Une histoire de courant

Pondu le 25 avril 2012

 Pré-note : Cette note est la plus longue que j’ai jamais faite, quasiment 4600 mots. C’est une fiction évidemment, et pas une très marrante en plus. De ce fait, point de photo de jeune femme courtement vêtue cette fois-ci. Bonne lecture…

Amandine était bien embêtée. Cette jeune brune de 28 ans travaillait à l’accueil clientèle au sein d’ERDF. Le fonctionnement d’ERDF restait un profond mystère pour elle, vu que lors de sa formation aucun responsable ne s’était risqué à lui décrire le fonctionnement de l’entreprise. Elle avait cru comprendre que c’était un reliquat de l’ancien monopole EDF-GDF, et que du coup lorsqu’il avait été décidé de créer ERDF, on y avait fourré pèle-mêle des trucs d’EDF et de GDF en priant très fort pour que ça ne foire pas.

Amandine venait d’avoir un appel d’un client qui avait fait sa demande de raccordement début octobre 2011, et là on était en avril 2012 et rien n’était terminé. Elle alla voir son responsable, M. Defort, qui était un quinquagénaire mal rasé, peu aimable et pas très beau.

« – Patrick, j’ai un souci avec un client : ils vont emménager à la fin du mois et ils n’ont toujours pas été raccordés.

– Ils ont fait leur demande quand ?

– En octobre de l’année dernière.

– Et ils croient peut-être qu’il suffit de claquer des doigts pour leur amener l’électricité ?!

– 6 mois, ça fait long quand même non ?

– Ah ma petite, tu n’es pas avec nous depuis très longtemps, sans quoi ça ne t’étonnerait pas.

– Mais alors je fais quoi ? »

Patrick Defort soupira, exhalant une haleine alcoolisée alors qu’il n’était que 10h du matin. Une carrière toute entière passée chez EDF puis au sein d’ERDF avait achevé de ruiner cet homme, qui était à 55 ans aussi en forme qu’un vieux bonhomme de 70 ans, avec des artère bouchées, un foie en piteux état, un cœur fragile et des poumons encrassés. Sa femme était partie depuis longtemps, et ses enfants préféraient dire qu’il était mort quand on leur posait une question sur leur père.

Amandine lui expliqua tout le dossier, et elle vit son responsable se ratatiner dans son siège au fur et à mesure qu’elle exposait le cas des clients qui avaient appelé.

« – On va devoir faire appel au Négociateur… », dit-il avec un frisson dans la voix.

Amandine ne savait pas qui était ce Négociateur, et elle préféra s’abstenir de demander pourquoi on avait besoin d’une telle fonction au sein de cette entreprise. Patrick Defort lui demanda de le suivre, et ils se rendirent au 5è via un ascenseur qui semblait ne desservir que cet étage.

L’étage était quasiment vide, à l’exception d’une grande pièce qui était fermée par une lourde porte blindée. Une caméra et un interphone était les seuls autres éléments notables. M. Defort s’approcha de l’interphone :

« – Monsieur, j’ai besoin de vos services. »

Une voix semblant venue de nulle part résonna dans le grand hall vide :

« – Es-tu prêt à payer le prix de ces services ?

– Bien sûr, je connais les règles ».

Patrick Defort transpirait à grosses gouttes à présent, une sueur froide et aigre lui coulait dans le dos. Amandine avait l’impression de se retrouver dans un film tellement l’ambiance était surréaliste.

« – Que veux-tu alors ? « , tonna la voix.

« – Je dois entrer en contact avec un Technicien.

– Mmmm, j’espère que ton offrande sera à la hauteur, ce que tu demandes est très compliqué à obtenir… »

La porte blindée s’ouvrit dans un chuintement, et les deux employés entrèrent dans la pièce. Richement décoré, le bureau dans lequel ils se trouvaient à présent dégageait une aura aussi majestueuse qu’angoissante. Amandine se dit que si le diable venait sur Terre, il choisirait sans doute ce lieu pour recevoir. L’homme qui se tenait derrière le bureau était incroyablement quelconque en regard de son nom et de la splendeur de la pièce. A vrai dire, Amandine aurait été bien incapable de le décrire. Elle avait beau fixer son attention sur lui, elle oubliait à quoi il ressemblait dès qu’elle clignait des yeux.

