Et si Tesla s’était un peu plus intéressé aux femmes ?

Pondu le 9 février 2015 - 3 commentaires

Nikola Tesla, un génie arrogant qui ne pigeait rien aux femmes

Ceci n’est pas une fille à poil. Au cas où vous auriez un doute.

Vous connaissez peut-être Nikola Tesla, brillant inventeur dans le domaine de l’électricité qui vécut à cheval entre le XIXè et le XXè siècle. Cet homme prompt à la fanfaronnade dont le père était Milutin, mimolette1 fit des découvertes scandaleusement prodigieuses comme le courant alternatif, le radar, les moteurs électriques, tout un tas de truc sur les ondes, les télécommunications, et le fait qu’être un génie arrogant n’est pas un avantage pour briller en société ou pour séduire la gent féminine.

Un de ses meilleurs ennemis, Thomas Edison, conduisit malgré lui à l’invention de la chaise électrique en voulant prouver au monde que le courant alternatif inventé par Tesla et que vous avez dans vos prises de courant était super dangereux, qu’électrocuter des animaux était encore admissible pour le grand public à cette époque2, et que Tesla était un gros caca de panda. Ce en quoi il avait d’ailleurs raison sur au moins un point, le bougre.

Nikola Tesla mourut comme un vieux con au début de 1943, tout seul, couvert de dettes et de rides, sans s’être jamais marié après avoir passé sa vie à inventer des trucs. On ne connait d’ailleurs presque rien de sa vie amoureuse. On va donc supposer dans la longue tradition de ce blog qu’il ne pigeait rien du tout aux femmes et qu’il les considérait comme « une vague nuisance parfois distrayante ». Ce qui en fait un dieu dans le panthéon des nerds3.

Et pourtant, s’il avait daigné leur consacrer un peu de son temps, il aurait pu révolutionner totalement un domaine qui, s’il est assez tendance actuellement, était plutôt en friche au début du XXè siècle. Je veux bien sûr parler des sextoys.

Le clitoris a à lui tout seul environ 8000 terminaisons nerveuses4. Ça fait beaucoup, surtout pour un organe qui est relativement délaissé par une partie non-négligeable des hommes. Mais en même temps il est très difficile d’avoir un mode d’emploi correct pour se servir de ce truc, et les quelques indications qu’on peut glaner pendant l’utilisation sont assez floues et parfois contradictoires.

Peut-on encore parler de décolleté sur cette tenue ? Et surtout, est-ce que le haut tombe lorsqu'elle ne le tient plus ?

Monsieur Tesla ? Je ne crois pas que nous nous soyons déjà rencontré, je suis une femme.

A ce propos, l’Association des Fiers Mâles Testiculés et Phallocrates de Haute Savoie (AFMTPHS pour la suite) a définitivement établi dans son colloque de 2003 intitulé « Les femmes, source de nuisance nécessaire » que le clitoris, à l’image de celles qui en sont dotées, est une invention du diable qui empêche les honnêtes hommes de vivre en paix. L’association des Éminentes Féministes Gynocrates en Colère leur répondit dans une tribune au doux titre de « Si ça vous plaît pas, restez donc entre vous et lâchez-nous la grappe ». L’année suivante, la FMTPHS se renomma lors de leur assemblée générale en Association des Fiers Gays Testiculés et Phallocrates de Haute-Savoie. Cette association fut dissoute trois mois plus tard, lorsque tous ces membres moururent de faim après avoir cru que la magie qui remplissait leur frigo de nourriture s’était tarie en même temps que leur femme quittait le domicile conjugal.

Parallèlement à ça, tous ceux qui ont maltraité des grenouilles pendant leurs cours de biologie savent qu’en stimulant des nerfs avec des courants électriques, on obtient des réactions pour le moins géniales/surprenantes/dégoûtantes/révoltantes suivant le degré d’empathie que vous avez avec nos amis batraciens et votre degré de sadisme.

Partant de là, nous avons à ma gauche un fantastique concentré de terminaisons nerveuses qui peut provoquer d’après la rumeur beaucoup de plaisir, et à ma droite un procédé qui utilise l’électricité pour stimuler des nerfs.

Donc, si Tesla avait correctement fait son boulot et s’était un peu plus intéressé aux trucs qui en valaient la peine au lieu de faire un concours de zizi permanent avec divers autres inventeurs, il aurait probablement pondu un stimulateur clitoridien qui envoyait un très faible courant électrique pour stimuler cette zone érogène.

Un mini-taser en fait. Mais mignon et rose.


  1. Ce jeu de mot ne devrait parler qu’à une minorité de vieux lutins qui hantèrent jadis un forum miteux mais où on rigolait bien. Et à condition de savoir que le père de Tesla s’appelait réellement Milutin. 

  2. Pour prouver que le courant alternatif était dangereux, il électrocuta divers animaux avec succès. 

  3. Les nerds sont des gens asociaux, souvent des hommes, qui sont souvent très spécialisés dans des domaines scientifiques obscurs, qui ont une culture et des loisirs qui leurs sont propres, et qui n’ont aucune idée de ce que sont réellement les individus du sexe opposé. On pourrait les définir comme des geeks extrêmes, mais ce serait encore loin de la réalité. 

