Tout ceci est vraiment barbant

Pondu le 31 décembre 2019 - 1 commentaire

Les gens qui viennent de temps à autre voir si je n’ai pas pondu une nouvelle note sur ce blog, Albane et les gens qui me demandent un service pas urgent ont en commun d’être persuadés que j’ai un poil dans la main long comme ma b…1.

Et ils ont totalement tort. Je ne suis pas feignant, je suis procrastinateur. Mais du genre procrastinateur compulsif.

Tant qu’on parle de poils, je pense qu’il est temps d’aborder un sujet qui fait bien plus consensus que de savoir qui de l’hippopotame ou de l’éléphant est le plus balèze : les intégristes et la barbe.

Notons d’emblée que les femmes sont infériorisées sur ce sujet. Vous ne verrez jamais de barbue islamiste, hipster ou guérillero. Les femmes n’étant en temps normal pas pourvues de pilosité faciale, elles ne voient pas l’intérêt de recourir à la chirurgie esthétique pour se faire pousser la barbe. Et si par malchance elles ont des poils faciaux, elles ont plutôt tendance à ne pas les arborer fièrement.

Comme à l’accoutumée ici, on va donc classer les femmes dans la catégorie « vague nuisance qui nuit à la pureté du propos » et ne plus les mentionner ensuite.

L’intégrisme, c’est avant tout l’histoire d’une personne qui se noie dans ses idées : on commence par trouver le truc sympa, puis on en parle autour de soi, puis on commence à prendre à partie les gens en disant que c’est mieux que ce qu’ils ont déjà, et pour finir on veut brûler tous ceux qui ne pensent pas exactement comme soi.

Les intégrismes suivent à peu près tous les mêmes codes :

  • Le rejet de ceux qui ne promeuvent ni ne se conforment aux doctrines de l’idéologie
  • Une vénération sans borne de leaders pourtant souvent controversés
  • Une argumentation sans limite de mauvaise foi
  • Le refus de convenir qu’on peut vivre en accord avec soi-même sans pour autant suivre les préceptes de l’idéologie
  • La croyance ferme que les infidèles recevront tôt ou tard un retour de karma, si possible pour l’éternité et dans la plus grande souffrance

Dit comme ça, on pense tout de suite aux extrémistes des grandes religions monothéistes, et assez curieusement aux athées2. Mais l’intégrisme est partout et ses sujets d’application sont bien plus vastes :

On trouve des intégristes dans les religions évidemment, dans les experts informatiques, dans les critiques (littéraires, de cinéma, de mode, de bouffe et évidemment de musique), dans les courants vestimentaires, dans tout ce qui contient de la technologie, dans tout ce qui n’en contient pas, dans tout ce qui roule, dans tout ce qui se lèche (je pense aux timbres évidemment), et dans plein d’autres domaines bien sûr (on ne va pas tous les passer en revue non plus).

Mais alors comment reconnaître à coup sûr un intégriste ?

  • À son accoutrement particulier qui lui permet de se différencier de la masse vulgaire tout en devenant un clone vestimentaire des autres pratiquants de son idéologie ?
    Mmh possible pour les chasseurs, les motards en Harley ou les fans de Johnny, mais certains intégrismes n’ont aucune particularité vestimentaire comme les athées et les anti-noëllistes – qui sont souvent les mêmes d’ailleurs.
  • À son hygiène douteuse ?
    Si ça s’applique très bien aux barbus du Logiciel Libre, aux altermondialistes et aux fondamentalistes de tout poil, ce n’est pas forcément le cas pour les fondus du diesel, les adeptes de la musique sur vinyle ou ceux qui ne mettent pas de chaussettes dans leurs chaussures de ville, et ce n’est pas vraiment représentatif des fanboys Apple ou des gens bossant dans la communication.
  • À son jargon volontairement obscur et compréhensible seulement par les gens de la même mouvance que lui ?
    Admettons pour les sociologues, les admins système ou les traders. Mais c’est déjà moins vrai pour un catholique de base (on ne parle pas des fondus de théologie) ou un collectionneur de Lego. Et un vegan pourra parfaitement se faire comprendre de n’importe qui, tout comme un noëlliste (oui, nous existons).

Il n’y a en réalité qu’un seul élément vraiment distinctif qui vous montrera à coup sûr que vous avez affaire à un intégriste : la barbe.