« – Dis m’en plus », dit l’homme en s’adressant à M. Defort comme si Amandine n’existait pas.

« – D’après le dossier, nous devons contacter un des techniciens de Bourges, dans le Cher, afin qu’il envoie une autorisation d’intervenir sous tension à un de nos sous-traitants. Ça aurait dû être fait depuis longt…

– Ne prononce pas ce genre de jugement ici ! », le coupa l’homme.

« L’influence des Techniciens est telle que je ne puis garantir la confidentialité d’une conversation même dans cette pièce.

– Je vous prie de m’excuser », bafouilla M. defort.

« Pouvez-vous nous mettre en relation avec un de ces Techniciens ?

– Je vais voir ce que je peux faire. »

L’homme étrange prit son téléphone et passa plusieurs appels. Amandine et son responsable attendaient, ne sachant trop quoi faire. La jeune femme voulait poser mille questions à son supérieur, mais celui-ci l’implorait du regard dès qu’elle faisait mine d’ouvrir la bouche. Elle ne savait pas ce qui se tramait ici, mais il était clair que Patrick Defort avait une trouille bleue de l’homme qui téléphonait sans sembler leur prêter la moindre attention.

Au bout de ce qui sembla être une éternité, le Négociateur raccrocha. Il semblait satisfait. Il fit craquer ses doigts, se passa la main dans les cheveux (mais avait-il des cheveux ? Amandine était incapable de s’en rappeler alors qu’elle avait l’homme en face d’elle) et s’adressa à M. Defort :

« – J’ai un créneau avec un des Techniciens, un certain Rodolphe. Dix minutes seulement. Vous devrez faire tout ce qu’il vous dit, même si ça implique une pratique sexuelle répugnante ou le don d’un de vos organes. »

Amandine se retint de rire devant l’absurdité de ce qu’elle entendait. Son supérieur semblait prendre tout ça très au sérieux. En fait, il était tellement livide que l’envie de rire passa d’un coup. La bouche de la jeune femme était sèche et elle déglutit avec peine.

« – Comment ça se passe ensuite ? Nous devons aller le voir à Bourges ? », demanda M. Defort.

– En effet. Vous devriez y aller maintenant d’ailleurs, je doute que le Technicien soit très patient. »

La conseillère et son responsable bredouillèrent un au revoir et allaient sortir lorsque le Négociateur les interrompit :

« – Un instant ! Vous saviez en entrant ici que mon aide ne serait pas gratuite… »

Lorsque son supérieur regarda Amandine, elle comprit ce qu’il avait en tête : c’était elle qui allait servir de compensation pour les services du Négociateur. Incapable de réagir, elle ne bougea même pas lorsque M. Defort lui mit la main sur l’épaule. Le Négociateur sembla enfin s’intéresser à sa présence, et elle faillit crier lorsqu’il planta son regard perçant dans le sien. L’homme eut un petit sourire, puis il s’adressa à Patrick Defort :

« – Non, pas elle… Vous ! »

Patrick Defort regarda Amandine, eut un haussement d’épaules résigné et alla lui ouvrir la porte du bureau.

« – Je suppose que j’ai fait mon temps… C’est peut-être mieux comme ça. Sois prudente ma p’tite, il y a des gens bien pires que le Négociateur dans cette Boîte.

– Mais, Patrick… » commença Amandine.

« – Tire-toi d’ici maintenant. Tu vas devoir continuer seule. »

Il la poussa hors du bureau. Alors qu’elle se retournait, elle eut le temps de voir dans les yeux de son responsable de la frayeur, alors que son visage exprimait juste une immense lassitude. Il claqua la lourde porte et Amandine se retrouva seule dans le grand hall.

Elle reprit l’ascenseur, qui la ramena à son étage.  L’accueil clientèle fonctionnait jour et nuit, et le bruit incessant des conversations téléphoniques ressemblait à une sorte de chuchotement monstrueux. Personne ne fit attention à elle, mais la plupart des gens qui venaient travailler dans ce service ne venaient pas pour nouer des relations humaines. Le travail était mentalement épuisant, peu gratifiant, et la pression des supérieurs était constante.

