La crise énergétique touche aussi les rois

Pondu le 30 septembre 2008

Chambord, un château qu'il est beau

Peu de chambordements dans cette facade

Il fut une époque où on pouvait gaspiller sans vergogne en chauffage. Les châteaux de la Loire en sont une excellente démonstration. Et si je vous en parle, c’est que nous sommes allé visiter le château de Chambord lors des journées du Patrimoine où pas mal de trucs sont ouverts à la visite gratis, mais pas le château qui lui reste payant.

Le château de Chambord évoque bien sûr le début de la Renaissance, la classe, la majesté et le grandiose. Et de fait, cette réputation est méritée.

Resituons le contexte : Louis XII, qui rentrera dans les mémoires pour sa formidable méthode de comptage des huîtres et des oeufs1, n’a pas d’enfants. Il tente bien à un moment de conclure avec la femme de chambre, mais il s’avère que celle-ci n’est pas super d’accord et elle ira tout fayoter à la femme du roi qui collera à son souverain de mari deux claques derrière les oreilles en le traitant de crétin.

Du coup Louis XII n’aura point de descendance et devra donc se rabattre sur un obscur fils de cousin germain, un petit crétin arrogant du nom de François. Celui-ci accèdera enfin au trône en 1515 et épatera les manants avec des figures à cheval malgré les avertissements répétés de sa mère, qui sait de quoi elle parle puisque le petit con aura failli mourir d’un accident de cheval quelques années auparavant. François 1er trouve particulièrement cool la culture italienne de l’époque. Et puis il adore les grosses baraques. Il demande donc un beau matin en sortant de son bain à voir ses architectes, et il leur tient à peu près ce langage : « Les gars, j’ai un p’tit bout de terrain vers Chambord  là, un gros champ à vache sur lequel je voudrais me faire faire une petite bicoque. Un truc léger hein, pas plus de 400 pièces. Allez zou, exécution ! ».

Les architectes se mirent au boulot. Sauf qu’à l’époque les normes d’isolation étaient largement plus laxistes que maintenant, du coup les maîtres d’oeuvre grugèrent largement pour se faire une plus grosse marge. Ce qui fait que le château de Chambord est un gouffre à chauffage. Et avec 282 cheminées pour chauffer les 426 pièces, il en faut du combustible. Ca tombe bien, puisqu’à l’époque est lancé un grand jeu un peu partout en Europe : la chasse aux sorcières. On estime donc que pour sauvegarder les forêts alentours, on a fait brûler pas moins de 200 à 300 sorcières dans les cheminées du château. Vous allez me dire que les cris des pauvresses devaient être assez désagréables et troublaient les festivités royales, mais il faut quand même savoir que la télévision n’arrivait pas jusqu’à Chambord à cette époque. Aussi les bûchers étaient-ils très suivis le soir au coin du feu.

Divers rois oubliés depuis habitèrent le château après la mort de François 1er qui n’y résida que peu de fois, trouvant finalement que les voisins étaient des gueux abrutis et trop pauvres pour qu’on songe sérieusement à leur adresser la parole. Un certain Louis XIV notamment s’y rendit régulièrement quand il voulait faire des avances aux artistes. Un dénommé Molières y fit ainsi sa première représentation du Bourgeois Gentilhomme mais refusa de céder aux avances du roi qui avait une hygiène corporelle décidément trop douteuse.

Quant à nous, nous n’avons vu aucun roitelet mais on a bien mangé au petit resto juste à côté du château. Les photos sont accessibles ici :Photos de Chambord


  1. En effet, à l’époque on ne mettait pas ces denrées par douzaines mais par cent-quatre-vint-treizaines, ce qui était fort compliqué. 

Si vous avez lu cette note, en voici d'autres qui pourraient également vous faire perdre votre temps :

Catégories : Articles scientifiques, Général, Regardez, écoutez, jouez
About Dric

Je suis globalement inoffensif.


5 commentaires à “La crise énergétique touche aussi les rois

  1. Ce Sensationnel yéti déviant de Didou bave

    Hygiène douteuse, hygiène douteuse… t’es marrant toi !! Tu te laverais souvent à l’eau froide dans une salle de bains à 12° ?? (ben oui, le peu de cheminées était réparti dans d’autres pièces que celles-ci, peu fréquentées…).

    Bises Dric !


  2. Ce Rarissime marsouin terroriste de Dric oinche

    On ne me fera pas croire qu’un roi n’a pas une dizaine de laquais pour péter dans son bain et ainsi réchauffer l’eau !

    De plus l’eau courante étant encore un concept délirant à cette époque, leurs WC et salles de bains étaient portables et étaient placées où ils voulaient dans leurs chambres. Donc rien n’empêchait les gens de les mettre près ou au dessus du feu de cheminée.


  3. Ce Rarissime marsouin étourdi de Maître Mô beugle

    Ihahhhahhhihhhhh !!!!!!
    C’est jaune !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Bon, non, rien, c’était juste pour demander si cette époque était encore celle à laquelle, à l’instar du pt’tit déj’ ou du coucher ou du lever, des membres, triés sur le volet, de la Cour, étaient conviés, comme une marque de faveur, à assister au caca du Roi, ainsi d’ailleurs qu’à celui de la Reine dans une autre aile du château ?
    Parce que bon, ça prouverait qu’ils n’étaient pas si bien lotis que ça, moi ça me couperait tout.
    Surtout si en plus ça caillait.


  4. Ce Rarissime marsouin terroriste de Dric grommelle

    Sous cet énergumène de François Ier, je ne crois pas. En revanche Louis le quatorzième était très exhibo.


Comments are closed.