion de lutins prochainement.

Edit du photographe fou : les photos sont dispo ici.

[thumb:63:l][thumb:54:l][thumb:62:l]

J'ai un furoncle au derrière, vite je commente !


Tiens, j'ai failli oublier…

Pondu le 23 août 2007 - 11 commentaires

Avec la rentrée je n’ai même pas encore eu le temps de vous causer de mes vacances. Je suis parti dans le Périgord, le pays béni du foie gras. Bien évidemment, j’ai été enchanté de pouvoir en manger. Le gras, c’est la vie quand même.

A Sarlat se trouvait notamment des spectacles de rue, dont un trio étrange où chaque membre du groupe faisait son truc dans son coin (c’est peut-être concept mais c’est nul quand même), et un duo avec une fille à la grosse caisse et un type au look surréaliste à la cornemuse : le bonhomme était habillé en noir avec des grelots à la cheville gauche, il avait le crâne rasé excepté une longue queue de cheval, des tatouages partout et surtout une peau de loup sur les épaules. Et ce n’est que maintenant que je réalise que je ne l’ai même pas pris en photo. La honte sur moi.

C’était donc l’occasion d’utiliser mon superbe APN flambant neuf. L’occasion aussi de découvrir que ce gougnafier d’appareil photo ne signale qu’il n’a plus de batteries que lorsqu’il n’a quasiment plus de batteries. Du coup j’ai raté plein d’endroits de la Roque-Gageac, qui est quand même classée aux plus beaux villages de France, si madame.

Il y a donc pas mal de photos dans mon nouvel album photo, en voici quelques unes (et en bonus des photos d’Albane pour les deux-trois curieux d’Atchoumation.net que ça intéresse) :

[thumb:14:l][thumb:53:l][thumb:22:l]

Je suis fan de chats, vite je commente !


Le taf contre-attaque

Pondu le 15 août 2007 - 11 commentaires

J’ai bien étudié la question, et il n’est matériellement pas possible d’être en vacances toute l’année sans être soit très riche, soit très pauvre (et tant qu’à faire, je préfère encore ne pas faire le touriste à l’année et ne pas me situer dans la deuxième catégorie). J’avais trois semaines de congés durement gagnés qui ont filé plus vite qu’un chat qu’on arrose.

C’est donc la mine basse que j’ai repris lundi le chemin du boulot. Ce n’est qu’en descendant de ma voiture que je me suis rendu compte qu’en fait de voiture, la mienne était toute seule sur le parking. Interloqué, j’ai vérifié la date1, mais on n’était pas du tout dimanche.

A cet instant, je me suis dit qu’ils étaient tous partis en vacances et que j’aurais la paix. J’ai failli avoir raison, j’ai juste déchanté lorsque j’ai ouvert mes mails, le nombre de messages non-lus de trucs à faire dépassait largement le nombre de partisans de la peine de mort au Texas2. Ca aurait pu être un cas parfait d’ascenseur émotionnel, mais un lundi de retour de vacances il m’est impossible de ressentir quoi que ce soit à part une légère nostalgie et une immense lassitude.

Mardi c’était pas mieux, j’avais encore moins envie de bosser. Heureusement, j’avais aussi moins de trucs à faire. Et c’est là, au détour d’un dépannage à distance au téléphone ayant failli tourner au drame3 que j’ai compris le sens de l’histoire de l’humanité : les grands héros, personnages bons ou méchants de notre espèce ont tous invariablement choisi de faire des grandes choses à leur retour de vacances. Si vous ne me croyez pas vous n’avez qu’à regarder dans le Poney Magazine de juin 96, ils ont fait 30 ans de recherche (soit autant que pour le Nutella, si c’est pas un signe de sérieux ça) pour arriver à la même conclusion que moi (sauf que moi ça m’a pris seulement 10 minutes – aimer les chevaux diminue vos facultés mentales, on ne le dira jamais assez).