Apercevant un responsable qui venait de finir d’engueuler un de ses collaborateurs, elle se planta devant lui :

« – Bonjour Monsieur. Désolée de vous déranger, mais M. Defort m’a confié une mission et je ne sais pas à qui m’adresser…

– Defort, ce sac à vin ? Toujours pas mort, ce débris ? »

Amandine pensa que ce serait peut-être le cas dans un avenir proche, mais elle préféra ne pas s’en préoccuper pour l’instant. Elle exposa la situation en prenant bien garde de ne rien révéler quoi que ce soit qui lui sembla étrange. Elle ne savait pas si l’homme qu’elle avait en face d’elle était au courant de ce qui se passait hors de ce service, et elle ne voulait pas passer pour une détraquée. Elle-même ne savait plus trop si ce qu’elle avait vu était vraiment réel. Le responsable eut un soupir agacé :

« – Votre supérieur aurait tout de même pu vous donner la marche à suivre ! Passez donc au service Garage, ils vous prêterons  un véhicule pour vous rendre à… Bourges, c’est ça ?

– Merci Monsieur. »

Amandine tourna les talons. Elle ne savait pas où était le service des chauffeurs, mais elle préférait demander à l’Accueil. Elle entra donc dans l’ascenseur qu’elle prenait cinq jours par semaine depuis maintenant 3 mois et appuya sur le bouton du rez-de-chaussée.

Alors que les portes se fermaient, un homme s’engouffra dans l’ouverture. L’homme eut un sourire qui se voulait amical mais qui semblait plutôt carnassier.

« – J’ai bien failli me faire avoir par les portes ! vous saviez que dans certains bâtiments, les portes ont des lames coupantes ? Si vous essayez de passer lors de la fermeture, vous perdez une jambe !

– Vraiment ? », demanda  Amandine.

« – Non bien sûr, je plaisante. »

Pourtant Amandine se dit que ça serait plutôt plausible en regard de ce qu’elle avait vu au 5è étage. En regardant l’homme plus attentivement, elle remarqua tout à coup qu’il était habillé comme un gangster au temps d’Al Capone. Une caricature de maffieux des années 30, il ne lui manquait que la sulfateuse. L’homme semblait aimable, mais la jeune femme n’était pas à l’aise. Il faut dire que coincée avec un type sorti tout droit d’un film de gangsters dans un ascenseur qui semblait mettre un temps infini à descendre, ça avait de quoi vous inquiéter un minimum.

Lorsque l’ascenseur s’arrêta enfin, la porte s’ouvrit. Amandine sortit rapidement en bredouillant un au revoir, quand l’homme l’interpella :

« – Hé, attendez Mademoiselle ! »

Amandine se retourna et vit que l’homme avait à présent un revolver à la main, qui était dirigé vers elle. Elle releva les yeux vers le visage de l’homme, qui souriait jusqu’aux deux oreilles. Elle eut le temps de remarquer une tache de lumière rouge sur le front de l’homme. Un instant plus tard, la tache s’était transformée en trou béant et la cervelle du gangster retapissait tout l’intérieur de l’ascenseur. L’homme s’écroula sans cesser de sourire.

La jeune femme voulut crier, mais aucun son ne sortit. Elle voulu s’enfuir le plus loin  possible de ce cadavre au sourire démoniaque, mais ses jambes étaient trop faibles. Finalement elle s’évanouit.

Lorsqu’elle reprit ses esprits, une petite femme sans âge était penchée au dessus d’elle. C’était la première personne aujourd’hui qui semblait rassurante. Oui, on se sentait immédiatement en confiance avec elle. Amandine voulut parler, mais la femme l’interrompit :

« – Chht, prenez votre temps. Vous êtes en sécurité à présent. Voilà, respirez calmement…

– Mais, que… qui était cet homme ?

– Ma chère petite, quand on remue la merde il ne faut pas s’étonner d’être éclaboussée !

– Mais je n’ai rien fait qui…

– S’intéresser aux Techniciens n’est jamais sans conséquences. Ces gens-là n’ont aucune limite. Écoutez, je vous propose un marché. Vous restez assise encore un moment et je vous explique ce qui s’est passé. D’accord ? »

Amandine hocha la tête. Elle avait l’impression d’être encore une petite fille, lorsqu’elle allait rendre visite à sa grand’ mère.

