Je vous fais un shampoing avant la coupe ?

Pondu le 26 mai 2009 - 11 commentaires

Depuis que j’ai déménagé, j’ai un grand jardin. Avec de l’herbe dessus. Qu’il faut tondre de temps en temps pour ne pas se retrouver avec une jungle autour de la maison.

Albane avait comme projet d’acheter une chèvre pour résoudre le problème, moi de me payer un tracteur-tondeuse avec GPS et radio intégrée. Finalement après être un peu redescendu sur Terre on a opté pour une bonne vieille tondeuse des familles, celle que le voisin passe lorsque vous faites la sieste.

En causant à mon P’pa, celui-ci m’a doctement dit :

« – Mets des bottes fiston, un caillou incrusté dans le tibia c’est pas très sexy auprès des filles.1.
– Et pourquoi pas un ciret pendant qu’on y est2?
– La tondeuse va projeter les cailloux que tu n’as pas ramassé (voir ma note sur mon souci de cailloux) un peu partout, notamment sur toi. Fils d’abruti ! »

C’est donc harnaché d’une armure médiévale volée empruntée au château voisin que je commence à tondre. Sauf que comme j’y voyais rien avec ce foutu heaume, j’ai tondu un peu tout et n’importe quoi. Donc si vous allez traîner par chez moi vous devriez trouver deux chats rasés sur le dessus ainsi qu’un voisin qui n’a pas pu s’enfuir assez vite.

En réalité, j’ai découvert qu’un coin de mon jardin était possédé par un démon rural : d’un côté il y a une montagne d’orties qui font 1m20 de hauteur, de l’autre des chardons quasiment aussi hauts. Les orties étant soigneusement collés à la clôture, j’ai dû à un moment passer entre les chardons et les orties. J ‘ai pu éviter de me faire déchirer le bras gauche par les chardons, mais les orties m’ont eu sur la main droite. J’ai donc bravement fini de tondre avec la main en feu, heureusement avec la chaleur j’ai sué 10 litres et ça a évacué la sensation de brûlure3.

Comme je suis un indécrottable feignant, j’ai repoussé la tonte le plus tard possible. C’est à dire que j’ai vraiment commencé à m’y intéresser quand les végétaux ont atteint le seuil des 50 cm de haut. Ce qui m’a valu le droit de faire deux passages pour arriver à tondre, tout ça pendant que Mademoiselle qui a pour bon prétexte d’être enceinte se prélassait au frais dans la maison. Les filles c’est peut-être nul, mais c’est assez malin pour échapper à ce genre de corvées.

En plus du coup ma pelouse4 est toute moche et on pourrait s’y transpercer le pied tellement il y a d’herbe coupante. Y a rien de plus démoralisant que d’en avoir chié pendant deux heures pour un résultat tout laid. Quand j’en ai parlé à ma M’man elle a dit qu’elle voyait très bien ce que je voulais dire et qu’elle avait été bien déçue a moment de ma naissance5.

Note pour plus tard : ne pas repousser la tonte de la pelouse au delà d’un stade critique. Ou alors arriver à refiler ça à Albane.


  1. En fait il a pas dit ça comme ça, mais comme c’est mon blog je lui fais dire ce que je veux. 

  2. Depuis que je ne suis plus chez mes parents je suis très insolent. Surtout parce que je sais que je ne serai pas privé de dessert. 

  3. J’ai vu à la télé qu’on pouvait aussi faire pipi sur la démangeaison, en raison de l’acidité de l’urine. 

  4. Je dis pelouse pour parler de la verdure du jardin, mais ne cherchez aucun point commun avec une vraie pelouse. 

  5. En vrai c’est pas vrai, mais pour vous dire toute la vérité mon P’pa a trouvé à ce moment-là que je ressemblais à une tortue avec mon cou tout frippé. Père ingrat ! 

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !


Le C15, la délinquance routière façon old school

Pondu le 11 mai 2009 - 12 commentaires

Il est désormais bien connu que la violence, la drogue et tout ça gagnent de plus en plus les banlieues et les campagnes. Mais il est un autre phénomène en marge qui est devenu une réalité : les gangs touchent toutes les catégories de population.

J’en subis d’ailleurs régulièrement les désagréments dans ma campagne profonde avec les propriétaires de Citroën C15.

Oh ne riez pas. Ne souriez pas non plus. Quiconque a déjà eu affaire avec ces terroristes de la route opinera gravement du chef à la lecture de l’affirmation suivante : « Citroën C15 devant toi, un ulcère te donnera ». Car le conducteur de C15 met un point d’honneur a emmerder son prochain, il serait prêt à tout pour pourrir un peu la vie des usagers de la route.

Tout d’abord, le C15 surgit sans prévenir : qu’il se jette sur la route au moment où vous arrivez, ou bien qu’il y soit déjà depuis 10 minutes, vous ne le verrez qu’au dernier moment. L’armée de l’air américaine a d’ailleurs fait des études très sérieuses sur le pouvoir de camouflage de ces utilitaires., et vous constaterez d’ailleurs que les formes carrées des bombardiers furtifs n’ont rien à envier au niveau design à celles des C15.

Le C15, ou la délinquance du vieux

Le C15, ou la délinquance du vieux

Le professeur Guy Jarniaud de l’Institut des Sciences de la Vie Courante a publié en 2006 un rapport complet sur les conditions d’apparition d’un C15 sur la route. En substance, il faut réunir les conditions suivantes :

– Être pressé.

– Être sur une route sur laquelle le dépassement est impossible.

– Être à la campagne, bien sûr1.

Il existe également des facteurs favorisant cette apparition, comme être aux heures de pointe (horaires de trajet boulot/maison) ou avoir une très forte envie d’aller aux toilettes.

Tout C15 qui se respecte est blanc. Toutefois il existe une catégorie de conducteurs qui tient à barioler son véhicule : les amateurs de rave-party, des gens qui ont souvent le cheveu long et gras. Inutile de dire qu’ils ne font pas partie du gang des C15 et qu’ils sont méprisés par l’ensemble de ses membres. Le C15 ayant un moteur poussif, il est rare que celui-ci soit au niveau des limitations de vitesse en vigueur, et de toute façn son conducteur roulera toujours au moins 10 à 20 km/h en dessous de cette limite. SAUF s’il vous est possible de le doubler, auquel cas il s’arrangera pour rester en tête quitte à faire fumer un peu le moteur.

Le conducteur du C15 est un homme d’âge mûr compris entre 50 et 120 ans. Le port du béret ou d’une casquette est fortement répandu. La moustache n’est en revanche pas un signe distinctif. Le conducteur ne veut se séparer de son utilitaire pour rien au monde : proposez-lui une Porsche, un 4×4 ou même un Berlingo (le remplaçant du C15) tout neuf, il n’en voudra pas. Le conducteur est parfois alcoolisé à l’outrance, mais ne comptez pas là-dessus pour qu’il se fasse retirer son permis un jour : un C15 est totalement invisible aux yeux des représentants de l’ordre.

A l’instar du maître et du chien, il est rare qu’un conducteur survive bien longtemps à la perte de son C15. Notez tout de même qu’il est improbable que cela arrive pendant qu’il sera devant vous : vous pouvez maîtriser des incantations démoniaques et maudire à tout va, le C15 n’aura jamais d’accident. Jamais. Sauf quand il sera seul sur la route éventuellement, mais c’est évidemment un cas que vous n’aurez jamais la chance de voir.

Toute la force des propriétaires de C15 est d’être juridiquement inattaquables : ils ne font pas d’excès de vitesse, ils connaissent les coins à radar par cœur de toute façon, ils ne suscitent aucune méfiance auprès des services de gendarmerie, douane ou cellule anti-terroriste, ils savent où, quand et comment ils atteindront leur potentiel maximal de pénibilité et enfin ils sont partout. J’ai récemment découvert que mon voisin était membre de ce gang rural, et pas moyen de saboter cet engin de malheur en douce car le voisin en question est équipé d’un chien de la taille d’un poney dressé à faire des steaks de tout intrus sur son territoire.

Citadins, ne venez plus me rabattre les oreilles avec vos  jeunes des banlieues, votre pollution ou vos embouteillages. Moi aussi j’ai des problèmes, alors lâchez-moi. Non mais.

Note : Ce véhicule a été utilisé par l’Etat Français qui n’a toujours pas reconnu ses torts depuis, on a ainsi pu voir des C15 aux couleurs de la gendarmerie, de la Poste et des pompiers.


  1. Encore que des cas de C15 en pleine agglomération aient été rapportés, mais il semble que ça relève plus du mythe urbain que de faits prouvés. 

Je suis un fan de curling, vite je commente !


Ce coup-ci, c'est le bon !

Pondu le 6 mai 2009 - 32 commentaires

Comme certains le savent, Albane et moi désirons mélanger nos gènes et voir ce que ça donne. J’avais dit la dernière fois (qui s’était mal passé) que vous ne le sauriez que quand le mini-boulet aurait 18 ans, mais bon ça va finir par se voir : Albane est de nouveau enceinte. Et on a même passé l’échographie des 3 mois.

Alors évidemment, c’est l’occasion de faire un rappel sur ce qu’est une échographie. C’est un procédé utilisant les ultrasons pour zieuter dans le bidon de la maman (parce que sur le papa ça n’aurait aucun intérèt). Le gynéco applique d’abord un gel tout froid, juste pour embêter la maman parce qu’en fait y en a pas besoin. Bien sûr la médecine justifie ça en disant que si, y en a besoin parce que sinon y aurait une mince couche d’air entre la sonde et le ventre et que du coup c’est pas glop. Autant le dire tout de suite, c’est un argument complètement pipeau. Ajoutons à tout celà qu’il existe aussi les échographies vaginales1 qui permettent de mieux voir les mini-boulets quand ils sont encore à l’état de crevettes.

Mais bref. Donc Albane a passé son écho, et voici le résultat :

Notre mini-boulet en exclusivité

Notre mini-boulet en exclusivité. N'hésitez pas à être jaloux.

Nous sommes donc tout fiers et impatients, même si le gynéco nous a dit qu’il y aurait peut-être des problèmes à l’accouchement et que ça laisserait une légère cicatrice sur l’abdomen d’Albane2

Edit : Albane a aussi fait une note là-dessus sur String & Couche-Culotte.


  1. Je ne pensais pas employer un jour le terme « vaginal » sur ce blog, mais bon, on est à l’abri de rien. 

  2. Apparemment il y a un risque que notre bébé sorte en dévorant les boyaux d’Albane et en lui perforant le bidon. Mais bon, faut bien qu’il sorte ce gamin… 

Je suis un spammeur, vite je commente !