Quelques utilisations du vuvuzela

Pondu le 23 juin 2010

Grâce à la Coupe du Monde en Afrique du Sud, on a pu découvrir un instrument de musique fantastique : le Vuvuzela.

Les amateurs de football ont globalement trouvé que l’utilisation dans les stades de cet instrument à vent est assez pénible pour les oreilles. La Fédération Internationale de Football (FIA) a bien pensé à l’interdire, mais les Sud-Africains ont rétorqué que c’était une coutume locale. Interdire cet instrument aurait été un peu comme refuser à un Français le droit d’être de mauvaise foi. Ça ne se fait pas, un point c’est tout.

Non le vuvuzela ne sert pas à draguer.

Pour les rares personnes qui ne savent pas ce qu’est un vuvuzela, il s’agit d’une sorte de corne ou de trompe. En gros un tuyau dans lequel on souffle et qui sort une note monotone (au sens « une seule note »). Ne cherchez pas, ça ne fait rien d’autre. Vous ne deviendrez donc pas le prochain <insérer ici un nom de musicien super connu> car on ne peut tout simplement rien faire d’autre avec cet instrument qu’un seul son. Et encore, il faut souffler fort. J’ai personnellement testé la chose, et la seule réelle utilité que j’ai vu dans le vuvuzela c’est d’embêter les gens autour avec ce son puissant et désagréable. Mais pour vouloir être vraiment pénible il faut maîtriser l’engin, ce qui demande un peu d’entraînement. Tout est simple dans le vuvuzela, sauf son maniement.

Vous allez me dire qu’à part dans un stade, il n’y a pas trop d’intérêt à utiliser ce truc vu que ça n’impressionne pas les filles, ça ne rend pas riche et on ne peut pas trop cuisiner avec. Mais vous avez tort, car il y a plusieurs cas où cet instrument peut se révéler fort utile.

– Lors d’une manifestation : vous vous êtes laissé entraîné à manifester dans la rue pour, au hasard, une réforme des retraites dont vous savez qu’elle est nécessaire, inéluctable et que si on ne la fait pas maintenant, tous ceux qui ont moins de quarante ans ne partiront pas en retraite à 62 ans mais à 75. Mais le fait est que vous êtes là, dans le cortège, à vous dire que vous seriez mieux ailleurs. Soudain, un énergumène syndicaliste de la SNCF qui remonte le cortège se place derrière vous et se met à beugler des slogans communistes tout en agitant son tambourin. Autant dire que niveau nuisance sonore, il met la barre assez haut. Pas de panique, vous avez pensé à prendre votre vuvuzela. Le communiste bruyant n’est pas très observateur, sans quoi il aurait vite remarqué que vous vous trimballez avec cette trompe sud-africaine et qu’il valait mieux aller embêter le groupe de secrétaires un peu plus loin qui cancanent en se souciant fort peu des revendications sociales au cœur de cette manifestation. Tant pis pour lui, commencez à souffler et brisez-lui sans retenue les tympans.

– A l’Assemblée Nationale : je serai le premier à suivre les débats parlementaires si les députés pouvaient faire usage du vuvuzela pour manifester bruyamment leur opposition au type qui présente son projet de loi en vue de débloquer des fonds que l’Etat n’a pas pour un projet farfelu quelconque1. A l’heure actuelle ces mêmes députés sont contraints à faire de l’absentéisme, à lire le journal, à papoter ou à consulter leurs mails.

– Dans les toilettes : vous êtes sur un trône public et vous vous rendez compte que vous allez devoir être bruyant dans l’exercice de vos fonctions. Même si les progrès de la science et des comportements sociaux sont indéniables, il est toujours à l’heure actuelle délicat de flatuler sonorement, même dans un lieu prévu à cet effet. Pas de panique, sortez votre vuvuzela et masquez le bruit de vos vents avec celui qui sort de cet instrument si pratique2.

– Pour recycler un liquide : Le vuvuzela peut servir d’entonnoir géant, ce qui en fait un accessoire tout à fait indispensable pour les mécanos amateur de musique bruit. Attention cependant à bien le nettoyer si à la suite d’une vidange de voiture vous comptez re-souffler dedans.

– A la Poste : Vous attendez depuis un bon quart d’heure que le petit vieux devant vous ait fini de faire son dépôt d’argent, nous sommes en fin de journée, il fait trop chaud, vous avez envie de faire pipi et vous avez les pieds enflés dans vos chaussures. Le petit vieux devant vous vient de se souvenir qu’il voulait transférer de l’argent à son petit-fils. Et il se lance dans la justification de cette opération, ce qui est hautement inintéressant à vos yeux. Pas de panique : sortez votre vuvuzela et donnez un bon coup de corne. La situation devrait rapidement se débloquer, surtout si vous êtes plusieurs détenteurs de vuvuzela dans la file d’attente.

– Au Scrabble : je vous laisse imaginer le nombre de points qu’on peut faire avec un mot qui comporte deux ’v’ et un ’z’.

– Dans un repas de famille, dans un restaurant, dans un lieu public quelconque : un gros lourd à côté n’arrête pas de proférer des vulgarités qui tombent dans les innocentes oreilles de votre bambin. Préférant ignorer qu’il connait déjà en réalité la plupart des insultes proférées par ce gros type au rire aussi gras que sa ceinture abdominale, vous pouvez user de votre vuvuzela pour effectuer une censure en temps réel. Bien qu’un peu d’entraînement soir nécessaire pour être synchronisé avec des débordements de vocabulaire, vous arriverez vite à un résultat satisfaisant dans la mesure ou soit votre bambin deviendra sourd, soit le gros type finira par comprendre que ses blagues de cul vous importunent.

Il y a bien sûr des tas d’autres situations dans lesquelles l’usage d’un vuvuzela serait salvateur. Je vous invite à les ajouter en commentaires si vous en connaissez.

Note : on parle du vuvuzela parce que c’est l’instrument pénible du moment, mais il y en a plein d’autres. (Boulet a d’ailleurs fait une excellente planche de BD à ce sujet).


  1. Je pourrais mettre des exemples mais la liste serait tellement peu exhaustive que ça en serait ridicule. 

  2. Vous allez me dire que les gens ne seront pas dupes. Certes, mais la désagréable sonorité du vuvuzela suffira à les faire fuir, ce qui vous permettra d’être bien mieux à votre aise. 

Si vous avez lu cette note, en voici d'autres qui pourraient également vous faire perdre votre temps :

Catégories : Articles scientifiques, Croisade du désagréable
About Dric

Je suis globalement inoffensif.


8 commentaires à “Quelques utilisations du vuvuzela

  1. Ce Vénérable lutin cupide de frangin bredouille

    Je vois plein d’autres applications ludiques à cet instrument merveilleux : pouvoir être en toute sérénité de mauvaise foi en parant les arguments pertinents et par la-même gênants de son interlocuteur à grands coup de vuvuzela (très pratique dans les débats politiques), être gratuitement pénible en toute circonstances, surtout les plus inadaptées à l’utilisation de cette géniale trompette : séances de yoga, réunions de travail, films à suspense….
    Et en plus enfin un instrument avec lequel il est impossible de faire une fausse note (ou de jouer juste, tout dépend du point de vue), pas comme cette saloperie de flute.


  2. Ce Consternant mendiant effrayant d'Eva marmonne

    Une autre utilité: faire taire les patients qui nous soulent et nous gueulent dessus à longueur de journée. ça pourrait les calmer.
    Ah oui et me faire entendre quand certaines personnes chantent pendant qu’on est en ligne…
    PS: t’as un problème avec les secrétaires?


  3. Cet Horrible capitaliste frippé de Maître Mô oinche

    Je te prie par avance de bien vouloir excuser mon manque d’idées, en cette fin d’année épuisée, je viens surtout pour te dire que tu m’as bien fait rire, et que je t’en remercie.

    Sinon,je pensais qu’on pouvait aussi utiliser un Vuvuzela pour l’enfoncer dans le derrière d’un ennemi juré, ce qui aura le double avantage de lui faire assez mal quand même, et de le signaliser s’il s’approche à moins de cinquante mètres à l’avenir et qu’il a mangé des trucs récemment.

    Voilà, c’est pour dire que je suis vraiment fatigué…


  4. Cet Horrible capitaliste pragmatique de Dric grommelle

    @Frangin : Je m’étonne même que tu n’aies pas déjà investi pour acheter une de ces merveilles.

    @Eva : Pas de problème avec les secrétaires. Elles sont un mal nécessaire à mon métier dans la mesure où si elles n’étaient pas là je n’aurais pas de boulot.

    @Maître Mô : Je n’avais pas pensé à utiliser cet orifice pour souffler dans un vuvuzela. Faut quand même avoir mangé tex-mex ou thaï pour arriver à produire un son (provenant du vuvuzela). Encore qu’avec un bon cassoulet…


  5. Ce Consternant mendiant effrayant d'Eva oinche

    (Dans le genre pénible il existe désormais une appli vuvuzela pour iphone. Je te laisse imaginer à quel point c’est agréable et surtout utile…)
    (Génial maintenant on est reconnus automatiquement sur ton blog: la classe!)


  6. Ce Fier poissonnier désinvolte d'Albane bredouille

    Moi je dis rien de tel quun bon coup de vuvuzela pour te réveiller !!! Je pense que je peux preparer mes valises ? :roll:


  7. Cet Horrible capitaliste pragmatique de Dric bafouille

    @Eva : Mon frère s’est fait réveiller par cette application splendide. Même lui est obligé de reconnaître le génie de son concepteur, bien qu’il en soit la victime.

    @Albane : Introduire un vuvuzela chez nous te serait bien plus dommageable qu’à moi. Parce que les sales blagues ne me lassent pas, contrairement à toi.


  8. Ce Consternant mendiant effrayant d'Eva brait

    Ah si j’avais un iphone pas sûr que tu gagnerais au jeu du « jte casse les oreilles »…


Comments are closed.