Etude pharmaceutique

Pondu le 27 septembre 2014 - 5 commentaires

Vous avez peut-être vu depuis quelques temps que le gouvernement ainsi que certaines chaînes de grande distribution aimeraient que les médicaments achetables sans ordonnance puissent être vendus dans des supermarchés.

Evidemment les pharmacies et les laboratoires pharmaceutiques sont tout à fait contre, vu que ça entraînerait très certainement une concurrence plus forte pour les pharmacies, et que la grande distribution tenterait forcément de négocier les prix d’achat aux labos bien en dessous de leur valeur actuelle.

On voit donc fleurir de part et d’autre des arguments parfois teintés de mauvaise foi :

Ne cliquez pas sur cet ersatz de médecin, elle a un faux diplôme.

Je n’avais pas d’image suffisamment intéressante de pharmaciennes, mais je présume que vous ne m’en voudrez pas trop.

Les labos et pharmacies clament haut et fort que les supermarchés ne fourniront pas de conseils et qu’il y a donc un risque pour les consommateurs qui pourraient prendre des médicaments inadéquats ou n’importe comment, vu que les gens sont un peu idiots. Ce à quoi les consommateurs et les supermarchés répliquent que de toute façon les pharmacies ne donnent jamais de conseils d’utilisation, et qu’elles vendent les médicaments comme s’il s’agissait de produits qui ont tout d’ordinaires, sauf le prix. Et ils ajoutent que les pharmacies et les labos sentent le caca de poney mais que c’est vrai que les gens sont idiots.

La grande distribution et le gouvernement vocifèrent que les prix se trouveraient grandement diminués grâce à la concurrence, ce qui permettrait aux consommateurs de pouvoir se soigner sans se ruiner, et que comme ça ils couineraient moins quand on augmente les impôts. Ce à quoi les pharmacies et labos répondent que si on prend l’exemple de l’Italie qui a déjà fait ce choix, les prix n’ont pas baissé tant que ça sur la durée. Et que par contre ça va créer du chômage parce que les pharmacies ne pourront pas rivaliser et devront fermer. Et aussi que la grande distribution et le gouvernement ont une odeur de fiente de pigeon, mais que c’est vrai que les gens couinent beaucoup.

Cet argumentaire a entraîné un effet collatéral qui serait amusant si nous, gens de base, n’en étions pas victimes : soucieuses de montrer qu’elles ne sont pas d’une grave mauvaise foi, les pharmacies demandent depuis quelques mois à leurs employés de conseiller lourdement la clientèle, y compris si celle-ci n’a rien demandé. Il existe une norme informelle pour évaluer le niveau de conseil à fournir à la clientèle :

  • Homme de base avec un papier sur lequel on peut voir une liste avec une écriture féminine : niveau modéré de conseil, asséné avec un débit maximal afin de bien faire comprendre au pauvre hère qu’il ne comprendra jamais rien au monde étrange de la médication.
  • Femme seule, sortant visiblement du travail et semblant stressée : niveau élevé de conseil orienté de façon à générer de la peur chez la cliente, ce qui l’amènera à acheter encore plus de trucs à base de plantes.
  • Petite vieille seule ou accompagnée de son mari tout aussi petit et vieux : niveau extrêmement élevé de conseil, délivré avec une puissance sonore importante vu le degré de surdité de la cliente. Laquelle le répétera à son mari qui est encore plus sourd au besoin.
  • Mère entourée d’une tripotée d’enfants au degré de braillardise variable mais néanmoins élevé : niveau de conseil minimum ou inexistant, la cliente étant de toute façon déjà en négatif sur son compte, et ses rejetons étant une source potentiellement non négligeable de dégâts matériels dans l’officine.
  • Personne désirant être conseillée : les pharmacies à l’instar de tous les commerces, obéissent aux lois de Murphy, qui veulent qu’un client aura un niveau de renseignement inversement proportionnel à ce qu’il désire. Niveau de conseil minimum donc.
  • Personne de base voulant acheter du doliprane : niveau de conseil minimum à modéré, mais temps d’attente de toute façon beaucoup trop long vu que toutes les catégories de personnes à niveau de conseil élevé seront présentes dans la file d’attente au moment d’entrer dans la pharmacie.