  4. Certaines découvertes me laissent perplexes. Y-a-t’il un gars à un moment qui a découpé une femme – vivante ou morte –  pour étudier son anatomie et compter patiemment le nombre de terminaisons nerveuses, ou est-ce un type qui a fait l’estimation à la louche et dont personne n’a voulu s’enquiquiner à vérifier la véracité de ses propos ? Si c’était une personne syndiquée, il faudrait peut-être revoir ce chiffre fortement à la baisse. 

Je voudrais la paix sur le monde, vite je commente !


Je suis papa (encore) !

Pondu le 25 juillet 2013 - 7 commentaires

Il se trouve que Madame Albane était enceinte ces derniers mois. Je vous passe les détails de la conception, d’autant que je ne suis pas certain d’avoir été présent à ce moment-là (il y avait beaucoup de monde, et je me suis absenté un moment pour manger un morceau).

Je vous passe aussi les détails de la grossesse, vu que ce n’est une partie de plaisir pour personne pendant au moins les deux tiers du temps, et que ce fut finalement une grossesse assez classique et bien moins médiatisée que celle du rejeton princier british qui n’a toujours pas de nom à l’heure actuelle.

Ce qui nous amène au lundi 22 juillet 2013, date de fin de la grossesse de Madame. Afin de faire simple et concis, je narrerai les faits de façon chronologique, avec l’exactitude et la véracité dont je fais toujours preuve  :

– 8h moins pas grand chose : alors que je pars au travail, Madame me signale qu’il faudrait peut-être que je ne m’éloigne pas trop de mon téléphone, vu qu’elle a quelques contractions assez fortes. Comme je n’ai aucune idée de ce qu’est une forte contraction, je l’associe dans ma tête à un bobo imaginaire qu’elle invente pour faire son intéressante.

– 9h : Coup de fil de Madame pour me dire qu’elle a une contraction toutes les dix à quinze minutes. Comme elle me dérange en pleine lecture de mes mails et que ceux-ci me proposent un allongement de mon pénis, je n’ai aucun mal à sélectionner la priorité du moment et à lui raccrocher au nez.

– 9h30 : Je me cure le nez. La pêche est bonne.

– 10h30 : après quelques échanges téléphoniques, la situation semble en stand-by. Des contractions régulières, mais pas assez rapprochées pour enclencher le plan « Livraison du Colis par Cachalot Express »1. Comme il est urgent d’attendre, je vais vaquer à mes occupations qui consistent surtout à avoir l’air très occupé dans l’espoir qu’on ne me file pas de travail.

– 10h40 : Malgré mon camouflage de fougère, je suis repéré et doit exécuter une tâche éreintante qui consiste à aller chercher le courrier.

– 11h30 environ : Appel assez angoissé de Madame, les contractions sont tombées à 4 minutes d’intervalle. J’appelle mon chauffeur (qui est une chauffeuse), qui me ramène prestement chez moi.2

– 12h10 : Madame a beau avoir des contractions toutes les 4 minutes, elle trouve quand même le temps de traîner entre chaque. Je lui fais remarquer que si elle continue de glandouiller comme ça, elle n’aura pas droit à la péridurale. Cette remarque la fait curieusement accélérer de façon significative mais quand même pas spectaculaire. Premier-Né, administrativement nommé Raphaël, est embarqué lui aussi vu qu’à 3 ans et demi il ne peut toujours pas se débrouiller seul. Je sens que pour son stage de fabrication de composants de smartphones en Chine l’année prochaine c’est foutu.

– 12h25 : arrivée à l’hôpital de Bourges, qui est une masure insalubre partagée avec une boucherie, des pompes funèbres et un vendeur de kebabs. Ces autres commerces se fourniraient tous à l’hôpital que ça ne m’étonnerait pas. Raphaël est évacué par sa grand-mère qui l’exfiltre par hélicoptère.

– 12h30 : comme les journalistes sont tous à Londres pour l’autre naissance de célébrité, nous n’avons aucun mal à parvenir dans le service des accouchements. Nous entrons, et je me fais virer sous prétexte que j’ai l’air d’un pervers.

– 12h32 : Je reviens affublé d’une fausse moustache. Les soignants, pensant que Freddy Mercury vient visiter leur service me font entrer sans autre formalité. Je suis toutefois obligé d’avoir l’air un peu mort et décomposé pour ne pas éveiller les soupçons (je savais bien que visionner la série Walking Dead me servirait un jour).

– Un peu plus tard : Comme l’anesthésiste est d’une timidité maladive, je suis expulsé de la salle d’accouchement. Mais je ne me plains pas, vu que la salle d’attente est dotée d’une télé.

– Encore un peu plus tard : Les aides-soignantes me ceinturent et me forcent à rentrer dans la salle d’accouchement. L’une d’elles me pète trois doigts dans l’opération et me promet qu’elle me montrera comment elle a fait si je me tiens tranquille. Malgré mes suppliques et mes larmes, la télé reste en salle d’attente.

– 14h40 : Albane étant quelque peu agitée, des soignants viennent la ligoter sur la table d’accouchement après qu’elle ait réussi à sectionner les tendons du poignet de la sage-femme d’un seul coup de dents. Ils finissent par lui filer un shoot d’héroïne parce que ça coûte moins cher que les calmants homologués.

– 14h45 : L’anesthésiste revient un peu affolé, ce n’est pas de l’héroïne qu’ils ont filé à Madame mais du LSD. Ce qui explique qu’elle voit des libellules mauves qui me grignotent le cerveau en discutant des interactions chimiques entre les méduses et les formulaires de demande d’adoption.

– 14h50 : l’aide-soignante arrive enfin à mettre les libellules dehors. Albane en profite pour essayer de me mordre le bras, avec succès.

– 14h59 : Apparemment le bébé est pressé de sortir puisqu’on voit un tentacule qui s’agite frénétiquement. La sage-femme assure qu’on a le temps et que ça s’est passé comme ça pour la naissance de Paul le Poulpe, et que finalement il a fallu attendre une demi-heure.

– 15h03 : On voit la tête. La sage-femme se rend compte qu’en fait on n’a pas super le temps et appelle à l’aide (véridique).

– 15h04 : C’est l’éjection. Le bébé sort d’Albane à la vitesse record de 102km/h (comme une balle de tennis au service, pour vous donner une idée). La détonation est entendue jusqu’à l’extérieur de l’hôpital. La sage-femme fait un plongeon magnifique et réceptionne mini-nous juste à temps pour éviter qu’il ne s’encastre dans le mur.

– 15h05 : Mini-nous enroule ses tentacules autour du visage de la sage-femme et tente de lui manger les yeux. Un infirmier plutôt costaud lui envoie de fortes décharges avec une matraque électrique pour lui faire lâcher prise. La sage-femme fait des bonds bizarres à chaque décharge, ce serait très amusant à voir si Albane n’essayait pas de me broyer les testicules afin d’être certaine que je ne la remette pas enceinte par inadvertance (ce qui n’arrivera pas volontairement, étant donné que nous sommes tous deux très en accord sur le fait que 2 rejetons, c’est pile ce qu’il faut pour assurer la survie de l’espèce sans risquer la surpopulation).

– 15h06 : Dans des circonstances encore indéterminées, un feu se déclare dans la salle d’accouchement. Mini-nous rétracte aussitôt ses tentacules et se roule en boule dans un coin de la pièce. Au moins nous connaissons maintenant un bon moyen de pression s’il n’est pas sage.

– 15h20 : On pèse et on mesure la bête. 3k940, 51cm, 2 testicules, 10 doigts, deux yeux, deux oreilles et toutes ses dents. Oui, il semble que Mini-nous soit né avec l’intégralité de sa dentition déjà en place. Et qu’il ait hérité de la tendance d’Albane à vouloir mordre tout ce qui ressemble à un morceau de viande.

– 15h30 : Nous restons seuls Albane, Mini-nous et moi dans la salle  d’accouchement pendant que les soignants barricadent l’entrée de l’extérieur. Il semble que Gaël (le vrai nom officiel et tout de Mini-nous) dépasse largement les normes d’agressivité tolérées au sein du service, et ils ont décidé de faire appel à l’armée pour gérer ce cas.

– 15h38 : Nous sommes copieusement gazés et je sombre dans l’inconscience (mes parents diraient que je l’étais déjà, mais ils sont médisants).

– 17h : La sage-femme vérifie que tout va bien pour nous trois et signe un avis d’expulsion. Nous sommes raccompagnés fermement à la sortie du service d’accouchement par trois gros balèzes dont un que je suis persuadé avoir vu dans l’émission « Meutriers en Série ».

– 17h10 : On nous emmène à notre cellule. Je suis content de voir qu’au moins le trou d’évacuation des déjections n’est pas bouché, pas comme dans le dernier hôtel où j’ai mis les pieds. Je demande un autographe au tueur en série, qui me dédicace son livre « Je vous tuerai tous » en inscrivant « Pour Dric, je te rendrai bientôt visite. Amicalement, Roger. »

Gaël à l'âge adulte (projection)

Gaël à l’âge adulte (projection)

La suite est plutôt banale avec le traditionnel défilé des personnalités politiques, des félicitations à la chaîne, des photos, du champagne et des filles nues qui se trémoussent. Albane et Gaël pourront rentrer demain (vendredi donc), et si Gaël s’en contrefout puisque lui il peut pioncer, manger et faire caca où qu’il soit, Albane est beaucoup plus impatiente.

Quand à moi, je profite d’avoir le lit pour moi tout seul. Malgré mes demandes répétées, il m’a été interdit d’y amener d’autres personnes.


Note : j’ai un peu romancé cet accouchement, mais l’horodatage est correct ainsi que les principaux évènements. Le personnel a été très très gentil et a fait en sorte que tout se passe bien (même si Gaël est effectivement sorti plus vite que prévu). 

 


  1. Je vais probablement me faire tuer pour ce qualificatif de cétacé, ou au moins souffrir considérablement. Mais ça vaut le coup. 

  2. En vrai on s’en fout mais je fais du covoiturage. Ça sauve la planète, le compte en banque et c’est assez agréable de se faire conduire. Le revers de la médaille c’est qu’on roule parfois sur un chat, mais on ne peut pas tout avoir. 

Je suis un spammeur, vite je commente !


Ulysses Grant était un filou

Pondu le 2 juillet 2009 - 8 commentaires

Aujourd’hui nous allons parler d’un personnage assez connu, Ulysses S. Grant. Et ça va pas être propre. Notre homme nait dans la bonne ville de Point Pleasant (4000 habitants) dans l’Ohio le 27 avril 1822. Autant vous dire que cette bourgade de bouseux connu deux fois la célébrité dans son histoire : lorsqu’on y distilla pour la première fois de l’alcool à plus de 110 degrés, ce qui est une aberration scientifique jusqu’à ce qu’on y goûte, et la conséquence de cette victoire éthylique qui amena des tas de gens à voir un homme-papillon qui volait autour d’un pont autoroutier en décembre 1967. La femme du maire n’aimant pas les insectes, elle fit plastiquer le pont pour être sûr que ce papillon géant n’entre jamais chez elle. Bien sûr on préféra prétendre par la suite que ce pont était tombé tout seul. P’pa Grant appelle son fils Hiram Ulysses Grant, nom qu’il considère comme original, d’autant que sur toutes les naissances de petits mâles en Ohio en 1822, on compta 86% d’Ulysses ( et environ 38% chez les filles, c’est dire si à cette époque les habitants étaient imaginatifs). Le

Edit : A cause d’un vilain bug, la moitié de cette note est partie en vacances. Si quelqu’un avait par miracle l’intégralité du texte quelque part, il me sauverait la mise…

Je voudrais la paix sur le monde, vite je commente !


Le petit père Gandhi

Pondu le 2 avril 2009 - 5 commentaires

Gandhi, avocat politicien non-gesticulant

Gandhi, avocat politicien non-gesticulant

Aujourd’hui je souhaiterai aborder l’histoire d’un personnage illustre : Gandhi.

On a tous en tête son petit corps frêle enveloppé dans un drap et une grosse tête avec des grandes lunettes rondes. Ce qui au fond résume assez bien le personnage, mais si je m’arrêtais là cette note serait beaucoup trop courte.

Gandhi a pour vrai nom Mohandas Karamchand Gandhi1. C’est son papa qui aimait bien donner des noms concrets aux choses qui le baptisa ainsi car il voulait que son fils devienne épicier (Probablement véridique). Bien évidemment personne n’arrivait à retenir un nom pareil, aussi les indiens qui sont des gens qui n’hésitent pas à faire preuve de pragmatisme quand ça les arrange l’ont vite renommé en Mahatma Gandhi. Le petit Gandhinouchet comme l’appelait sa maman est né le 2 octobre 1869. 15 jours plus tard s’ouvrait le Canal de Suez afin que les dirigeants européens puissent venir saluer cette naissance. Les historiens estiment que comme Gandhi était totalement inconnu à ce moment-là les constructeurs du canal ont complètement merdé dans leur planning, et qu’ils ont creusé leur foutu canal quelques décennies trop tôt.

Le petit Gandhi grandit au milieu d’une famille aisée, même si celle-ci ne disposait que de peu de soie pour péter dedans. Il était assez moyen dans ses études, jusqu’à ce qu’on le marie à l’age de 13 ans avec une fille au nom improbable. C’est alors qu’il découvrit les joies du sexe, et on sait tous que les indiens sont des chauds lapins (après tout ils sont voisins des chinois, et c’est eux qui ont pondu ce damné Kama-Sutra). Il resta cependant assez moyen dans ses études par la suite, ce qui prouve que si le sexe ne rend pas idiot il ne rend pas intelligent non plus.

En 18882 on lui proposa soit de se droguer, soit de partir étudier en Angleterre. Malgré l’opposition de son chef de communauté qui en profita pour le déclasser en « hors-caste » – ce qui se traduit chez les canadiens par « encore plus nul qu’une crotte de caribou desséchée » – le petit Gandhi décida d’aller dans ce pays de dépravés à la bouffe horrible, mais il jura en crachant par terre qu’il ne toucherait ni aux anglaises parce qu’elles étaient moches, ni à la viande parce que leur mouton à la menthe ils pouvaient se le mettre « par là où ça sort d’habitude » (citation approximative rapportée par un voisin).

Ce végétarisme forcé le rendit un peu « dérangé » 3(au sens digestif comme au sens mental), et notre bonhomme commença à s’intéresser aux trucs mystiques et à la non-violence forcenée. Il en devint aussi avocat, mais de l’avis général il était plutôt miteux.

Ayant la bougeotte, le petit Gandhi qui avait alors bien grandi  se rendit en Afrique du sud où il fit quelque temps la truffe militante. C’est là qu’il testa pour la première fois la désobéissance civile non-violente. Avec un succès très relatif, que les historiens décrivirent comme « Oui oh, c’était pas super mais c’était mieux que rien. »

En 1915 il rentra en Inde et entreprit d’y mettre le même bazar vu que les chefs en Inde étaient les Anglais, avec un succès certain. Comme ça le gavait d’être avocat, il entra en politique4. Évidemment il alla en prison à cause du foutoir qu’il occasionna, mais il en sortit en prétextant une appendicite. C’est vers cette époque qu’on lui prêta un penchant pour l’ascétisme (il jeûnait pas mal, il se baladait à moitié à poil, il vivait n’importe comment…). Cependant n’importe quel historien un peu sérieux opinera du chef quand à la véritable raison de ce comportement : Gandhi se trouvait gros, même quand il ne l’était pas. Du coup il faisait des régimes idiots pour perdre les quelques grammes de chair qui enveloppaient ses os.

Comme il dérangeait plein de gens, dont les britanniques qui auraient bien voulu avoir l’air svelte mais qui ne pouvaient pas à cause de leurs détestables habitudes alimentaires, on tenta de l’assassiner plein de fois ; mais Gandhi esquiva les coups avec la dextérité d’un président américain esquivant des chaussures volantes.

Les anglais tentèrent de réprimer ces mouvements d’indépendance avec violence, mais ça ne marcha pas sur Gandhi qui répliqua avec un geste d’une intensité terrible : il fronça ses sourcils avec violence. Heureusement, ce manquement flagrant à sa doctrine de non-violence et résistance passive passa inaperçu grâce aux grosses lunettes rondes qui masquaient les sourcils que portait Gandhididou, comme l’appellait sa femme.

Il finit par obtenir l’indépendance en jouant au poker avec le chef des anglais, et il demanda qu’on paie grassement le Pakistan étant donné qu’il leur refila tous les musulmans indiens.

Finalement il se fit bêtement tuer par un hindou  extrémiste en essayant d’éviter les balles de celui-ci comme le fait le gars dans Matrix. Seulement à l’age de 79 ans il est bien évident qu’on n’est pas trop souple, aussi se fit-il trouer le buffet. Tout le monde fut très triste à son enterrement, surtout que le petit père Gandhi avait demandé à ce qu’on répande ses cendres dans tous les grands fleuves du monde, ce qui fit une sacrée trotte pour ses exécuteurs testamentaires.

Sources : Wikipédia, Gandi.net, Gandhi.fr.


  1. Et encore, je vous épargne l’orthographe du nom dans sa langue maternelle qui est મોહનદાસ કરમચંદ ગાંધી, ce qui veut dire à peu de choses près « Petit caca de panda du pays lointain où vivent les pandas », dans un dialecte centre-africain aujourd’hui oublié. 

  2. Merci à Eva pour la correction ! 

  3. Merci à Eva pour la correction ! 

  4. Comme quoi notre président à nous a parfois des modèles surprenants. 

Je suis fan de chats, vite je commente !


Ce que tu peux être nouille mon pauvre Marco

Pondu le 23 février 2009 - 9 commentaires

Illustration d'un mauvais choix d'illustration

J’ai acheté récemment Kung Fu Panda (que je vous recommande vivement, surtout si vous avec déjà une vague connaissance des dessins animés et films se déroulant dans la Chine antique), et il se trouve que le personnage principal (Po le Panda) est un super cuisinier en nouilles.

La nouille, c’est quand même classe comme nom. Largement mieux que les spaghettis. De tout temps ces deux dénominations se sont affrontées dans un combat sans merci, une saga fantastique intitulée : « La vengeance de la nouille carbonara ».

Les italiens ne la ramènent pas trop lorsqu’on leur parle de l’origine des spaghettis, et pour cause : il a été démontré que c’est grâce à la Route de la Soie que la nouille a été introduite en Europe par  Marco Polo1.

Marco Polo est né le 15 septembre 1254, une année que la plupart des gens qui l’ont vécu ont qualifié de « bien, mais pas glop ». On sait que son père était absent au moment de la naissance (une vieille tante malade à visiter), mais ce qu’on sait moins c’est que sa mère était également absente.

C’est donc par sa nounou qu’il est élevé, jusqu’à ce que ses parents rentrent enfin alors qu’il a 17 ans. Le petit Marco ne peut pas blairer les français et particulièrement leurs rois. Aussi lorsque Philippe le Hardi fut couronné en 1271, il demanda à ses parents de quitter l’Europe pour cause de voisinage (je cite) « bruyant, malodorant et qui parle le français avec un accent déplorable ». Ses parents soupirèrent et affrètèrent un navire pour la Chine où le papa de Marco avait quelques affaires qui tournent.

A l’instar des affaires qui tournent, les pouces de la famille Polo commencèrent à en faire de même. Ils décidèrent donc de rendre une visite de courtoisie au grand Khan voisin, petit-fils de Gengis Khan et bien moins effronté que son grand-père. En effet, ce personnage très puissant règnait sur un Empire gigantesque, il avait donc autre chose à faire que d’aller piller ses voisins. Alors que l’entrevue se déroulait assez bien malgré un jeu de mots foireux de Papa Polo, le jeune Marco qui avait alors 20 ans se prit les pieds dans un tapis et alla s’encastrer dans un vase, se coinçant la tête dedans. L’Empereur ne voulant pas casser son vase, ordonna qu’on tranche la tête de ce maladroit pour la dégager. Mais le bourreau bourré rata son coup et fracassa le vase en faisant une coupe de cheveux très courte au petit Marco au passage.

L’Empereur y vit alors un présage et décida de lui confier les rênes de son Empire, avant que ses conseillers inquiets pour leur gagne-pain ne lui sussurent de le nommer consultant externe à la place. Ainsi Marco Polo passa-t-il son temps à accomplir des missions pour l’Empereur. On lui demanda ainsi d’escorter une princesse (qui malgré toutes les avances de Marco ne céda pas à la cabriole. Marco raconta dans ses mémoires que de toute façon elle était même pas belle), de réguler des trucs, de développer des choses et de trancher définitivement la question de  savoir qui de l’éléphant ou du rhinocéros était le plus balèze. Les conclusions de ce dernier rapport conduisirent à l’assassinat du premier ministre de l’empereur, qui était par ailleurs une vile crapule. On ne retrouva jamais le rapport en lui-même, bien que des sources bien informées et pas trop alcoolisées affirment que les dirigeants chinois le gardent dans un endroit secret appelé « L’endroit secret le plus secret parmis les grands endroits secrets ».

Au bout d’un moment, Marco Polo qui avait entretemps mis pas mal d’argent de côté en magouillant comme un goret lors de ses missions2 se rendit chez l’Empereur de Chine, le Khan Krelat (les historiens occidentaux renommèrent plus tard cet empereur en Khan Kūbilaï, parce que ça faisait plus classe et que c’était plein de lettres avec des accents bizarres) et lui tint à peu près ce langage :

« – Mon p’tit Khan, on a bien rigolé mais là faut que je rentre à Venise. De toute façon notre idylle était impossible.

– Ok boy, tire-toi de mon palais. A plus mec ! Lui répondit le Khan.

– Ouech mec. »

Ainsi Marco rentra à Venise avec beaucoup d’esbrouffe, allant même jusqu’à dire qu’il était devenu le roi du monde et qu’il avait couché avec la princesse d’Iran. C’est probablement son incroyable vantardise qui conduisit pas mal de monde à douter de ses récits il faut le dire un peu acadabrantesques par moments. Parce qu’autant on peut croire qu’il fut un fin négociateur ou un enquêteur rusé, autant le fait qu’il mis une branlée aux Terribles Ninjas Cruels et Mortels de la Nuit reste assez peu crédible.

Marco joua un peu à la guerre, fut fait prisonnier et dicta son livre en prison à son co-détenu qui dut pour le coup apprendre à écrire, ce qui explique l’orthographe plus qu’approximative du premier jet de ce récit. A sa sortie de prison il se jeta sur la première fille pas trop mal foutue qu’il trouva et lui fit 3 filles en moins de 5 mois (les historiens s’entretuent encore sur cet exploit, d’aucuns pensent qu’il pourrait avoir encore une fois exagéré la réalité). Il est probable qu’il devint un type puissant et magouilleur, mais il mourut quand même comme tout le monde en 1324. Tout le monde fut très triste lors de son enterrement parce qu’on ne savait pas au moment de sa mort où il avait planqué ses pierres précieuses. Heureusement comme Marco perdait la mémoire sur la fin, il avait noté l’emplacement sur son garde-manger et tout le monde fut finalement bien content.

Sources : wikipedia, marco polo foods,  programme Marco Polo.


  1. Même si en fait il se peut que la nouille ait précédé de peu ce bon Polo qui avait eu du retard suite à une grosse diarhée, mais ce sont des détails que les historiens n’aiment pas trop aborder. 

  2. Il est possible que ça soit authentique, puisque dans son livre M. Polo ne dit mentionne pas la provenance de sa fortune. 

Je suis une blonde, vite je commente !


Je colle à l'actualité comme une sale gosse sur un poney

Pondu le 16 décembre 2008 - 5 commentaires

Une fois n’est pas coutume, je reviens aujourd’hui sur un évènement d’actualité qui a fait le tour du monde : le président sortant des nord-américains s’est fait bombarder à coup de chaussures.

Clown shoes

Avec des chaussures de cette taille, le succès eut été assuré.

Comme tout le monde, j’ai trouvé cette nouvelle amusante et légère. Mais poussons plus loin l’analyse de cet évènement et voyons ensemble les causes de cet incroyable gâchis

Du côté du Président Bush :

– Vous vous souvenez tous que les nord-américains ont failli perdre ce président à cause d’un bête bretzel. Ce qui aurait été la mort présidentielle de loin la plus idiote au monde. Et là, G. Bush a superbement esquivé les chaussures. Je dirai même qu’il l’a fait avec une classe et une nonchalance jusqu’alors jamais vues chez cet homme. Une seule possibilité : les services secrets ont spécialement entraîné le Président à éviter les objets inhabituellements volants et agressifs. Le Pentagone a d’ailleurs diffusé une liste d’objets appartenant à cette catégorie en juin 2008, dans laquelle on trouve effectivement une paire de chaussures.

– Ancien alcoolique, G. Bush a toujours eu un rapport assez flou avec son sens de l’équilibre. Des mauvaises langues ont même suggéré que ce dernier avait définitivement quitté le Président il y a déjà quelques années, et qu’ils étaient actuellement en instance de divorce1. Beaucoup de communiqués officiels de la Maison Blanche ont assuré que le Président avait cessé de boire, que c’était de l’histoire ancienne et que les irakiens étaient des cacas de panda. Mais si on regarde la vidéo, on peut voir que le Président Bush a très bien pu chanceler au moment opportun par deux fois, faisant pour le coup preuve d’une chance insolente. Un tangage aisément explicable par l’abus de boisson à haut degré d’alcool. Cette impression est renforcée par cette expression vide et un peu bovine qu’a Georgie au moment de l’attaque.

– Les moyens des USA dépassent de loin ceux du reste du monde (sauf peut-être ces fourbes de Chinois, aidés par leur féroce appétit sexuel), et pourtant partout dans le monde on trouve la même combine pour dupliquer les gens : il paraît que la momie de Lénine a des sosies, on ne compte plus de nombre d’Elvis « the King » Presley se baladant à Las Vegas en toute impunité (alors qu’ils ont été classés comme nuisibles au Colorado), Johnny Halliday lui-même a des sosies qui chantent aussi mal que lui, alors il est assez vraisemblable que gouvernement nord-américain possède des copies (légales bien sûr) de George W. Bush dans ses tiroirs. Dont un sosie qui a bossé dans des numéros itinérants de lancers de couteau dans les états du Mid-West (inutile de dire qu’avec un pareil faciès, il faisait figure de cible).

Du côté des Irakiens :

– On s’en souvient, au début du siècle pulullaient les camps de vacances pour terroristes dans des lieux paradisiaques tels que le désert d’Afghanistan, le désert de Syrie, et d’autres déserts tout aussi peu fréquentables. Puis est venue la crise économique mondiale, qui a relégué le terrorisme au statut de « Vague gêne semblable à un début de diarrhée »2. Fort logiquement, beaucoup de ces destinations touristiques ont dû fermer, causant un manque de formation critique chez les apprentis terroristes. Ce qui explique les armes utilisées (des chaussures), et le peu de précision des attaques.

– Peu avant ont eu lieu les attentats en Inde, qui ont été spectaculaires et sanglants. Les terroristes arabes, jaloux de leurs confrères pakistanais, ont dû réagir dans la précipitation.  Une mauvaise préparation ainsi que des consultants externes recrutés à bas prix ont donné ce résultat : un attentat à la chaussure qui a lamentablement raté.

– On peut aussi mettre en cause une occidentalisation préoccupante et semblable en stupidité à l’expansion du langage sms en France. En effet, le journaliste a lancé non pas des babouches traditionnelles, ni des sandales, mais des chaussures de forme occidentale. Le lanceur, probablement peu habitué à manier ce genre de souliers a sous évalué les capacités aérodynamiques de ses chaussures et a manqué sa cible.

Pour conclure, je dirais que ce journaliste malchanceux affronte à présent le plus grand échec de tous les évènements liés aux affrontements occident/orient : rater deux fois un président sortant alors qu’on est à moins de trois mètres de lui et que celui-ci n’a pas la possibilité de s’enfuir, c’est franchement pas terrible. Un minimum d’entraînement et un meilleur contrôle de lui-même lui aurait permis de faire mouche, ce qui aurait augmenté l’impact psychologique de l’affaire de façon spectaculaire.


  1. Oui ça semble ridicule de pouvoir divorcer de son sens de l’équilibre, mais aux Etats-Unis tout est possible. 

  2. Classification 2008 des fléaux mondiaux par le ministère de l’Intérieur Français. 

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !


La crise énergétique touche aussi les rois

Pondu le 30 septembre 2008 - 5 commentaires

Chambord, un château qu'il est beau

Peu de chambordements dans cette facade

Il fut une époque où on pouvait gaspiller sans vergogne en chauffage. Les châteaux de la Loire en sont une excellente démonstration. Et si je vous en parle, c’est que nous sommes allé visiter le château de Chambord lors des journées du Patrimoine où pas mal de trucs sont ouverts à la visite gratis, mais pas le château qui lui reste payant.

Le château de Chambord évoque bien sûr le début de la Renaissance, la classe, la majesté et le grandiose. Et de fait, cette réputation est méritée.

Resituons le contexte : Louis XII, qui rentrera dans les mémoires pour sa formidable méthode de comptage des huîtres et des oeufs1, n’a pas d’enfants. Il tente bien à un moment de conclure avec la femme de chambre, mais il s’avère que celle-ci n’est pas super d’accord et elle ira tout fayoter à la femme du roi qui collera à son souverain de mari deux claques derrière les oreilles en le traitant de crétin.

Du coup Louis XII n’aura point de descendance et devra donc se rabattre sur un obscur fils de cousin germain, un petit crétin arrogant du nom de François. Celui-ci accèdera enfin au trône en 1515 et épatera les manants avec des figures à cheval malgré les avertissements répétés de sa mère, qui sait de quoi elle parle puisque le petit con aura failli mourir d’un accident de cheval quelques années auparavant. François 1er trouve particulièrement cool la culture italienne de l’époque. Et puis il adore les grosses baraques. Il demande donc un beau matin en sortant de son bain à voir ses architectes, et il leur tient à peu près ce langage : « Les gars, j’ai un p’tit bout de terrain vers Chambord  là, un gros champ à vache sur lequel je voudrais me faire faire une petite bicoque. Un truc léger hein, pas plus de 400 pièces. Allez zou, exécution ! ».

Les architectes se mirent au boulot. Sauf qu’à l’époque les normes d’isolation étaient largement plus laxistes que maintenant, du coup les maîtres d’oeuvre grugèrent largement pour se faire une plus grosse marge. Ce qui fait que le château de Chambord est un gouffre à chauffage. Et avec 282 cheminées pour chauffer les 426 pièces, il en faut du combustible. Ca tombe bien, puisqu’à l’époque est lancé un grand jeu un peu partout en Europe : la chasse aux sorcières. On estime donc que pour sauvegarder les forêts alentours, on a fait brûler pas moins de 200 à 300 sorcières dans les cheminées du château. Vous allez me dire que les cris des pauvresses devaient être assez désagréables et troublaient les festivités royales, mais il faut quand même savoir que la télévision n’arrivait pas jusqu’à Chambord à cette époque. Aussi les bûchers étaient-ils très suivis le soir au coin du feu.

Divers rois oubliés depuis habitèrent le château après la mort de François 1er qui n’y résida que peu de fois, trouvant finalement que les voisins étaient des gueux abrutis et trop pauvres pour qu’on songe sérieusement à leur adresser la parole. Un certain Louis XIV notamment s’y rendit régulièrement quand il voulait faire des avances aux artistes. Un dénommé Molières y fit ainsi sa première représentation du Bourgeois Gentilhomme mais refusa de céder aux avances du roi qui avait une hygiène corporelle décidément trop douteuse.

Quant à nous, nous n’avons vu aucun roitelet mais on a bien mangé au petit resto juste à côté du château. Les photos sont accessibles ici :Photos de Chambord


  1. En effet, à l’époque on ne mettait pas ces denrées par douzaines mais par cent-quatre-vint-treizaines, ce qui était fort compliqué. 

Je suis une blonde, vite je commente !


Parlons technique…

Pondu le 18 janvier 2008 - 11 commentaires

Vu le succès international de mon blog1, le changement de thème récent a provoqué une vaste vague vaseuse de protestations. Et où sont les chats (ils sont revenus), les couleurs sont moches (les anciennes l’étaient aussi), on veut la nature (sortez de chez vous et allez vous promener en forêt au lieu de lire ces âneries2 ), etc.

Alors d’abord, je vous signale le retour des images du titre du blog qui changent aléatoirement. Je n’ai pas envie de me cantonner aux images de nature donc il y aura de tout. Ensuite je voulais deux colonnes à droite, c’est la principale raison de ce changement hormis le fait que ce couillon de blog mettait des plombes à charger. C’est toujours le cas, mais on gagne au moins une seconde.

Ensuite, devrais-je mettre un fond clair sur une police foncée, comme c’est le cas ici, où bien l’inverse ? De quelle couleur dois-je mettre les liens ? Voulez-vous plus d’images de filles sexy et dénudées, moins de chats, plus de photos de mon frigo ou des seins d’Albane3, plus de sang, moins de Norbert dans les commentaires, moins de liens vers Atchoumation, plus de doré sur le lien du webmail de Frangin, des hommes tout nus, que j’insulte d’avantage les poneys,que je mette plus de rouge ou de bleu et moins de vert… ?

Comme dirait un kikoolol, « lach té koms ! »

Sinon j’ai toujours pas trouvé de nouvelle DricHouse, à croire que personne ne veut louer de maison dans le coin…


  1. Ce qui n’est pas entièrement faux étant donné que Floralia me lit de la Suisse, Norbert de l’Espagne et un que je ne connais pas du Canada (mais il vient pas souvent). 

  2. Je déconne hein, lisez-les quand même. 

  3. Message pour Albane : inutile de m’engueuler, j’ai rayé la mention à la partie de ton anatomie dont tu n’aime pas qu’on cause. 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !