Bonjour, raccourcissez-moi le scalp s'il vous plaît

Pondu le 8 mars 2007

Je suis allé chez le coiffeur aujourd’hui (ça c’est la partie où je raconte ma vie). Un salon de coiffure très simple, petit et convivial, tenu par deux mecs.

Et surtout, c’est silencieux et discret. Les conversations se font à voix normale, on n’est pas obligé de subir ce que les autres clients racontent, c’est un bonheur pour tous les semi-asociaux comme moi qui détestent faire la conversation pour ne rien dire.

Je ne sais pas si vous êtes déjà allé dans un salon de coiffure de base1, du genre Marjolaine Coiffure. Chez Marjolaine donc, il n’y a que des coiffeuses, un paquet de coiffeuses entassées dans un tout petit salon un peu miteux, où ça sent l’égout à cause des poils qui bouchent les éviers et où les produits sentent plus fort encore que les parfums bon marché des ménagères qui viennent pour la 12ème fois de la semaine se refaire la mise en plis hideuse de leurs cheveux complètement pourris par les excès de soins capillaires2.

Dans ce salon, il y a Marjolaine, la patronne. Pour la reconnaître c’est bien simple, c’est celle qui parle le plus fort. Car dans ces salons la hiérarchie s’établie à la puissance de l’organe vocal. Il y a toujours l’ancienne ensuite, qui est amie depuis 20 ans avec Marjolaine et qui ricane à tout bout de champ et assez fort pour provoquer des vagues de suicide. Son ricanement est d’ailleurs contagieux, puisque toutes les employées ricanent sauf la stagiaire, qui est nouvelle dans le métier et qui n’ose pas ouvrir la bouche devant le déferlement insipide de paroles que produisent ses collègues plus agées. Il y a ensuite toutes les autres, qui sont des clones avec des variantes de cheveux plus ou moins colorés et globalement hideux.

Et toutes ces femmes passent leur journée à parler creux. Leur conversation est vide de sens, sauf si on considère que les discussions de poivrots ont une portée philosophique (oui c’est du même niveau que les coiffeuses). Et bien sûr, elles attendent qu’un mec vienne se faire coiffer pour aborder le sujet des hommes. et vas-y que je te fasse des sous-entendus bien gras3, et que je critique les maris qui ne savent rien faire de leurs dix doigts, et que si elles n’étaient pas là on se demande comment ils se débrouilleraient, et qu’elles seraient bien mieux sans eux (Je ne commenterai même pas cette dernière affirmation, j’en deviendrais vite grossier sinon).

Bref, je considère ces salons-là comme mon Vietnam personnel. J’en ressors tout tremblant, soulagé d’être encore vie mais sachant au fond de moi que j’en ai gardé des séquelles psychologiques.

Mais ce n’est pas la seule raison qui me pousse à détester massivement mettre les pieds chez un coiffeur. Quand nous étions petits, Frangin et moi nous faisions coiffer dans un salon tenu par un homme d’un sadisme et d’une cruauté sans limites, le tout sous le nez de nos parents qui n’ont jamais rien vu. Cette homme, ce monstre tortureur d’enfants nous coupait les cheveux intégralement au rasoir droit. Il nous tirait les cheveux avec sa lame qui faisait un bruit horrible et prenait un malin plaisir à nous voir grimacer de douleur. Ca fait peut-être marrer les gens mais en attendant j’ai une réelle peur du coiffeur maintenant.

Mais je m’en fous désormais, j’ai réussi à trouver un coiffeur qui coiffe (bien), qui ne cause pas trop, où ma parano me fout la paix et où je paie un tarif extrêmement honnête. J’en arrive presque à ne pas paniquer quand je dois prendre rendez-vous4.

Des fois j’ai hâte d’être chauve quand même.


  1. Contrairement aux grands salons de coiffure avec des noms comme des prénoms, et où l’obséquiosité des employés rivalise avec le prix des prestations 

  2. Vous pourriez essayer de dire cette phrase à voix haute, mais vous finiriez par vous asphyxier, ce qui serait ballot. 

  3. Quel homme n’a jamais entendu dans ce genre de salon : « Ha ces hommes, tous les mêmes ! Ils ne pensent qu’à ça ! », le tout accompagné de gloussements affirmatifs tout en jetant un regard en coin au malheureux mec qui jure en son for intérieur qu’il ne reviendra plus dans ce piège à cons capillaire. 

  4. Oui, j’ai aussi peur du téléphone sous certaines conditions, comme celle-ci ou lorsque je dois appeler une administration, des gens que je ne connais pas… 

Si vous avez lu cette note, en voici d'autres qui pourraient également vous faire perdre votre temps :

Catégories : Croisade du désagréable, Divagations quelconques, Nos amis les paranos, Plaignez-moi
About Dric

Je suis globalement inoffensif.


5 commentaires à “Bonjour, raccourcissez-moi le scalp s'il vous plaît

  1. Ce Rarissime marsouin inoffensif de Pitijibé Premier bafouille

    Attention, les coiffeurs hommes peuvent aussi écouter Skyrock ou Rire et Chansons, commenter l’actualité internationale à forte dose de : « ah les Américains, quand même, ki-sont-cons, mais ki-sont-cons ! » et tenter d’établir une connivence factice avec le client à base de jantes en alliange et de la dernière Peugeot-qui-a-de-la-reprise-et-une-tenue-de-route-bien-mais-pas-top sans supposer que le client peut n’avoir un intérêt que limité pour le sujet, et qu’il peut même redouter que le coiffeur ne cherche à revivre en miniature le dernier paris-dakar avec sa tondeuse sur son crâne, dérapages compris.

    Cela dit, je pense que les coiffeurophobes sont suffisamment nombreux pour fonder un club au moins aussi puissant que la Fédération Française de Bridge.


  2. Ce Dramatique furoncle inoffensif de Dric oinche

    Des coiffeurs jacky ? C’est presque pire qu’un concert de Chantal Goya. Je ne comprend pas pourquoi la convention de Genève ne prend pas en compte de telles horreurs ?


  3. Ce Sensationnel yéti pragmatique de norbert gazouille

    « je préfère que le coiffeur parle peu, je péfère qu’il se concentre sur mes cheveux » copyright Gérald Genty, Humble Héros comme on les aime!..


  4. Ce Sensationnel yéti pragmatique de norbert gazouille

    ah oui m****…
    ça fait deux ans que j’essaie de lui faire de la pub, et pour une fois que j’en ai la chance je le zappe…

    http://www.geraldgenty.com ..


Comments are closed.