Le résultat, c’est qu’on passe donc trois fois plus de temps à attendre pour acheter du Doliprane parce que les employés et les pharmaciens mettent un point d’honneur à montrer qu’ils ont une super valeur ajoutée par rapport aux supermarchés Leclerc.

Je demande donc au gouvernement de trancher une fois pour toute ce débat dans un sens ou dans l’autre, qu’on puisse enfin retrouver un délai d’attente dans les pharmacies qui ne se compte pas en dizaines de minutes.


 

Note du panda attentif : Les tests ont été effectués en toute subjectivité dans trois officines situés dans des lieux et villes variées, et des achats avaient déjà été effectués dans deux des officines avant ce triste conflit pharmaceutique.

Je connais personnellement Chuck Norris, vite je commente !


Nos amis les moustiques

Pondu le 30 octobre 2013 - 0 commentaires

Avec l’automne s’en va l’ennemi de l’été1 : le moustique.

Le moustique a toujours été l’ennemi de l’homme. En fait c’est même l’ennemi de plein de bestioles, y compris pour ses prédateurs. Qui peut se vanter d’être une nuisance pour son prédateur ? (A part l’humain qui accompli le tour de force d’être sa propre nuisance et son propre prédateur)

Si j'avais eu un blog au XVIè siècle, voici le genre d'illustrations que j'aurais mis.

Si j’avais eu un blog au XVIè siècle, voici le genre d’illustrations que j’aurais mis.

Aux balbutiements de la science, les scientifiques qui étaient surtout des découpeurs de cadavres découvrirent par hasard que seules les femelles nous piquaient. Ils mirent ça sur le fait que chez les humains ce sont plutôt les femmes qui sucent (je vous rappelle qu’à cette époque l’opinion de Christine Boutin prévalait largement en matière d’homosexualité), donc ça devait bien être pareil chez les moustiques. Il fut d’ailleurs décidé que le genre de cette bestiole serait féminin, on disait donc « une moustique », à l’instar de toutes les bestioles pénibles comme les mouches, les araignées, les contraventions, les taxes, la petite et la grande vérole.

Cette opinion fut une explication cohérente pendant quelques décennies, avant qu’un type plus futé et disposant de beaucoup de temps libre observe un peu mieux les moustiques et découvre coup sur coup que non seulement sa femme le trompait, mais qu’en plus les femelles moustiques pompaient le sang des gens non pas pour le simple plaisir de les embêter (quoique que pour une majorité de gens, cette question soit loin d’être tranchée encore à l’heure actuelle : quelqu’un quelque part doit bien avoir fait apparaître cette situation par simple plaisir sadique.) mais dans un but bien précis. William Kent, car tel était son nom, fit paraître dans un livre intitulé « Traité scientifique sur la femelle de différentes espèces » en 1765 ses conclusions :

Il est certain que le moustique femelle est une nuisance totale, à l’instar de ma femme. La femelle Culex prélève du sang chez les humains dans le but avéré d’affaiblir la race humaine et de permettre aux créatures de l’au-delà de pénétrer dans nos âmes pour nous posséder et régner sur notre monde. Il est probable que cette entreprise soit facilitée par certains agents infiltrés, dont ma femme fait sans le moindre doute partie.

Le destin de William Kent fut assez tragique, puisqu’il fut écrasé un beau jour de printemps par le chariot d’un honnête marchant dont le seul vice était de fricoter avec les femmes des autres. En mourant, il aurait eu le temps de dire : « Empêchez-là de pisser sur ma tombe ! Arrgllleubleubleureeeuuuh. ».

Le 19ème siècle ne fut pas très brillant en matière de science moustiquale. On peut néanmoins mentionner le Professeur Harold Parrish, éminent doyen de la Royal McDonald’s School, qui déclara en 1832 que les moustiques étaient une affaire sérieuse, et qu’on ne pouvait décemment pas traiter sérieusement une affaire au féminin. Il décida donc que le moustique aurait désormais un genre masculin d’une part, et qu’il serait bon pour son université d’ouvrir un service de restauration rapide d’autre part.

Le 20ème siècle fut en revanche un bon cru pour l’étude du moustique. On découvrit ainsi que contrairement aux idées salaces et sexistes en vigueur depuis 2 siècles que je vous ai exposées plus haut, Madame Moustique ne piquait que pour assurer un apport en protéines suffisant pour la ponte de ses œufs, et que sa nourriture principale était du nectar de fleur, à l’instar des mâles. Elle faisait ainsi ses courses en protéine pour ses rejetons. Cette découverte majeure fit trembler le monde scientifique dans son ensemble, au point que la question de savoir qui de l’éléphant ou du rhinocéros est le plus balèze ne fut quasiment pas abordée au cours des colloques pendant au moins deux semaines.

L’image de marque du moustique en prit également un coup, puisque la femelle moustique passa du statut de mini-vampire à celui de ménagère de Monoprix. Vous conviendrez avec moi qu’en matière de glamour, on baisse quand même d’un cran. D’ailleurs le mouvement gothique qui avait choisi pour emblème le moustique se retrouva un peu con et jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus. Il fallut attendre la fin du 20è siècle et le début du 21è pour que les suceurs de sang se voient auréolés de glamour, de charme, de sensualité et parfois même de paillettes2.

Encore mieux, on découvrit que les moustiques pourrissaient la vie des êtres vivants depuis l’époque des dinosaures. C’est d’ailleurs grâce au moustique qu’on entretient le vieux fantasme de ressusciter les dinosaures. Pour comprendre en gros le principe, je vous invite à visionner Jurassic Park, dont le moustique est le véritable héros sans quoi rien n’aurait été possible.

S’il reste encore des lecteurs à ce stade, ils vont soit se poser la question suivante : « Mais pourquoi les moustiques sont-ils plus attirés par certaines personnes ? », ou bien se demander comment ils ont pu perdre autant de temps pour lire ces inepties alors qu’ils sont déjà à la bourre3.

Une proie de choix qu'ont en commun la femelle moustique et beaucoup de mâles humains

Une proie de choix qu’ont en commun la femelle moustique et beaucoup de mâles humains.

Madame Moustique est une redoutable chasseuse, puisqu’elle peut se déplacer sur plusieurs kilomètres pour trouver une proie. Elle est équipée en série d’un radar olfactif d’une portée de 30m, et d’un système de vision pas très performant d’une portée d’1,5m. Ce que Madame Moustique repère le plus, ce sont les odeurs de transpiration. Certaines femmes me rétorqueront qu’elles transpirent moins que leur compagnon mâle, et qu’elles ont une hygiène un peu moins douteuse. Or, elles sont la cible préférée des moustiques.

Mesdames, voici comment ça fonctionne. Vous êtes au lit avec Monsieur, il fait chaud, il fait nuit et Madame Moustique, voulant assurer sa descendance, se met en chasse. Bien vite, elle repère une odeur de transpiration alléchante (encore un bel exemple de relativité des choses) et s’empresse de se rendre à la source de ces émanations. Ne voulant pas vous froisser, je pars de l’hypothèse que c’est Monsieur qui sue et non pas vous. Madame moustique arrive donc dans votre chambre à coucher, et elle est bien contente qu’il fasse nuit. Car sachez-le, les moustiques femelles sont bien plus à l’aise dans le noir. Elle se rapproche de Monsieur quand tout à coup, elle perçoit une odeur bien plus alléchante : du parfum ou une odeur de peau plus agréable à ses récepteurs olfactifs (un moustique a-t-il un pif ?). Diantre, vous voilà devenue un met de choix pour Madame Moustique. Pour être certaine d’être choisie, vous pouvez aussi posséder une plus haute température corporelle, boire de l’alcool, manger du fromage ou encore sentir l’urine.

Si vous avez bien suivi l’action, vous vous ferez donc piquer par Madame Moustique grâce à Monsieur votre compagnon qui l’a rabattue vers vous. Vous pouvez donc le remercier chaleureusement.

Et maintenant que vous êtes piquée, comment est-ce qu’on empêche la piqûre de vous démanger comme un ticket gagnant du loto ? Et bien les remèdes de grand-mère varient énormément pour un résultat plus qu’aléatoire. Je n’ai donc aucune solution miracle à vous fournir.

Une dernière chose : les moustiques, c’est comme les seringues usagées : évitez de vous les prêter si vous ne voulez pas risquer une transmission de maladies (il est à noter que le sida ne peut pas se transmettre par Moustique Express, car il est détruit par la livreuse lors de sa digestion).


  1. Si vous vous demandez pourquoi avoir fait une intro aussi étrange, c’est parce que cette note traîne dans mes brouillons depuis longtemps, et qu’il m’a bien fallu la rafraichir un peu sous peine de devoir attendre l’été prochain pour la publier. 

  2. Et je pense qu’on est tous d’accord pour dire que la présence de paillettes sur un vampire exclue de fait les autres qualificatifs pré-cités. 

  3. Je les invite donc à perdre encore plus de temps pour comprendre <a title="De la relative durée du temps" href="http://www.driczone.net/blog/de-la-relative-duree-du-temps" target="_blank">pourquoi le temps semble filer beaucoup trop vite lorsqu’ils sont en retard</a>. 

Je trouve qu'on ne parle pas assez de poneys ici, vite je commente !


Petit jeu médicamentaire

Pondu le 5 novembre 2010 - 17 commentaires

Petit Raphaël est tombé malade hier. Comme la période d’échange est expirée, il nous a été impossible d’avoir un gamin en meilleure santé. Ce qui nous a obligé à aller voir le médecin, comme de vulgaires parents ordinaires.

Je vous passe les deux heures à patienter en salle d’attente avec un gamin qui aura un an dans 15 jours, tous ceux qui ont des enfants1 opineront gravement du chef en soupirant, en pensant à tout le génie qu’il faut pour occuper suffisamment le bambin malade sans qu’il se transforme en sirène d’alarme, qu’il déchire tous les magazines et qu’il enquiquine les autres patients coincés avec nous. Petit Raphaël a quand même été bien mignon, il a dragouillé la femme assise à côté de nous, il a mangé son gâteau sans trop en mettre partout, et finalement nous sommes enfin ressortis avec une ordonnance de 3 médocs.

Et nous voici au cœur du sujet : le Nifluril. C’est un suppositoire pour calmer les inflammations de gorge (apparemment le chemin le plus court pour accéder à la gorge passe par le trou d’balle). Il a une liste d’effets indésirables assez longue et pas forcément bénigne, et Petit Raphaël s’est donc retrouvé avec des plaques rouges partout sur le corps (rien de grave toutefois, que les grands parents alarmés à la lecture de ceci se rassurent). Mais au final ce n’est pas le plus intéressant avec ce médicament.

Voici donc le Nifluril :

Le Nifluril, un médoc pour mioches

Je vous laisse trouver pourquoi j’ai pris une photo de cette boîte toute à fait inoffensive en elle-même. C’est assez facile à découvrir, aussi ne comptez pas sur moi pour vous filer un quelconque cadeau en récompense. (inutile de préciser que si vous avez comme moi des yeux qui merdent, vous aurez l’image en grand si vous cliquez dessus)

Note : du coup vous êtes privés de photo de fille peu farouche sur cette note, je me rattraperai la prochaine fois, promis.


  1. Oui je fais désormais partie de la caste de Ceux-Qui-Savent, ce qui m’autorise à être condescendant avec tous ceux qui n’ont pas d’enfants. 

Je suis une blonde, vite je commente !


Le vrai patriotisme

Pondu le 2 septembre 2010 - 12 commentaires

Vous le savez, c’est la crise. Ou plutôt la Crise, le « c » majuscule induisant une forme de crainte respectueuse de ce phénomène. Ce qui me fait d’ailleurs penser qu’à l’instar des anciennes divinités maléfiques qu’on vénérait pour ne pas se prendre leur divin courroux sur la tête1, je devrais monter une secte qui vénèrerait la Crise pour qu’elle épargne mes ouailles. J’appellerais ça le Temple Critique de la Rédemption et ce serait bien cool.

Je pourrais attirer une foule de boursicoteurs, de financiers, de personnalités politiques, que des gens puissants en fait. Oui parce que les pauvres ils ne craignent pas la Crise eux. Ils sont dedans depuis qu’ils sont petits donc ils ont appris à faire avec. Salauds de pauvres, ils faut toujours qu’ils aient des avantages que les autres n’ont pas.

Mes adeptes seraient donc des gens riches, ce qui me permettrait de leur réclamer des dons généreux pour ma poche paroisse, de les avoir à ma botte, de coucher avec plein de filles trop crédules2 et de pouvoir enfin péter dans des draps en soie.

Mais en fait cette digression n’est absolument pas le sujet de cette note, qui va plutôt parler de : « Comment qu’on fait quand on est gouverne un pays plein de pauvres et qu’on voudrait qu’il rapportent un peu à l’État ? ».

Une femme russe patriote

Figurez-vous qu’un pays a trouvé la solution. Et je ne parle pas d’une petite république bananière d’Amérique Centrale mais d’un pays plus grand que l’Europe, et duquel nous sommes largement dépendants en approvisionnement en gaz naturel3. Une solution si simple qu’elle en est brillante : Alexeï Koudrine, le Ministre Russe des Finances encourage ses concitoyens à boire et fumer tant qu’ils le peuvent pour réduire les déficits publics4. Évidemment il ne l’a pas dit comme ça, mais ça revient au même.

Car enfin à quels loisirs peut bien avoir accès le pauvre, russe de surcroît ? Certainement pas les jolies filles, puisqu’elles émigrent en masse vers nos contrées pour y être exploitées sexuellement. Non le pauvre est facilement enclin à boire pour oublier ses galères, et à fumer parce que ça détend. Hors on sait tous que les taxes énormes que les pays mettent sur les produits alcoolisés et cancérigènes rapportent plein de sous. En Russie c’est même la principale source de revenus du Gouvernement, selon l’Institut d’Étude du Peuple et des Jolies Filles (cet institut est très largement controversé pour ces affirmations à l’emporte-pièce, sachez-le). L’équation pour générer des revenus est simple : plus de pauvres = plus d’alcool et de cigarettes vendu(e)(s)5 = plus de sous dans les caisses de l’Etat.

Bien évidemment cette équation a ses limites. On ne peut décemment augmenter le nombre de pauvres sans affaiblir le reste du pays, et de plus trop de pauvres ça pose toujours des problèmes de délinquance, d’habitats insalubres, c’est moche sur les cartes postales et ça file une mauvaise réputation au pays. Du coup il faut pouvoir renouveler son stock de pauvres sans risquer la surproduction. Le seul levier sur lequel on peut jouer est donc la consommation d ‘alcool et de cigarettes. Augmenter les taxes est un mauvais calcul puisque les pauvres ne pourraient plus se payer ces denrées, donc il faut encourager la consommation effrénée. Un abus d’alcool et de tabac entraîne la mort prématurée des consommateurs, ce qui assure le renouvellement des populations sans le sou, on augmente les revenus, c’est définitivement une bonne idée pour se sortir de la Crise.

Malheureusement cette idée géniale est inapplicable chez nous, la faute à notre maudite couverture de santé. Les pauvres résidant en France peuvent bénéficier de la CMU et donc accroître artificiellement leur durée de vie, sans compter que les dépenses de soins sont du coup payées par l’Etat qui accumule alors plus de déficits que de recettes dans cette opération (ce qui explique les campagnes anti-tabac et alcool dans notre pays, sinon on ne dirait rien). Je m’adresse donc solennellement à tous les pauvres (et même aux autres) de France et de Navarre pour leur dire de cesser de picoler comme des trous et de fumer comme des pompiers. C’est bien beau d’être patriote, mais ça ne sert à rien en France.

Tant qu’à aider efficacement l’État optez plutôt pour une addiction au jeu, maintenant qu’il est correctement encadré et taxé.

Source : entre autres.


  1. A ce propos le Dieu Chrétien de l’Ancien Testament – celui décrit dans le Nouveau étant vachement plus cool, mais il s’agit en réalité du même Dieu – entre dans cette catégorie, avec ses plaies d’Égypte et autres noyade d’armée. 

  2. C’est un passage obligé pour tout gourou qui se respecte, et sérieusement un gourou sans abus sexuels c’est un peu comme une pub de savon sans fille nue, c’est complètement irréaliste. 

  3. Si vous n’avez pas trouvé, la solution arrive plus loin, ne paniquez pas. 

  4. Cette information est véridique. Sans mentir. Parole. 

  5. Oui là je n’ai aucune idée de la façon dont on accorde le verbe vendre avec alcool et cigarettes, donc faites à votre sauce. 

Je connais personnellement Chuck Norris, vite je commente !