J’en étais donc là, près à bondir de mon siège pour voler à la rencontre du destin monumental et glorieux qui me tendait les bras. L’intensité du moment était semblable à celle qu’on ressent lorsqu’on est sur le point d’écraser le moustique qui nous a pourri la vie toute la nuit. Mais le coquin de sort a fait qu’il était l’heure d’aller manger, et on ne rigole pas avec la bouffe. Bon appétit bien sûr4.


  1. Il n’est pas impossible qu’à un moment dans ma vie je me trompe de jour, je sais que j’en suis capable. Du coup il m’arrive assez régulièrement et avec une pointe d’angoisse de vérifier quel jour je suis. 

  2. Soit la totalité des habitants du Texas sauf les condamnés eux-mêmes, et encore certains pensent que tous les autres devraient être exécutés sauf eux. 

  3. Je pourrais vous détailler tout ça mais c’est vraiment pas intéressant. 

  4. A ce propos, sir vous allez fureter ici vous verrez les faciès les plus vilains du monde, à croire que France 3 n’aime vraiment pas cette émission et qu’elle veut la torpiller en sous-main par le biais d’une présentation hideuse des présentateurs. 

On est bien sur skyblog ici ? Vite, je commente !


Que vous avez de beaux yeux…

Pondu le 2 août 2007 - 6 commentaires

… dommage que vos orteils les cachent.

J’ai des nouvelles lunettes, avec changement de correction tant qu’à faire. En effet, suite à un incident tragique impliquant du gel douche, j’ai dû passer chez le zieutiste1 qui m’a dit que ma vue avait changé. Là, deux théories s’affrontent : le zieutiste me dit que l’opticien précédent a inversé les corrections de mes lunettes et que ma vue n’aurait donc pas changé, et l’opticien qui soutient qu’en fait ma vue s’est améliorée2.

Bref, j’ai de nouvelles lunettes, et pour faire comme la malheureuse cruche candidate socialiste des dernières élections, j’ai choisi la continuité dans le changement. Mes lunettes devaient donc être carrées et sans pourtour de monture, les branches étant fixées directement dans les verres. Un truc très classe pour un gars qui le vaut bien.

Sauf que évidemment ça a foiré : suite à un déficit drastique, ma mutuelle ne rembourse plus que 3€ par verre (soit la moitié de ce que rembourse la sécu3 ). Du coup, l’opticien a basculé sur la formule « alter-mondialiste » : mes verres sont découpés dans des fonds de bouteille recyclées. Il aurait pu prendre des bouteilles transparentes mais non, du coup je vois en vert et mes lunettes sentent le vieux vin. De plus, les montures sont en fil de fer barbelé – pour soutenir le Darfour m’a dit le gars (qui était une femme d’ailleurs). Je me suis déjà blessé deux fois, et j’ai peur de m’endormir avec mes lunettes sur le nez.

Voilà. Curieusement, la correction des verres est impeccable, preuve que les fabricants de bouteilles ont fait de remarquables progrès ces dernières années. Et je peux customiser les montures, il y a le modèle « Guantanamo » et « Tchetchenie for life », ainsi que les grands classiques de la seconde guerre mondiale, des goulags et les modèles locaux et traditionnels de la ferme d’à côté, avec quelques poils de vache encore accrochés.

J’ose même pas imaginer si j’avais demandé des lentilles de contact, j’aurais eu des bouts de préservatifs probablement.


  1. En langage normal on dit ophtalmo, je dis ça pour l’association des lectrices de blog de plus de 50 ans qui sont très à cheval sur la langue française. 

  2. Même si c’est le cas, que Tatan ne compte pas sur moi pour le remercier. De toute façon je suis vengé, il a un tympan percé et il va rester comme un couillon sur le bord de la plage la semaine prochaine. 

  3. Véridique, 6€ par verre alors que j’ai vraiment besoin de ces verres correcteurs, c’est encore un grand exemple des abberrations de certains organismes d’Etat. 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !