Tout ceci est vraiment barbant

Pondu le 31 décembre 2019 - 1 commentaire

Les gens qui viennent de temps à autre voir si je n’ai pas pondu une nouvelle note sur ce blog, Albane et les gens qui me demandent un service pas urgent ont en commun d’être persuadés que j’ai un poil dans la main long comme ma b…1.

Et ils ont totalement tort. Je ne suis pas feignant, je suis procrastinateur. Mais du genre procrastinateur compulsif.

Tant qu’on parle de poils, je pense qu’il est temps d’aborder un sujet qui fait bien plus consensus que de savoir qui de l’hippopotame ou de l’éléphant est le plus balèze : les intégristes et la barbe.

Notons d’emblée que les femmes sont infériorisées sur ce sujet. Vous ne verrez jamais de barbue islamiste, hipster ou guérillero. Les femmes n’étant en temps normal pas pourvues de pilosité faciale, elles ne voient pas l’intérêt de recourir à la chirurgie esthétique pour se faire pousser la barbe. Et si par malchance elles ont des poils faciaux, elles ont plutôt tendance à ne pas les arborer fièrement.

Comme à l’accoutumée ici, on va donc classer les femmes dans la catégorie « vague nuisance qui nuit à la pureté du propos » et ne plus les mentionner ensuite.

L’intégrisme, c’est avant tout l’histoire d’une personne qui se noie dans ses idées : on commence par trouver le truc sympa, puis on en parle autour de soi, puis on commence à prendre à partie les gens en disant que c’est mieux que ce qu’ils ont déjà, et pour finir on veut brûler tous ceux qui ne pensent pas exactement comme soi.

Les intégrismes suivent à peu près tous les mêmes codes :

  • Le rejet de ceux qui ne promeuvent ni ne se conforment aux doctrines de l’idéologie
  • Une vénération sans borne de leaders pourtant souvent controversés
  • Une argumentation sans limite de mauvaise foi
  • Le refus de convenir qu’on peut vivre en accord avec soi-même sans pour autant suivre les préceptes de l’idéologie
  • La croyance ferme que les infidèles recevront tôt ou tard un retour de karma, si possible pour l’éternité et dans la plus grande souffrance

Dit comme ça, on pense tout de suite aux extrémistes des grandes religions monothéistes, et assez curieusement aux athées2. Mais l’intégrisme est partout et ses sujets d’application sont bien plus vastes :

On trouve des intégristes dans les religions évidemment, dans les experts informatiques, dans les critiques (littéraires, de cinéma, de mode, de bouffe et évidemment de musique), dans les courants vestimentaires, dans tout ce qui contient de la technologie, dans tout ce qui n’en contient pas, dans tout ce qui roule, dans tout ce qui se lèche (je pense aux timbres évidemment), et dans plein d’autres domaines bien sûr (on ne va pas tous les passer en revue non plus).

Mais alors comment reconnaître à coup sûr un intégriste ?

  • À son accoutrement particulier qui lui permet de se différencier de la masse vulgaire tout en devenant un clone vestimentaire des autres pratiquants de son idéologie ?
    Mmh possible pour les chasseurs, les motards en Harley ou les fans de Johnny, mais certains intégrismes n’ont aucune particularité vestimentaire comme les athées et les anti-noëllistes – qui sont souvent les mêmes d’ailleurs.
  • À son hygiène douteuse ?
    Si ça s’applique très bien aux barbus du Logiciel Libre, aux altermondialistes et aux fondamentalistes de tout poil, ce n’est pas forcément le cas pour les fondus du diesel, les adeptes de la musique sur vinyle ou ceux qui ne mettent pas de chaussettes dans leurs chaussures de ville, et ce n’est pas vraiment représentatif des fanboys Apple ou des gens bossant dans la communication.
  • À son jargon volontairement obscur et compréhensible seulement par les gens de la même mouvance que lui ?
    Admettons pour les sociologues, les admins système ou les traders. Mais c’est déjà moins vrai pour un catholique de base (on ne parle pas des fondus de théologie) ou un collectionneur de Lego. Et un vegan pourra parfaitement se faire comprendre de n’importe qui, tout comme un noëlliste (oui, nous existons).

Il n’y a en réalité qu’un seul élément vraiment distinctif qui vous montrera à coup sûr que vous avez affaire à un intégriste : la barbe.

Le degré d’intégrisme est proportionnel à la longueur de la barbe.

Ça c’est pour le postulat de base. Mais l’être humain n’étant par nature pas égal à son prochain, il se peut qu’un être ne puisse pas refléter à l’extérieur toute la force de conviction qu’il possède en lui : en gros, il aura beau être le plus fervent défenseur de son idéologie, il n’aura que trois poils de fesse en guise de pilosité faciale.

C’est pourquoi cette règle ne doit pas être prise dans ce sens mais plutôt ainsi :

Si un type adhère à une idéologie et qu’il a une grosse barbe, alors c’est un intégriste.

Voyez, c’est tout de suite plus clair. Par contre ça ne s’applique absolument pas à ceux qui comme moi ont une pilosité faciale contrariée et contrariante, mais je n’ai jamais prétendu être un garçon inclusif et j’ai d’ailleurs déjà écarté les femmes de mon argumentaire, on peut donc exclure aussi ceux dont les poils faciaux n’en font qu’à leur tête.

Je suppose que pour eux on pourrait bricoler un corolaire qui dit que si quelqu’un adhère à une idéologie et qu’il a une pilosité faciale vraiment ridicule, alors c’est un intégriste contrarié3.

Il existe d’ailleurs une forme d’intégrisme qui s’est joyeusement répandue ces dernières années et qui pour le coup n’est pas du tout inclusive : les barbus. La mode était à la barbe, la plus soyeuse et fournie possible. Les gens qui ne pouvaient en dépit de leurs injonctions se laisser pousser un collier velu suffisamment épanoui était donc moqués et mis à part.

Ne cliquez pas sur cette image, cette jeune femme ne ronronnera pas. Et vous pourriez bien attraper sa photoshopose.
Cas pratique : cette personne est-elle une intégriste pro-chats ?
Vous avez deux heures.

Et que faire alors si on a affaire à un barbu ?

Écartons d’emblée la possibilité de dialoguer avec lui : le barbu (au sens intégriste du terme) n’admet que ses propres idées. Les concepts qui ne collent pas avec sa vision sont juste bons à être rejetés en bloc. Vous pouvez à la rigueur tenter de débattre, si vous vous ennuyez vraiment ou que vous cherchez un peu de spectacle. Ce sera l’occasion de tester votre mauvaise foi en tentant de rivaliser avec la rhétorique du barbu, et un entraînement régulier à cet exercice pourrait vous aider dans vos futures négociations salariales ou conjugales.

Le mieux, c’est encore de lui dire bonjour par politesse et de l’ignorer ensuite.

Mais si vous êtes amené à converser avec cette personne et que vous devez rester courtoisement en bon terme avec elle, parlez-lui de la seule chose qui va vraiment l’emplir de joie sans qu’elle essaie de vous convertir à son idéologie : sa barbe.


  1. Et je veux bien sûr parler de ma baignoire, qui fait 1m70. 

  2. Un athée croit fermement à l’inexistence de Dieu, même s’il ne peut pas prouver qu’il n’existe pas. Un agnostique quant à lui part du principe que comme on ne peut rien prouver scientifiquement en la matière, chacun peut croire ce qu’il veut. Il est l’inverse exact d’un intégriste. Les agnostiques peuvent donc même être croyants. 

  3. Et c’est de ceux-là qu’on devrait le plus se méfier, parce que c’est eux qui pensent avoir le plus à prouver. 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !


Et si Tesla s’était un peu plus intéressé aux femmes ?

Pondu le 9 février 2015 - 3 commentaires

Nikola Tesla, un génie arrogant qui ne pigeait rien aux femmes

Ceci n’est pas une fille à poil. Au cas où vous auriez un doute.

Vous connaissez peut-être Nikola Tesla, brillant inventeur dans le domaine de l’électricité qui vécut à cheval entre le XIXè et le XXè siècle. Cet homme prompt à la fanfaronnade dont le père était Milutin, mimolette1 fit des découvertes scandaleusement prodigieuses comme le courant alternatif, le radar, les moteurs électriques, tout un tas de truc sur les ondes, les télécommunications, et le fait qu’être un génie arrogant n’est pas un avantage pour briller en société ou pour séduire la gent féminine.

Un de ses meilleurs ennemis, Thomas Edison, conduisit malgré lui à l’invention de la chaise électrique en voulant prouver au monde que le courant alternatif inventé par Tesla et que vous avez dans vos prises de courant était super dangereux, qu’électrocuter des animaux était encore admissible pour le grand public à cette époque2, et que Tesla était un gros caca de panda. Ce en quoi il avait d’ailleurs raison sur au moins un point, le bougre.

Nikola Tesla mourut comme un vieux con au début de 1943, tout seul, couvert de dettes et de rides, sans s’être jamais marié après avoir passé sa vie à inventer des trucs. On ne connait d’ailleurs presque rien de sa vie amoureuse. On va donc supposer dans la longue tradition de ce blog qu’il ne pigeait rien du tout aux femmes et qu’il les considérait comme « une vague nuisance parfois distrayante ». Ce qui en fait un dieu dans le panthéon des nerds3.

Et pourtant, s’il avait daigné leur consacrer un peu de son temps, il aurait pu révolutionner totalement un domaine qui, s’il est assez tendance actuellement, était plutôt en friche au début du XXè siècle. Je veux bien sûr parler des sextoys.

Le clitoris a à lui tout seul environ 8000 terminaisons nerveuses4. Ça fait beaucoup, surtout pour un organe qui est relativement délaissé par une partie non-négligeable des hommes. Mais en même temps il est très difficile d’avoir un mode d’emploi correct pour se servir de ce truc, et les quelques indications qu’on peut glaner pendant l’utilisation sont assez floues et parfois contradictoires.

Peut-on encore parler de décolleté sur cette tenue ? Et surtout, est-ce que le haut tombe lorsqu'elle ne le tient plus ?

Monsieur Tesla ? Je ne crois pas que nous nous soyons déjà rencontré, je suis une femme.

A ce propos, l’Association des Fiers Mâles Testiculés et Phallocrates de Haute Savoie (AFMTPHS pour la suite) a définitivement établi dans son colloque de 2003 intitulé « Les femmes, source de nuisance nécessaire » que le clitoris, à l’image de celles qui en sont dotées, est une invention du diable qui empêche les honnêtes hommes de vivre en paix. L’association des Éminentes Féministes Gynocrates en Colère leur répondit dans une tribune au doux titre de « Si ça vous plaît pas, restez donc entre vous et lâchez-nous la grappe ». L’année suivante, la FMTPHS se renomma lors de leur assemblée générale en Association des Fiers Gays Testiculés et Phallocrates de Haute-Savoie. Cette association fut dissoute trois mois plus tard, lorsque tous ces membres moururent de faim après avoir cru que la magie qui remplissait leur frigo de nourriture s’était tarie en même temps que leur femme quittait le domicile conjugal.

Parallèlement à ça, tous ceux qui ont maltraité des grenouilles pendant leurs cours de biologie savent qu’en stimulant des nerfs avec des courants électriques, on obtient des réactions pour le moins géniales/surprenantes/dégoûtantes/révoltantes suivant le degré d’empathie que vous avez avec nos amis batraciens et votre degré de sadisme.

Partant de là, nous avons à ma gauche un fantastique concentré de terminaisons nerveuses qui peut provoquer d’après la rumeur beaucoup de plaisir, et à ma droite un procédé qui utilise l’électricité pour stimuler des nerfs.

Donc, si Tesla avait correctement fait son boulot et s’était un peu plus intéressé aux trucs qui en valaient la peine au lieu de faire un concours de zizi permanent avec divers autres inventeurs, il aurait probablement pondu un stimulateur clitoridien qui envoyait un très faible courant électrique pour stimuler cette zone érogène.

Un mini-taser en fait. Mais mignon et rose.


  1. Ce jeu de mot ne devrait parler qu’à une minorité de vieux lutins qui hantèrent jadis un forum miteux mais où on rigolait bien. Et à condition de savoir que le père de Tesla s’appelait réellement Milutin. 

  2. Pour prouver que le courant alternatif était dangereux, il électrocuta divers animaux avec succès. 

  3. Les nerds sont des gens asociaux, souvent des hommes, qui sont souvent très spécialisés dans des domaines scientifiques obscurs, qui ont une culture et des loisirs qui leurs sont propres, et qui n’ont aucune idée de ce que sont réellement les individus du sexe opposé. On pourrait les définir comme des geeks extrêmes, mais ce serait encore loin de la réalité. 

  4. Certaines découvertes me laissent perplexes. Y-a-t’il un gars à un moment qui a découpé une femme – vivante ou morte –  pour étudier son anatomie et compter patiemment le nombre de terminaisons nerveuses, ou est-ce un type qui a fait l’estimation à la louche et dont personne n’a voulu s’enquiquiner à vérifier la véracité de ses propos ? Si c’était une personne syndiquée, il faudrait peut-être revoir ce chiffre fortement à la baisse. 

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !


Ma chérie fout le bordel dans ma vie

Pondu le 14 février 2008 - 21 commentaires

En ce jour de Saint Valentin (ou Saint Raoul, suivant le degré de célibat), j’aimerai annoncer à mes fans féminines que malheureusement pour elles, je ne suis pas célibataire.

Cette introduction qui prouve entre autres que j’ai une bien trop haute opinion de moi-même m’amène à vous narrer avec un souci permanent d’exactitude et d’objectivité les quelques chamboulements dans mon petit train-train quotidien :

Tout d’abord, je suis désormais obligé de partager mon chez-moi avec ma blonde1. Je sens qu’à la lecture de cette phrase elle va faire des bonds, l’air outré et le regard assassin. C’est mon côté provoc’, j’aime titiller son sens de l’humour. Bref, je ne suis plus tout seul chez moi et pour tout vous dire ça fait bizarre de ne pas avoir à faire toutes les corvées2. Ca a aussi plein d’autres avantages dont l’évocation est interdite aux mineurs, et puis c’est plus pratique pour s’engueuler d’être dans le même lieu.

Mais ce n’est pas tout : mademoiselle travaillant à Henrichemont (une bourgade à 30 km de Bourges et principalement ravitaillée par les corbeaux), il était peu pratique pour elle de se taper la route (qui est pourrie à souhait) pour aller travailler. Comme je suis bien urbain, nous avons donc entamé une recherche digne des quêtes d’Indiana Jones pour trouver un lieu d’habitation situé entre Bourges et Henrichemont qui soit un peu plus confortable qu’un carton sous un pont. Malheureusement, trouver une maison dans ce coin est comparable à l’effort du Président pour retrouver sa popularité : on a eu beau se démener et faire des cris de singes, ça n’a rien donné de bien concret. Enfin ça c’était avant qu’Albane tombe sur une annonce qui parle d’un grand F3 sur St Martin d’Auxigny, patrie des pommes et située à l’exacte moitié de nos lieux de travail respectifs. Même si on voulait une petite maison, on s’est dit « Why not ? »3. Nous avons donc visité un gigantesque appart de plus de 90m² refait à neuf, avec du parquet dans les chambres et plein de fenêtres, de la place pour mettre mon Home Cinema, une cour et un jardin partagé avec deux autres locataires, le tout situé sur la place de la mairie. Il nous a tellement bien emballé qu’après un baroud d’honneur pour trouver quelque chose qui corresponde plus à notre choix d’origine nous nous sommes finalement jetés dessus. Et on emménage le 15 mars. Ce qui me laisse un énorme pieu dans le pied : il faut que trouve un locataire pour mon actuelle maison. Bien évidemment, le court délai m’impose de payer pour le mois de mars mon actuel loyer plus la moitié du nouveau, qui se monte dans son intégralité à 600€ par mois. Mais comme mon préavis est de 3 mois, j’ai plutôt intérèt à trouver un remplaçant. Celà dit si il y en a que ça intéresse c’est une très bonne affaire (maison F3 à 480€/mois sur St Doul’, libre au 1er avril).

Ce nouvel appart offre d’innombrabres possibilités : grâce à la cave je vais pouvoir continuer de faire travailler des petits chinois pour qu’ils me fassent du textile à vil prix, mais comme j’aurais en plus une penderie je vais pouvoir en installer une famille à l’étage pour qu’ils fassent le ménage, la cuisine et qu’ils appuient sur les boutons de la zapette de la télé à ma place. Leur première tâche sera de m’installer des rideauxaux innombrables fenêtres, ça m’embêterait que les p’tites mamies allant faire leur marché le dimanche matin me surprennent à déambuler à poil chez moi. Et gratuitement en plus, si encore elles payaient ça irait.


  1. Au sens canadien du terme, celà va de soi pour mon intégrité physique. 

  2. Notamment la vaisselle, dont la seule évocation éveille chez moi des pulsions de rejets d’une magnitude de 8 sur mon échelle personnelle. 

  3. Oui nous parlons en anglais entre nous, c’est beaucoup plus classe. 

Je trouve qu'on ne parle pas assez de poneys ici, vite je commente !


La Terrible Bande des Jardiniers Cruels

Pondu le 13 novembre 2007 - 6 commentaires

Les quelques bloggueurs qui viennent se perdre ici ne manqueront pas d’opiner du chef à la lecture de l’affirmation suivante : les blogs ça sert à évacuer la frustration.

Alors voilà mon terrible problème : les mecs du service jardin de l’hôpital sont des abrutis passablement dénués de bon sens. Il se trouve qu’à l’automne, les arbres perdent leurs feuilles. Rien d’extraordinaire à ça, c’est même assez bucolique. Les feuilles ainsi tombées doivent cependant être balayées, et c’est là que le service jardin entre en scène.

Ils disposent pour les aider dans cette tâche de gros souffleurs bruyants, ce qui permet d’amener les feuilles là où ils veulent sans avoir à balayer comme de vulgaires euh… balayeurs. La scène se passe sur le parking où je gare ma voiture, c’est un parking en terre ombragé et tranquille. Ceux qui ont déjà vus la Dricmobile le savent : la propreté de ma voiture n’est absolument pas une priorité pour moi. Néanmoins, je suis assez contrarié lorsqu’on me la salit intentionnellement, comme la semaine dernière où ces petits sacs à crotte ont trouvé le moyen de nettoyer les feuilles du parking alors que des voitures étaient garées dessus. Dont la mienne bien évidemment. Leurs souffleurs ont soulevé des montagnes de poussière qui sont venues s’abbattre sur la Dricmobile, la salissant de façon éhontée.

Bien sûr, les forbans n’avaient pas prévenus de leur méfait, et ils se sont bien gardé de le signaler ensuite. Le lendemain, alors que j’allais discuter pour passer le temps dépanner un ordinateur en panne, j’ai croisé les mecs du jardin. Et bien tu me crois, tu m’crois pas mais y en a un qui m’a fixé de ces petits yeux cruels. Et j’ai bien vu dans son regard qu’il me narguait. Il savait que je savais qu’il était coupable, et ce con me rigolait au nez.

Pour la suite de ce récit les gars du service jardin seront appelés la Terrible Bande des Jardiniers Cruels. Le jardinier avec les petits yeux cruels sera leur chef, nommé le Cruel Petit Jardinier.

Donc, le Petit Jardinier Cruel m’avait lancé un défi que je me devais de relever car il blessait farouchement mon ego démesuré. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il n’avat pas affaire à un type ordinaire. Il ignorait tout de mon identité secrète, un super-héros dont les louanges étaient chantées dans diverses tribus d’Amazonie et du Tibet, le Touriste1 !

Mais il était encore trop tôt pour le lui révéler. Je devais d’abord découvrir qui ils étaient, quels étaient leurs sombres buts, et d’où ils venaient. Pour trouver toutes ces réponses, il me fallait l’aide d’un oracle. Je ne sais pas si vous le savez mais il existe une association communale des oracles à St Doulchard, leurs tarifs sont très abordables et ils comptent relativement peu de charlatans dans leurs rangs. L’oracle que j’ai consulté m’en a appris de belles, notamment que ma voisine du bout de ma cour était en réalité une ancienne grande prêtresse du terrible dieu Guacamol. J’ai aussi appris que la Terrible Bande des Jardiniers Cruels étaient des Ouzbeks, outrés et vexés que j’ai fait une note sur leur minable petit pays2. Leur but n’était donc autre que de me discréditer vis-à-vis de mon ego afin de provoquer la fin du monde dans un gigantesque paradoxe, tout en révélant au monde entier qui de l’éléphant ou du rhinocéros est le plus fort.

Je devais réagir, ce que je fis en allant aux toilettes car les révélations de l’oracle prennent du temps et je me retenais depuis au moins trois heures3. Ensuite, je retournai à l’hôpital (qui est mon lieu de travail, je vous le rappelle) en tentant de rester impassible suite à ces terribles informations. J’avais cependant un grand avantage, c’est qu’ils ne savaient pas ce dont j’étais capable. Je devais donc frapper vite et avec une violence extrême. Ni une ni deux, je filai aux toilettes, non pour soulager ma vessie mais pour enfiler mon costume du Touriste.

Je bondis hors du bâtiment de l’informatique tel une puce hors d’un chien qu’on lave, et me campai fièrement au milieu de la cour. Enfin jusqu’à ce que je me rende compte qu’être torse nu dehors avec une température frôlant les 5°C est d’une stupidité absolue. C’est donc complètement gelé que j’entrai dans le repère secret de la Terrible Bande des Jardiniers Cruels, dont l’entrée était indiquée par un panneau : « Service Jardin, merci de ne pas laisser cette porte ouverte car il fait froid dehors. ». A l’intérieur toute la bande fit cercle autour de moi, me menaçant de divers objets allant de la fourche au sèche-cheveux, en passant par un fromage bulgare.

** Comité de censure pour une culture française exacerbée et snobinarde **

Bonjour. Cette note étant classée Tout public, sauf les aveugles et les enfants ne sachant pas lire, nous ne pouvons cautionner la débauche de violence extrême contenue dans le contenu censuré par nos soins. Merci de veiller à l’avenir à ce que vos notes soient plus édulcorées. Nous vous recommandons également d’éviter de mentionner vos problèmes de vessie qui reflètent votre vulgarité.

** Merci de votre attention **

Le Cruel Petit Jardinier, en sang, m’implora de l’achever sans lui faire subir les horribles tortures que j’avais exercé sur ses sbires. Bien évidemment, je ne l’écoutai pas et il mit longtemps à mourir.

La morale de cette histoire d’une stupidité sans borne, c’est : « Ne videz pas vos enfants avec l’eau du bain« .


  1. Voir la note sur les super-héros. Et ne comptez pas sur moi pour vous l’indiquer, démerdez-vous tout seul. 

  2. Alors là si vous avez bien compris, je suppose que vous ne vous attendez même pas à ce que je vous mette le lien ici. Et vous avez bien raison. 

  3. Une lectrice, membre du Mouvement pour une Vie Inutile mais Pieuse, m’a envoyé ceci il y a quelques jours : « <em>Monsieur, je tiens à vous faire part de notre mécontentement. Vous faites preuve d’une remarquable vulgarité et je suis sûre que dans votre prochaine note vous allez en être réduit à nous parler de vos problèmes de vessie ! Je ne vous salue pas, et je vais même jusqu’à vous conchier copieusement. Avec tous mes respects, Georgette</em>« . Ne voulant pas la décevoir, je me dois donc de mentionner dans ce récit épique mon passage au pipi-room. 

Je suis fan de chats, vite je commente !


Marvel, où t'es ? (de potiron)

Pondu le 21 septembre 2007 - 21 commentaires

En ce moment j’ai pas mal de boulot au boulot (oui ça peut surprendre, mais rappelez-vous que je suis fonctionnaire). Et je ne sais pas pourquoi, mais il se trouve qu’il y a toujours plus de choses à faire lorsque l’effectif est réduit (pour cause de vacances essentiellement, il y en a pas mal qui préfèrent partir hors-saison à l’informatique).

Bref, il va de soi que lorsqu’on en demande plus à moins de personnes, ça prend du retard et ça met la pression. J’avais donc pensé me faire porter pâle pour cause de récidive d’appendicite ou de mort de mon cheval, jusqu’à ce que je découvre LA solution à tous mes problèmes. J’ai juste à devenir un super-héros.

Alors après j’ai le choix : soit je deviens à l’instar de Batman et du Punisher un type sans pouvoirs mais qu’est super balèze quand même mais ça me botte moyennement, soit je mute à la X-Men, soit je me prends des super-pouvoirs. Je suis beaucoup plus tenté par cette dernière solution, il paraît que les super-héros avec pouvoirs ont de réductions fiscales plus intéressantes.

Il doit bien exister un magasin de superpouvoirs quelque part sur Paris. Après tout c’est le centre du monde connu, s’il y a un endroit où je peux trouver ça ce sera là-bas (ou à Disneyworld en Floride mais c’est plus loin) :

– Bonjour, alors je voudrais… un pouvoir de téléportation, un de télékinésie, et euh… mettez-moi l’ubiquité aussi s’il vous plaît.
– Bien sûr Monsieur, laissez-moi vérifier que vos pouvoirs ne présentent pas de contre-indications entre eux… Oui, c’est bon. Il vous faudra autre chose ?
– Un costume pour aller avec et le livre « l’identité secrète d’un super-héros pour les nuls » s’il vous plaît.
– C’est votre première fois n’est-ce pas ? Ne vous en faites pas, c’est très facile. Bien, commençons par le costume, que voudriez-vous en couleurs et accessoires ?
– Je voudrais un truc sobre mais classe, si on pouvait éviter le slip par dessus les collants ça m’arrangerait.
– Mmh, laissez-moi réfléchir… Non, je ne vois rien… Il vous faudrait quelque chose d’inédit dans ce cas. Aviez-vous une idée en tête ?
– Oui oui, un short hawaïen.
– Pardon ? Et euh… vous ne vouliez pas un habit sobre et classse ?
– Bah c’est le cas, quoi de plus classe qu’un short hawaïen ? En bleu foncé ou noir s’il vous plait. Pour le haut ne mettez rien, de toute façon les muscles sont inclus dans le forfait non ?
– Bien sûr Monsieur, la musculature développée fait partie des traditions de la maison. Une cape pour accompagner ?
– Non ça ira, je risquerais de me prendre les pieds dedans de toute façon. Et puis je n’aime pas trop les accessoires.
– Bien Monsieur. A quel nom de super-héros aviez-vous pensé ?
– Il en faut un ? Euh… Bolognaise-Man ? Naan, c’est pas terrible. Je sais ! Mettez juste « Le Touriste« . Oui, ça ça claque.
– Quel excellent choix, très approprié… Comme description, que voudriez-vous ?
– Alors : « On fait appel à lui en cas de fin du monde, il est plus fort que Popeye et Frangin réunis, il est capable de convertir le franc CFA en roubles, il connaît déjà le vainqueur des futures élections présidentielles, il peut abattre un cheval juste en claquant des doigts, il a un pouvoir sexuel surdéveloppé, il est capable de comprendre les sous-entendus des femmes, il a déjà vu toutes les prochaines saisons de toutes les séries télé intéressantes, il peut ressuciter le pape et enfin il sait qui de l’éléphant ou du rhinocéros est le plus fort. »
– Parfait, excellente description. Je vous inscris au registre des super-héros… voilà, c’est fait. Ca fera 300$ s’il vous plaît.
– On paie en dollars ? Ah oui, c’est pour faire américain c’est ça ?
– Non, c’est juste que je n’ai pas confiance dans l’euro et que j’aime prononcer le mot Dollar. »

Ah ah, encore un message secret, mais cette fois-ci pour vous dire que je n’aime pas les huîtres.

Donc si vous voyez un abruti en short hawaïen essayer de se téléporter en se concentrant à mort, c’est moi.

Je parle souvent pour ne rien dire, vite je commente !