Le degré d’intégrisme est proportionnel à la longueur de la barbe.

Ça c’est pour le postulat de base. Mais l’être humain n’étant par nature pas égal à son prochain, il se peut qu’un être ne puisse pas refléter à l’extérieur toute la force de conviction qu’il possède en lui : en gros, il aura beau être le plus fervent défenseur de son idéologie, il n’aura que trois poils de fesse en guise de pilosité faciale.

C’est pourquoi cette règle ne doit pas être prise dans ce sens mais plutôt ainsi :

Si un type adhère à une idéologie et qu’il a une grosse barbe, alors c’est un intégriste.

Voyez, c’est tout de suite plus clair. Par contre ça ne s’applique absolument pas à ceux qui comme moi ont une pilosité faciale contrariée et contrariante, mais je n’ai jamais prétendu être un garçon inclusif et j’ai d’ailleurs déjà écarté les femmes de mon argumentaire, on peut donc exclure aussi ceux dont les poils faciaux n’en font qu’à leur tête.

Je suppose que pour eux on pourrait bricoler un corolaire qui dit que si quelqu’un adhère à une idéologie et qu’il a une pilosité faciale vraiment ridicule, alors c’est un intégriste contrarié3.

Il existe d’ailleurs une forme d’intégrisme qui s’est joyeusement répandue ces dernières années et qui pour le coup n’est pas du tout inclusive : les barbus. La mode était à la barbe, la plus soyeuse et fournie possible. Les gens qui ne pouvaient en dépit de leurs injonctions se laisser pousser un collier velu suffisamment épanoui était donc moqués et mis à part.

Ne cliquez pas sur cette image, cette jeune femme ne ronronnera pas. Et vous pourriez bien attraper sa photoshopose.
Cas pratique : cette personne est-elle une intégriste pro-chats ?
Vous avez deux heures.

Et que faire alors si on a affaire à un barbu ?

Écartons d’emblée la possibilité de dialoguer avec lui : le barbu (au sens intégriste du terme) n’admet que ses propres idées. Les concepts qui ne collent pas avec sa vision sont juste bons à être rejetés en bloc. Vous pouvez à la rigueur tenter de débattre, si vous vous ennuyez vraiment ou que vous cherchez un peu de spectacle. Ce sera l’occasion de tester votre mauvaise foi en tentant de rivaliser avec la rhétorique du barbu, et un entraînement régulier à cet exercice pourrait vous aider dans vos futures négociations salariales ou conjugales.

Le mieux, c’est encore de lui dire bonjour par politesse et de l’ignorer ensuite.

Mais si vous êtes amené à converser avec cette personne et que vous devez rester courtoisement en bon terme avec elle, parlez-lui de la seule chose qui va vraiment l’emplir de joie sans qu’elle essaie de vous convertir à son idéologie : sa barbe.


  1. Et je veux bien sûr parler de ma baignoire, qui fait 1m70. 

  2. Un athée croit fermement à l’inexistence de Dieu, même s’il ne peut pas prouver qu’il n’existe pas. Un agnostique quant à lui part du principe que comme on ne peut rien prouver scientifiquement en la matière, chacun peut croire ce qu’il veut. Il est l’inverse exact d’un intégriste. Les agnostiques peuvent donc même être croyants. 

  3. Et c’est de ceux-là qu’on devrait le plus se méfier, parce que c’est eux qui pensent avoir le plus à prouver. 

Je suis une blonde, vite je commente !


Le castor, un animal fantastique

Pondu le 24 octobre 2011 - 7 commentaires

Inutile de me regarder comme ça, tu enlèves tes talons avant de te vautrer dans le canapé !

J’avais le choix entre vous parler de mon nouveau canapé ou des castors, et le choix était tellement difficile à faire que j’ai décidé de jouer ça à pile ou face avec le premier objet qui me tomberait sous la main. Ce fut une bouteille d’eau, objet qui a pour particularité d’être complètement nul pour jouer à pile ou face. Finalement je vais vous causer des castors, parce que je vais ainsi pouvoir vous causer de queues sans tomber dans le scabreux.

Le castor est une mammifère à fourrure et à queue plate, ce qui permet potentiellement de faire du tennis par temps glacial. A condition de mettre la main dans le castor, ce qui n’est pas forcément très agréable ni pour le castor, ni pour vous.

ce rongeur est végétarien mais ne dédaigne pas égorger les femmes et les enfants pour le plasir lors d’invasions brutales, comme celle de 1986 qui fit 124 morts dans la petite communauté mormonne de Rapid Cheese dans la province de l’Ontario.

Tout d’abord, où trouve-t-on les castors ?

1- Dans la mythologie grecque, et par extension dans un film de John Woo et dans les étoiles :

Le Castor fut un fier membre du célèbre duo Castor & Pollux, deux frangins qui passèrent leur temps à chasser et à se castagner pour des gonzesses dans la mythologie grecque. Autant vous dire que leur célébrité est totalement usurpée, puisque de nos jours personne ne deviendrait célèbre pour ça. Même dans Secret Story.  Castor était d’après la légende super bon en dressage de chevaux ; c’est vrai que des castors qui montent à cheval c’est super crédible, bravo les gars.

Du coup on se retrouve avec une constellation (et une consternation) qui porte leur nom, ainsi que les frères Troy dans Volte-Face. Ah oui, et on en a envoyé un dans l’espace en le déguisant en satellite.

2- En Europe et au Canada :

Commençons par une évidence : le castor est raciste. Ne comptez pas le voir traîner sa grosse fourrure en Afrique, en Asie ou en Amérique du sud1. Non, monsieur Castor a besoin d’une température qui va du glacial à l’extrêmement tiède.

3- Dans des magasins de bricolage ou dans la construction immobilière :

Là vous allez me dire que c’est n’importe quoi, sauf qu’ils ont quand même un magasin qui portent leur nom, affublé du suffixe « rama ». Ce qui signifie « la vision du castor ». Des rumeurs insistantes disent que les chinois nous envient vertement ce nom, et que l’organisation secrète des appellations chinoises (Appelée « Organisation Secrète du Panda Discret qui Nomme les Choses de façon Secrètement Nominative ») a voté en assemblée générale l’élimination à vie des publicités « Vision du Castor »2 sur le territoire chinois.

De même, on ne compte plus les entrepreneurs castors dans le bâtiment. L’Association Contre les Clichés et Pour la Sauvegarde de la Suprématie Portugaise dans le Bâtiment, dont les buts sont contradictoires jusque dans le titre a porté plainte à trois reprises pour concurrence déloyale, contrefaçon torso-capillaire et monopole commercial sur les logos de PME34.

Maintenant qu’on sait où le trouver, nous allons répondre à la deuxième question qui préoccupe l’être humain lorsqu’il fait face à un individu d’une espèce autre que la sienne : Comment le tuer ça marche ces trucs-là ?

Le castor, mode de fonctionnement :

Le castor a des gros chicots, ça lui permet de toute évidence de sauter à la gorge des animaux venus s’abreuver près de leur territoire. On raconte aussi que ça leur permet de ronger les arbres pour les débiter en rondins ou pour sculpter des zizis en bois.

Le castor est extrêmement conservateur en terme de morale : une fois mariés, les couples castors resteront ensemble jusqu’à la mort. En revanche, Monsieur Castor prend parfois des femelles marmottes pour des femelles castors. Du moins c’est ce qu’il raconte à Mme Castor quand il se fait gauler, mais tout le monde sait que les femelles marmottes sont de petites allumeuses.

Le castor est balèze en construction écologique, vu qu’il fait tout en bois. Les castors canadiens qui se pèlent un peu les roustes en hiver vont même jusqu’à colmater leurs habitats avec la boue. C’est bien simple, si ces grosses boules de fourrure avaient eu la bonne idée de maîtriser le feu, il y aurait aujourd’hui des Humainrama et les mannequins de mode ressembleraient à des Chewbacca miniatures.

Le castor, il sert à quoi :

Le castor a une forte influence sur l’écosystème, d’abord parce qu’il régule les cours d’eau, ensuite parce qu’il participe activement à la déforestation de son habitat naturel. Car la vérité, là voilà : le castor déteste les arbres. C’est donc un animal fortement controversé, vu que même les écolos hésitent entre lui faire des caresses et l’exterminer sauvagement.

Le castor est utilisé en médecine traditionnelle, ou plus particulièrement les testicules du castor5, utilisées pour la contraception ou comme anti-inflammatoires entre autres. A noter que le castor en tant que remède est vachement moins tendance depuis la fin du XIXè.

Le castor a une jolie fourrure. Et la fourrure, ça réchauffe, ce qui fait du castor un choix de prédilection pour tout les femmes frileuses. A l’origine, on tentait de faire des manteaux avec des castors vivants. Mais comme ceux-ci ont souvent les pattes baladeuses, ça devenait vite pénible de se faire tripoter toute la journée par une bande de rongeurs libidineux. Les manteleurs en castors décidèrent lors de leur congrès annuel en 1865 d’utiliser des castors morts. L’année suivante, il fut voté à l’unanimité qu’il valait mieux des castors morts et vidés, pour des raisons de puanteur à moyen terme. En 1868 enfin, un petit génie eu l’idée de n’utiliser que les peaux.  Le castor fut finalement remplacé par le ragondin, son cousin envahissant et meilleur marché.

Le castor fut aussi utilisé pour une vaste supercherie culinaire et religieuse. L’Église décréta au Moyen-Âge que le castor était un poisson puisqu’il vivait dans l’eau, et on put donc le consommer le vendredi où la viande était interdite (c’est pour ça qu’on mange traditionnellement du poisson le vendredi). La plus grande déception des catholiques de l’époque fut qu’on ne trouvât pas d’hippopotames en Europe.

Malgré de nombreuses recherches, on ne put rien tirer de la queue des castors. Trop inflammable pour servir de poêle, trop  au Nord pour servir à Raoni, trop petite pour faire des raquettes de neige, et trop irrégulière pour jouer au ping-pong. Et comme le castor n’a jamais daigné traîner ses fesses en Asie, les chinois ne l’utilisèrent pas pour en faire de la poudre aphrodisiaque6.

A ce stade de la lecture, vous allez me dire que ça vous fait une belle jambe mais que vous vous en foutez. Vous aurez tort, mais je ne vais pas chercher à argumenter ce point avec des gens qui perdent leur temps à lire ce blog. Le véritable but de cette note c’est que j’ai regardé l’autre fois la composition du dentifrice de Mini-Moi, et quelle ne fut pas ma surprise d’y trouver ceci :

Connaissant le QI moyen de mon lectorat, j'ai préféré indiqué en gros et en rouge la partie qu'il fallait regarder...

Jusqu’à ce que j’apprenne qu’en fait c’est un faux-ami, puisque « castor » se dit « beaver » en anglais. « Castor Oil« , c’est de l’huile de ricin en français.

De l’huile de castor, ça sonnait quand même vachement mieux.

 


  1. A l’exception de la pointe sud, vu qu’il y fait un temps pourri. 

  2. On ne fait pas de pub sur ce blog, trouvez-donc vous même le véritable nom. 

  3. En effet, il est très rare de trouver des logos avec des effigies de portugais alors qu’avec des castors, ça pullule. 

  4. Et avant qu’on me traite de gros raciste, je préfèrerai qu’on me traite de gros clichiste. Et de toute façon je ne suis pas gros. 

  5. C’était du moins ce qu’on pensait à l’époque, mais il s’agit en fait de glandes sexuelles sans rapport avec des usines à spermatozoïdes. 

  6. Je me moque des chinois qui font des poudres aphrodisiaques à partir de n’importe quoi, mais le castoreum – fameuse substance tirée des glandes du castor – fut consommé en Europe pour cet usage. Comme quoi peu importe l’endroit de la planète, il n’y a qu’une chose qui nous intéresse… 

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !


Je colle à l'actualité comme une sale gosse sur un poney

Pondu le 16 décembre 2008 - 5 commentaires

Une fois n’est pas coutume, je reviens aujourd’hui sur un évènement d’actualité qui a fait le tour du monde : le président sortant des nord-américains s’est fait bombarder à coup de chaussures.

Clown shoes

Avec des chaussures de cette taille, le succès eut été assuré.

Comme tout le monde, j’ai trouvé cette nouvelle amusante et légère. Mais poussons plus loin l’analyse de cet évènement et voyons ensemble les causes de cet incroyable gâchis

Du côté du Président Bush :

– Vous vous souvenez tous que les nord-américains ont failli perdre ce président à cause d’un bête bretzel. Ce qui aurait été la mort présidentielle de loin la plus idiote au monde. Et là, G. Bush a superbement esquivé les chaussures. Je dirai même qu’il l’a fait avec une classe et une nonchalance jusqu’alors jamais vues chez cet homme. Une seule possibilité : les services secrets ont spécialement entraîné le Président à éviter les objets inhabituellements volants et agressifs. Le Pentagone a d’ailleurs diffusé une liste d’objets appartenant à cette catégorie en juin 2008, dans laquelle on trouve effectivement une paire de chaussures.

– Ancien alcoolique, G. Bush a toujours eu un rapport assez flou avec son sens de l’équilibre. Des mauvaises langues ont même suggéré que ce dernier avait définitivement quitté le Président il y a déjà quelques années, et qu’ils étaient actuellement en instance de divorce1. Beaucoup de communiqués officiels de la Maison Blanche ont assuré que le Président avait cessé de boire, que c’était de l’histoire ancienne et que les irakiens étaient des cacas de panda. Mais si on regarde la vidéo, on peut voir que le Président Bush a très bien pu chanceler au moment opportun par deux fois, faisant pour le coup preuve d’une chance insolente. Un tangage aisément explicable par l’abus de boisson à haut degré d’alcool. Cette impression est renforcée par cette expression vide et un peu bovine qu’a Georgie au moment de l’attaque.

– Les moyens des USA dépassent de loin ceux du reste du monde (sauf peut-être ces fourbes de Chinois, aidés par leur féroce appétit sexuel), et pourtant partout dans le monde on trouve la même combine pour dupliquer les gens : il paraît que la momie de Lénine a des sosies, on ne compte plus de nombre d’Elvis « the King » Presley se baladant à Las Vegas en toute impunité (alors qu’ils ont été classés comme nuisibles au Colorado), Johnny Halliday lui-même a des sosies qui chantent aussi mal que lui, alors il est assez vraisemblable que gouvernement nord-américain possède des copies (légales bien sûr) de George W. Bush dans ses tiroirs. Dont un sosie qui a bossé dans des numéros itinérants de lancers de couteau dans les états du Mid-West (inutile de dire qu’avec un pareil faciès, il faisait figure de cible).

Du côté des Irakiens :

– On s’en souvient, au début du siècle pulullaient les camps de vacances pour terroristes dans des lieux paradisiaques tels que le désert d’Afghanistan, le désert de Syrie, et d’autres déserts tout aussi peu fréquentables. Puis est venue la crise économique mondiale, qui a relégué le terrorisme au statut de « Vague gêne semblable à un début de diarrhée »2. Fort logiquement, beaucoup de ces destinations touristiques ont dû fermer, causant un manque de formation critique chez les apprentis terroristes. Ce qui explique les armes utilisées (des chaussures), et le peu de précision des attaques.

– Peu avant ont eu lieu les attentats en Inde, qui ont été spectaculaires et sanglants. Les terroristes arabes, jaloux de leurs confrères pakistanais, ont dû réagir dans la précipitation.  Une mauvaise préparation ainsi que des consultants externes recrutés à bas prix ont donné ce résultat : un attentat à la chaussure qui a lamentablement raté.

– On peut aussi mettre en cause une occidentalisation préoccupante et semblable en stupidité à l’expansion du langage sms en France. En effet, le journaliste a lancé non pas des babouches traditionnelles, ni des sandales, mais des chaussures de forme occidentale. Le lanceur, probablement peu habitué à manier ce genre de souliers a sous évalué les capacités aérodynamiques de ses chaussures et a manqué sa cible.

Pour conclure, je dirais que ce journaliste malchanceux affronte à présent le plus grand échec de tous les évènements liés aux affrontements occident/orient : rater deux fois un président sortant alors qu’on est à moins de trois mètres de lui et que celui-ci n’a pas la possibilité de s’enfuir, c’est franchement pas terrible. Un minimum d’entraînement et un meilleur contrôle de lui-même lui aurait permis de faire mouche, ce qui aurait augmenté l’impact psychologique de l’affaire de façon spectaculaire.


  1. Oui ça semble ridicule de pouvoir divorcer de son sens de l’équilibre, mais aux Etats-Unis tout est possible. 

  2. Classification 2008 des fléaux mondiaux par le ministère de l’Intérieur Français. 

Je n'ai jamais lu un tel ramassis de conneries, vite je commente !


Le pain à l'envers fait mon affaire

Pondu le 20 février 2008 - 14 commentaires

Je suis toujours à la recherche d’un bon sujet de note, et Aurélie, David et Albane m’en ont fourni un bien bon. Albane et Aurélie ne supportent pas de voir du pain à l’envers sur une table. Sauf qu’aucune d’elle n’a été en mesure de nous indiquer en quoi un bout de pain tout ce qu’il y a de plus inerte peut apporter malheur et déchéance sur un innocent convive un peu trop insouciant avec la disposition de sa nourriture.

La réponse n’est pas bien difficile à trouver, Internet regorge de sites tous plus sérieux les uns que les autres qu décrivent pourquoi le pain peut porter malheur. Pour parfaire mon enquete, je me suis également adressé à des sommités en la matière, des gens tellement sérieux que même les meilleures blagues sur les blondes ne les font pas esquisser l’ombre d’un sourire.

J’ai donc effectué des recherches poussées, et j’ai trouvé une référence dans un vieux site web du début du XIVè siècle à une histoire de bourreau, de diable et de boulanger.

Il semblerait qu’en 1552, dans la petite bourgade de Saint Thomon-sur-orge1, un fier artisan boulanger du nom de Thomas Sticaud vendit tout son stock de pain à des étrangers2. Il fut bien embêté lorsque le bourreau local, qui était d’exécution ce jour-là s’en vint quérir sa miche habituelle. Il faut dire qu’être exécuteur judiciaire à cette époque apportait des facilités dans les horaires, et que notre bourreau avait donc sommeillé jusque tard dans la matinée.

Scandalisé, le bourreau refusa de faire son office et se mit en grêve, annulant du même coup l’exécution de Jean dit le Benêt, ce qui permit un an plus tard la création du Parlement de Bretagne. Je présume que vous ne voyez pas bien quelle infâmie peut découler du Parlement de Bretagne, c’est bien compréhensible pour des béotiens comme vous. Mais sachez tout de même que c’est à cause de ce Parlement que les bretons vont nous casser les noisettes pendant les siècles suivants, jusqu’à aujourd’hui où ils continuent de gesticuler dans le vide en poussant des cris de singes, comme quoi la Bretagne c’est vachement bien et que les autres régions c’est du caca de panda. Du coup le boulanger Sticaud décida de garder systématiquement un pain de côté pour le donner au bourreau. Pour être sûr qu’il n’y toucherait pas, il prit l’habitude de le retourner.

Quand au diable, il paraît qu’il aurait passé ses vacances d’été dans le camping municipal de ce village à la même époque. L’intervention du démon dans cette affaire relève donc plus probablement d’un commérage de quartier.

Au fil des temps le commérage s’est transformé en légende : le diable serait attiré par le pain renversé des bourreaux et donc quiconque retourne son pain attire le malheur et la mort. A noter qu’une vieille histoire du Nord de la France raconte que le diable est attiré par les barreaux en pin, comme quoi le téléphone arabe s’applique à n’importe quoi.

En 1944, Hitler alors aux abois se tourne vers le paranormal et fait faire des études sur les phénomènes de malédiction. Les notes laissées par les scientifiques de l’époque sont totalement incompréhensibles étant donné ma faiblesse en linguistique germanique, mais on trouve la trace d’un bombardement le 3 mai 1944 à Londres où les habitants étonnés ont reçus sur la tête des tonnes de baguettes étant uniquement composées de dessous de pain, afin probablement d’attirer le malheur quelque soit la position où elles tombent. Il est fortement regrettable qu’à l’époque personne n’ait pensé à établir une statistique sur le degré de survie des victimes de ce bombardement.

Plus récemment le 7 janvier 1996, un président de la République fraichement sorti pose son pain à l’envers sur sa table. Il meurt le lendemain d’un cancer de la prostate3. Coïncidence ou lien réel ? Les spécialistes s’affrontent encore sur cette hypothèse bien que l’Académie des Sciences leur répète inlassablement qu’ils devraient se recentrer sur le seul vrai débat scientifique possible : qui de l’éléphant ou du rhinocéros est le plus balèze ?

J’ai également trouvé sur un autre site web une amusante compilation de malheurs possibles avec le pain :

– Poser le pain à l’envers fait pleurer la vierge (là je ne vois pas, c’est probablement un des secrets que Jean-Paul II a emporté avec lui)
– Poser le pain à l’envers fait souffrir les âmes au purgatoire (ce qui situerait le purgatoire sur la face supérieure du pain, le fait de le renverser provoque un écrasement des âmes qui y sont contenues)
– Poser le pain à l’envers provoque des naufrages (c’est particulièrement vrai dans le berry d’après ma vieille voisine)
– Poser le pain à l’envers le rend immangeable (à condition de le laisser comme ça pendant 2 mois, on oublie souvent de le préciser)
– La femme qui pose le pain sur le dos indique qu’elle travaille et gagne sa vie dans cette position (j’adore cette explication, c’est ma préférée. C’est d’ailleurs probablement pour ça qu’inconsciemment les filles détestent voir du pain à l’envers)
– Le pain posé à l’envers est réservé au bourreau et l’attire chez soi (oui bah c’est ce que je viens de vous exposer)
– Le pain posé à l’envers provoque la colique des enfants qui le mangent (fatalement ce qui est entré doit ressortir un jour)

Vous pouvez penser que cet exposé vous a comme d’habitude fait perdre votre temps, n’empêche que grâce à moi vous allez pouvoir briller en société lors des dîners. Et vous me remercierez, vous verrez.


  1. J’avais la flemme de rechercher un vrai village, aussi ne cherchez pas ce patelin sur la carte, vous perdriez un temps précieux. 

  2. Il est fait référence à des gens parlant un patois difficile que j’ai pu recouper avec la langue parlée par le village voisin, distant de 19km. 

  3. Je vous laisse deviner de quel président il s’agit… 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !


Tout et tous sur le Nutella

Pondu le 24 janvier 2008 - 19 commentaires

Mes amis, il est des choses dans la vie auxquelles ont ne peut échapper, comme d’aller aux toilettes, de manger, de matter le postérieur des filles1, de grogner contre le gouvernement et de manger du nutella. Bien évidemment certains vont arguer du fait que les stars ne font pas caca (mais comme elles font quand même pipi, elles vont aux toilettes donc j’ai raison), que les grêvistes de la faim ne mangent pas par définition2, que le président ne grogne à priori pas contre ses propres décisions (mais qui ne s’est jamais traité de con pour une décision particulièrement stupide ?) et que certaines personnes n’aiment pas le Nutella. Je le dis tout net, ces gens-là ont le droit de faire ce qu’ils veulent tant qu’ils restent entre eux et qu’ils ne m’approchent pas. Je n’ai rien contre eux, ils sont malades c’est tout3.

Le premier pot de Nutella est sorti des usines Ferrero en Italie le 20 avril 1964. Depuis cette date, chaque année des centaines de milliers de personnes se rassemblent à Alba, en Italie pour fêter la naissance de leur idôle alimentaire. Alors que la plupart des manifestants sont de simples amateurs éclairés, certains ont construit autour du Nutella un véritable culte religieux, dont les dérives sont entre autres des sacrifices de vierges (entendre par là des gens qui n’ont jamais goûté au nutella). Comme les victimes potentielles ne courent pas les rues, ces sacrifices sont extrêmement rares. On trouve aussi des orgies à base nutella (nettement plus sympa), des célébrations en l’honneur de Ferrero et quelques rares missionnaires qui partent dans les pays de l’est prêcher la bonne parole. Pourquoi les pays de l’est ? Et bien parce là-bas les conditions de vie étant ce qu’elles sont, les gens ne peuvent souvent pas s’offrir de Nutella. Les missionnaires, secondés en sous-main par le service poublicité de Ferrero vont dans les campagnes pauvres de l’ex-URSS pour convaincre les familles de vendre leurs organes ou leurs enfants pour acheter cette merveilleuse pâte à tartiner. Evidemment ces dérives se retrouvent aussi chez quelques acharnés de la consommation de Nutella qui sombrent vite dans la dépendance, occasionnant des situations pathétiques, des violences et une déchéance à plus ou moins long terme.

Les spécialistes se sont longuement penché sur la question tout au long de l’histoire du Nutella, certains étant d’ailleurs nettement moins spécialistes que d’autres (ou nettement plus charlatans, à vous de voir). Ainsi lors d’un sondage effectué par la firme Ferrero auprès des pédiatres fin 1963, 89% d’entre eux ont prédit l’échec commercial du Nutella : « Ca ne marchera jamais ! » ont-ils dit pour la plupart. En 1981, François Mitterrand fait toute sa campagne pour les élections présidentielles sur les bienfaits du Nutella, avec le succès que l’on sait (il sera quand même président des Français pendant 14 ans). Peu avant l’an 2000, Paco Rabanne vexé de ne pouvoir créer un pot fashion pour le Nutella4 annonce la fin du monde. Lequel monde, goguenard, lui ricane au nez. A cause d’un refus de la part de la CIA en 1988 d’équiper les combattants Afghans de rations de survie au Nutella, Oussama Ben Laden et son organisation Al-Qaida décident de se venger le 11 septembre 2001 en faisant s’écraser un paquet d’avion aux Etats-Unis. Il a d’ailleurs ponctué ses actes de cette célèbre citation : « Les occidentaux volent le peuple, le Nutella at Allah nous rendrons la liberté ! ». En 2005, Richard Stallman, figure emblématique du Logiciel Libre tente de rendre la recette du Nutella Open-Source. Le monde lui rit au nez, le cantonnant désormais à ses utopies et à une grosse barbe bien laide.

Mais que contient donc le Nutella qui passionne à ce point les foules ? Et pourquoi ses multiples concurrents sont incapables de rivaliser avec cette pâte à tartiner ? Est-ce l’emploi de noisettes généreuses et savoureuses ? Est-ce un dosage des ingrédients savamment étudié (40 ans d’expérience ne trompent pas) ?

Non bien sûr, d’autant que la recette du Nutella change d’un pays à l’autre afin de s’adapter au mieux aux habitudes gustatives de chacun. Un laboratoire anglais a publié le 7 janvier de cette année5 les résultats d’une étude approfondie sur les composants du Nutella qui risquent fort de faire l’effet d’un pachyderme dans une mare.

D’après John Diggles, chercheur émérite, le Nutella contient une substance hautement addictive, la nutelline. Son pouvoir de dépendance surpasserait aisément la nicotine et la caféine pour le placer au même niveau que la cocaïne. Dans le même temps, la nutelline donne un arôme savoureux et unique à la pâte à tartiner.

Mais où trouve-t-on la nutelline ? Les avis sont sévèrement partagés au sein de la communauté scientifique, au point de reléguer l’existenciel débat de savoir qui est le plus fort entre l’éléphant et le rhinocéros au second plan. Certains affirment que c’est une molécule de synthèse, d’autres rétorquent que les Chinois et les Atlantes connaissaient déjà cette substance, dont ils se servaient pour empêcher les esclaves et les serfs de s’enfuir en les rendant accros sans possibilité de s’en procurer par eux-mêmes. La véracité de ces propos est hautement mise en doute par l’absence flagrante de preuves.

Le Nutella (il y a d’ailleurs un débat ouvert et houleux sur le genre du Nutella que la firme Ferrero a été incapable de trancher jusqu’à présent. Le genre communément admis est masculin, bien que Nutella soit basé sur Nut – la noisette en anglais – et ella, diminutif italien de genre féminin.) est donc un sujet sensible sur lequel ferait bien de se pencher nos dirigeants pour redresser l’économie mondiale et notre pouvoir d’achat par la même occasion. Nos voisins Outre-atlantique l’ont déjà compris et les candidats à la Maison Blanche ne cessent de se pavaner en mangeant du Nutella tout le long de leur campagne, afin de montrer au peuple américain qu’ils le comprennent et sont proches de lui.

Le Nutella, c’est la vie.


  1. Vous allez me dire que les filles ne mattent pas le cul des autres filles, mais vous aurez tort. Elle ne le font certes pas pour les mêmes raisons que les mecs pour la plupart, mais elles le font quand même. 

  2. Je mets ici en lumière un fait assez peu connu : l’excès d’absence de nutrition peut conduire à la mort, vous êtes prévenus. 

  3. A ceux à qui ce discours paraîtrait familier, remplacez le manque d’amour du Nutella par l’homosexualité par exemple. Ou par amateurs de Bigard. Ce qui montre bien que les gens sont cons tout de même. 

  4. Ferrero l’enverra balader en lui écrivant : « Monsieur, un pot de votre conception serait une insulte à la beauté et à la finesse de notre produit. Allez donc embêter quelqu’un d’autre ! ». 

  5. Jour de la St Raymond. Moins connu, c’est aussi le jour de la St Cédric. 

Je suis fan de chats, vite je commente !