« – Vous avez eu affaire au Service Qualité, qui ne sont pas très efficaces dans le domaine qui est censé être le leur, comme vous avez pu le constater. En revanche ils excellent dans la résolution d’incidents. Voilà comment ça fonctionne : les Techniciens, ainsi que les autres services qui font appel à eux font une fiche d’évènement indésirable lorsqu’un problème interne survient. Ensuite un des membres du Service Qualité intervient pour résoudre le problème. En général, ils se contentent d’assassiner la personne qui est à l’origine du souci.

– Mais comment peut-on laisser faire ça ? Un mort, ça se remarque ! », rétorqua Amandine.

« – Ce qui se passe à ERDF reste à ERDF ma petite. Pourquoi croyez-vous que tout est si bien cloisonné ici ? Votre service ayant un  « turnover » important comme on dit, il est isolé du reste de l’Entreprise. Vous êtes passée de l’autre côté du miroir, ma petite « Alice ».

– Mais qui a tué cet homme ? Ne devrait-on pas prévenir…

– La police ? Pourquoi faire ? Quelle importance ? Cet Al Capone de pacotille allait vous tuer. Savourez juste le fait d’être encore en vie !

– Je dois… Mais attendez ! Comment vous savez que je m’intéresse aux Techniciens ?!

– Je suis au courant de beaucoup de choses. Je suppose que c’est ma fonction qui veut ça…

– Quelle fonction ?

– Le ménage ma petite, le ménage. Nous sommes une caste d’intouchables, personne ne fait attention à nous, personne ne nous embête. Mais ça nous permet d’entendre et de voir tout ce qui se passe. Aviez-vous déjà remarqué l’un ou l’une d’entre nous ? »

Amandine réfléchit, mais elle dut bien admettre qu’elle n’avait jamais vu personne faire le ménage, alors même que sa poubelle était vidée plusieurs fois par jour et que les sols étaient impeccables.

« – C’est exactement ce que je vous disais, personne ne fait attention à nous. Mais nous devons notre tranquillité essentiellement au fait que si nous avons des oreilles grandes ouvertes, nous avons surtout des bouches bien fermées. Si nous commencions à parler de ce qui se passe ici, nous ne ferions pas long feu, croyez-moi !

– Et bien, merci de vous être occupée de moi. Je dois me rendre au service Garage pour emprunter un véhicule, vous sauriez m’indiquer le chemin ?

– Je vous déconseille d’aller aux Garages en ce moment. Ils sont assez énervés suite aux restrictions budgétaires dont ils ont fait l’objet en début d’année.

– Ils ne peuvent plus prêter de véhicules ?

– Oh si, ils en ont plein de véhicules ! Simplement personne ne se risque à aller en emprunter. Ces gars-là sont de vrais sauvages !

– A ce point-là ?

– Ma chère, ils adorent deux choses : ils vouent un véritable culte à la mécanique. ils ont élevé un espèce de monolithe fait de pièces de voitures, et ils passent leur temps à l’implorer.

– Et la deuxième chose ?

– La chair humaine. Les Garagistes sont cannibales. »

Amandine resta incrédule. La petite femme semblait très sérieuse, et c’était la personne la plus sensée qu’elle avait croisé aujourd’hui. Devant son air perdu, la femme eut un petit rire amical :

« – Ne vous inquiétez pas, je vais vous prêter un de nos véhicules de service. J’espère que vous n’êtes pas trop sensible aux parfums des produits d’entretien, ça sent assez fort là-dedans pour masquer l’odeur d’un mort !

– Comme celui de l’ascenseur ?

– Ne vous en faites pas, nous savons gérer ce genre de situation. Partez maintenant, et bonne chance. Vous en aurez besoin. »

La femme lui tendit un trousseau de clés et lui indiqua où était garé la voiture. Alors qu’Amandine partait, la femme de ménage lui tendit le revolver du gangster des années 30. La jeune femme n’avait jamais touché à une arme de sa vie, mais elle sentait qu’elle serait peut-être amenée à s’en servir. Elle la prit et la planqua dans sa veste. Le poids de l’arme la gênait un peu, mais ça avait un côté rassurant.

Le trajet se fit sans encombres. Amandine n’en revenait pas de ce qu’elle était en train de vivre. Elle n’avait envisagé qu’un bref instant d’aller tout raconter à la police. Qui la croirait ? Elle pensa aussi à tout laisser tomber et à rentrer chez elle, passer un coup de fil à la DRH et démissionner. Mais elle était trop impliquée, ils ne la laisseraient certainement pas filer comme ça. De plus, quelque chose la poussait à finir cette mission. Elle se remémora une expérience qui était passé à la télé, dans laquelle des candidats  soumis à la pression du présentateur d’un jeu fictif  finissaient par torturer une personne à coups de chocs électriques. C’était ce qui était en train de lui arriver, elle ne parvenait plus à prendre du recul.

Elle arriva à Bourges en fin d’après midi. Il faisait gris et anormalement froid en cette période d’avril. Le GPS intégré à l’utilitaire lui indiqua où se situaient les locaux d’ERDF. La présence de l’appareil de guidage était plutôt étrange dans ce vieux véhicule, mais il faisait parfaitement l’affaire d’Amandine.

Elle se gara dans la cour d’ERDF, entourée de bâtiments bas, gris et plutôt vétustes. La jeune femme se dirigea vers ce qui ressemblait le plus à un accueil, mais il était désert. Elle ne disposait que du prénom du Technicien, Rodolphe. S’avançant dans le bâtiment, elle finit par appeler à voix haute. Un silence pesant lui répondit, seulement coupé par les aboiements lointains d’un chien dans le voisinage.

« – Il y a quelqu’un ? Je cherche Rodolphe !  »

Alors qu’Amandine commençait à se dire qu’elle avait fait le trajet pour rien, une voix masculine lui répondit :

« – Par ici, avancez vers le fond ! »

La pièce était encombrée de papiers, de pièces, de câbles. Dans un coin trônait un énorme ordinateur qui semblait dater de la préhistoire de l’informatique. Amandine se dit que l’occupant des lieux devait rarement faire le ménage, vu l’odeur qui régnait dans le bureau. Probablement un rat crevé, ou de la nourriture pourrie. Le propriétaire du bureau était un grand black vêtu d’un bleu de travail. Il n’avait pas l’air particulièrement dangereux, mais Amandine avait appris à se méfier de tout le monde ici.

« – Qu’est-ce que vous voulez ? Comment avez-vous eu mon nom ? », demanda l’homme avec un soupçon d’agressivité dans la voix.

« – Je… je suis venue pour une histoire d’autorisation de travail sous tension. J’ai un client qui attend que vous envoyiez cette autorisation à un de nos sous-traitants afin qu’il puisse finir de câbler jusqu’à son domicile.

– Et pourquoi êtes-vous venue en personne ?

– Et bien… je ne sais pas trop… mon responsable… enfin c’est compliqué.

– Bien. Je vais consulter mes mails, ça fait deux semaines que je ne l’ai pas fait, je suppose que la demande est dedans…

– Deux semaines ?! Mais vous travaillez souvent par mail ?

– Je ne travaille QUE par mails. »

Amandine était scandalisée. Elle avait failli se faire tuer et son responsable avait disparu seulement parce qu’un crétin n’ouvrait pas ses mails :

« – Vous vous foutez de moi ?! Vous avez une vague idée de ce que j’ai dû faire pour arriver jusqu’ici ?

– Hé ho, un ton plus bas ! Vous voulez peut-être le faire à ma place ? « , demanda l’homme avec un étrange sourire.

Ses dents parfaitement blanches contrastaient avec sa peau, lui faisant un sourire éclatant. Amandine remarqua qu’il portait un collier fait avec des pierres étranges, qui ressemblaient à… des dents. Il avait des vaisseaux sanguins éclatés dans ses yeux, lui faisant des yeux un peu rouges.

« – Je… Non, allez-y. », dit-elle.

« – Mademoiselle, je vais devoir insister. Ouvrez donc ma messagerie.

– Mais enfin pourquoi ? Je n’ai même pas votre mot de passe. Et puis c’est votre boulot quand même ! »

Le sourire éclatant s’élargit encore. Il semblait très satisfait de ce qu’Amandine venait de dire.

« – Mademoiselle, cet ordinateur ne demande pas de mot de passe. Il fonctionne avec… autre chose.

– Pardon ? Vous n’avez aucune sécurité sur cet ordi ?

– Oh mais si ! Et bien plus efficace que tous les mots de passe du monde… Cette machine demande un sacrifice lorsqu’on veut l’utiliser.

– Un quoi ? Ça n’a aucun sens !

– Ce truc réclame sa ration de viande ! Vous voulez accéder à vos documents ? il vous prend un doigt ! Vous voulez envoyer un mail, dites adieux à un de vos orteils !

– Mais c’est ridicule, qui pourrait utiliser une telle machine ?!

– Nous n’avons pas le choix. Si j’ai bien compris, il y a eu à un moment une tentative de prise de pouvoir de toute la Maison par les Techniciens. Je n’étais pas encore là quand c’est arrivé, et on ne s’appelait même pas encore ERDF, mais il paraît que ça a été sanglant. La Direction a finit par l’emporter, et les Techniciens ont été… punis. Le PDG a fait installer ces ordinateurs spécialement conçus pour nous en nous disant que lorsqu’on voulait accéder au sommet, il fallait être prêt à faire des sacrifices.

– Mais comment vous faites ? Je veux dire, vous ne pouvez pas vous laisser couper tous les doigts par cet engin !

– Nous avons fini par trouver une parade. La machine accepte n’importe quoi du moment que c’est de la viande. Et que c’est vivant. Nous lui donnons des chats et des chiens, des rats, parfois des oisillons quand nous en attrapons. J’ai vu que vous aviez remarqué mon collier, vous savez d’où viennent ces dents à présent…

– Mais c’est répugnant !

– Vous trouvez plus choquants que nous donnions des animaux à manger à cet ordinateur plutôt qu’une part de nous-même ? Vous devez être du genre à regarder les films d’action dans lequel des tas de gens meurent sans sourciller, mais à ne pas pouvoir supporter qu’on vous montre un animal qui souffre dans 30 millions d’amis… »

Amandine ne répondit pas. Ce type avait raison, elle trouvait plus choquant de voir un animal souffrir qu’un humain. Et à bien y réfléchir, la plupart des gens pensaient comme elle. Rodolphe ne souriait plus à présent. Il continua :

« – Bien sûr, il y a le rite d’initiation…

– Quel rite ?

– Lorsqu’un nouvel employé est intégré au corps des Techniciens, il doit passer l’initiation. Il doit sacrifier un de ses doigts à l’ordinateur.

– Mais c’est horrible ! Et vous l’avez fait ?

– Bien sûr. Refuser l’initiation reviendrait à finir comme un chat ou un chien, si vous voyez ce que je veux dire…

– Mais vos doigts…

– Une prothèse. Nous sommes parfois en contact avec les clients, ils ne doivent rien savoir. Imaginez que quelqu’un remarque qu’aucun des Techs d’ERDF n’a d’auriculaire à la main gauche ? Ce serait une catastrophe !

– Bon… et bien donnez un rat à cet ordinateur, qu’on en finisse ! »

Cette fois le sourire de Rodolphe fut tellement immense qu’on aurait cru qu’il lui coupait le visage en deux.

« – Vous ne m’avez pas compris… Vous vouliez entrer dans notre univers, vous allez y être initiée…

– Quoi ? Mais… Non, jamais ! Je ne me ferai pas couper de doigt par cette monstruosité !

– Pensiez-vous vraiment avoir le choix, mademoiselle ? », demanda une autre voix derrière elle.

Lorsqu’Amandine se retourna, plusieurs Techniciens lui barraient le passage. Elle envisagea un instant de sortir son arme, mais elle ne pourrait tous les tenir à l’écart. Tant pis, elle devait essayer. Elle plongea la main dans sa veste, mais Rodolphe lui attrapa le bras avant qu’elle ne puisse atteindre l’arme de poing. Avec un ricanement, il prit le pistolet et le jeta sur une pile de paperasse.

« – Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas aussi douloureux que ça en a l’air… », lui dit-il en la forçant à introduire son petit doigts gauche dans une ouverture sur le côté de l’ordinateur.

Les autres Techniciens les entouraient, lançant des moqueries et des insultes. Amandine tenta de lutter, essayant de mordre Rodolphe. Celui-ci lui mit une gifle qui la sonna. Elle cessa de se débattre et ferma les yeux, priant pour se réveiller de ce cauchemar.

La sensation de fraicheur au niveau de son doigt fut rapidement remplacée par la douleur. Rouvrant les yeux, elle vit que son auriculaire gauche avait été sectionné au niveau de la deuxième phalange. Un technicien lui enroula un pansement autour de ce qui restait du doigt, et lui fit une piqûre. Alors qu’elle sursautait, il lui lança laconiquement :

« – C’est pour éviter l’infection. Ça évitera de devoir couper la main entière plus tard… ».

Rodolphe s’assit devant l’ordinateur et consulta sa messagerie. Un email du sous-traitant était en effet en attente. Ignorant les nombreux autres messages, il renvoya l’autorisation et se tourna vers la jeune femme :

« – Et voilà ! Satisfaite ? »

Amandine ne répondit pas. Les autres Techniciens s’en allaient, le spectacle était fini. Rodolphe continuait de consulter ses emails, sans plus lui prêter d’attention.

Lorsqu’il releva la tête, il se trouvait du mauvais côté du pistolet. A cette distance, Amandine fut éclaboussée par la cervelle du Technicien lorsqu’elle appuya sur la détente.

N’attendant pas l’arrivée des collègues de Rodolphe, elle fit feu sur une grande fenêtre rendue opaque par la crasse et se jeta dehors. Il faisait presque nuit, mais le parking était éclairé. Elle repéra l’utilitaire de la femme de ménage et se rua à l’intérieur.

En deux heures et demi elle était de retour chez elle, en banlieue parisienne.

Épilogue :

L’homme en costume élégant regarda son interlocutrice. Ils se connaissaient depuis longtemps, ils travaillaient souvent ensemble. La plupart du temps sur des dossiers sensibles dont l’issue était fatale à plusieurs employés.

« – Annie, vous comprenez que nous devions en arriver là. Nous ne les contrôlions plus, il fallait leur envoyer un avertissement. Ça valait bien ces quatre morts.

– Mais pourquoi l’impliquer elle ? Elle ne savait rien, elle ne méritait pas tout ce qui lui est arrivé.

– Il ne fallait pas qu’ils se doutent que nous tirions les ficelles en coulisse. Personne ne pourra jamais la relier à nous.

– A vous peut-être, mais s’ils veulent vraiment savoir ils remonteront jusqu’à moi !

– Vous vous êtes tirée de situations plus épineuses que ça, ma chère Annie.

– Je n’aime pas ce boulot.

– Et pourtant vous le faites tellement bien. Si vous n’aviez pas eu l’idée de  ces ordinateurs en 2004, nous aurions bien plus de soucis avec les Techniciens. Comment ça vous est venu d’ailleurs ?

– Lorsqu’ils ont tenté de prendre ce bâtiment, mon mari était en première ligne. Il l’ont démembré sous les fenêtres du Comité d’Administration pour montrer leur détermination. Jean-Michel n’était pas un saint, loin de là. Mais c’était mon mari et je l’aimais.

– Je comprends. Écoutez, prenez un congé, allez voir vos petits-enfants, changez-vous les idées et revenez-nous en forme !

– Merci Henri, mais je suis lasse de tous ces complots. Je ne pense pas revenir de ces vacances. Et puis cette petite était touchante. Elle n’avait rien à faire là.

– Avez-vous lu la presse locale de ce matin ? On y parle d’une jeune joggueuse retrouvée morte dans un parc. Avec un doigt manquant. L’oeuvre d’un pervers, probablement…

– Si vous voulez parler de celui qui l’a manipulée, c’est indéniable. Au revoir Henri.

– Au revoir Annie. »

La petite femme de ménage sans âge se leva et sortit du bureau. Faire le ménage pouvait recouvrir plusieurs significations, et Annie excellait dans toutes. Toutefois, se débarrasser de cette jeune femme lui avait été pénible. Elle s’était rendue chez elle, avait accepté son invitation à entrer et son café, l’avait écouté raconter son histoire en sanglotant, elle l’avait réconforté et pris dans ses bras. Puis elle l’avait étouffée dans un sac plastique. Dieu merci, on ne lui avait pas demandé de faire croire à un viol.

L’homme en costume élégant nommé Henri regarda Annie sortir du bureau. Il se dit qu’un jour il faudrait régler le cas de cette femme, avant qu’elle ne craque. Mais éliminer une tueuse aussi talentueuse et rusée qu’Annie n’allait pas être une mince affaire. Mais il faudrait le faire pour conserver le secret sur cette entreprise. Après tout il ne faisait que servir la France et les français, en permettant à la fée électricité de s’introduire dans tous les foyers.

Ce n’est pas parce qu’on aime la viande qu’on a envie de connaître la vache à qui elle appartient, dit-on. C’était exactement la même chose avec l’électricité. Moins les gens étaient au courant, mieux on pourrait leur en fournir.

Post-Note : Tout ça pour vous dire qu’on n’a toujours pas d’électricité, à cause d’une autorisation de travailler sous tension qui n’a pas été délivrée au sous-traitant pourtant mandaté par ERDF pour effectuer les travaux. Et derrière il va falloir batailler avec EDF pour avoir un rendez-vous de mise en service rapidement. Oh, j’ai omis de vous dire que nous emménageons samedi 28 avril, dans trois jours…

Post-Post-Note : le hasard fait étrangement les choses, tout vient de se débloquer au moment de mettre en ligne cette note. Nous aurons l’électricité le 2 mai… 

Si vous avez lu cette note, en voici d'autres qui pourraient également vous faire perdre votre temps :

Catégories : Divagations quelconques, Nos amis les paranos, Plaignez-moi, Regardez, écoutez, jouez
About Dric

Je suis globalement inoffensif.


12 commentaires à “Une histoire de courant

  1. Cet Hideux troll étourdi d'Eva éructe

    Il semblerait que le fait que tu écrives cette note ait débloqué la situation! T’aurais ptêtre du le faire plus tôt!


  2. Ce Fier poissonnier inoffensif de celine éructe

    c’est pour ça qu’ils etaient si lent, ils leur manquent tous des doigts!!! lol


  3. Cet Inconséquent pervers pragmatique de roy oinche

    Je travaille actuellement pour un FAI belge, et votre histoire ressemble fort à ce que j’observe dans cette boïte…

    Maintenant que c’est résolu, on pourrait pas avoir une image de la joggueuse nue de préférence? :D


  4. Ce Dramatique furoncle désinvolte de Maître Mô gazouille

    Entourez-vous de personnes de confiance, le 2 mai, nombreuses, déterminées et armées : ils vont venir…


  5. Maître des lieux Ce Dramatique furoncle étincelant de Dric postillonne

    @Céline : En fait ça vient d’Albane qui les a traité de manchots (entre autres)

    @Roy : La joggueuse morte ? Nue ? :roll:

    @Maître Mô : On a miné l’entrée, au cas où…


  6. Ce Frêle veau de mer hystérique de Ventilo grommelle

    Pour l’avoir vécu déjà plusieurs fois, cette histoire est presque un conte de fées, il y a un espoir de happy end …. car souvent la réalité est malheureusement pire que cela …. et ils n’ont jamais tord


  7. Ce Vénérable lutin désinvolte de François postillonne

    Moi qui ai l’habitude de lire ton blog via mon tel j’ai eu un peu de mal vu la longueur! C’est une bonne raison de m’acheter un ipad!


  8. Ce Vénérable lutin désinvolte de François grommelle

    Oui c’est certain avec des images ça aurait encore plus roxé ^^ mais au moins on n’imagine les personnages être comment on le désire.


  9. Ce Superbe capitaliste effrayant d'Albane éructe

    Comme quoi le fait de râler et de leur rabacher qu’ils sont incomptents marche, le jour du demenagement nous avons eu l’agreable surprise de voir debouler un technicien EDF !! malgré sa tres mauvaise humeur, ce vieux « gougnafé » a réussi a nous mettre lme courant.

    Ah EDF a du mettre à jour leur stock de pigeons voyageur à jour :roll:


  10. Cet Horrible capitaliste satisfait de Pierre éructe

    Piouf, j’ai failli arrêter avant la fin !
    Une petite illustration, ça ne mange pas de pain ^^


  11. Ce Pauvre communiste étourdi de Gregory bave

    Excellente cette nouvelle je trouve, mais effectivement une petite photo ou deux ça ne peut que la rendre meilleure ^^


  12. Ce Superbe capitaliste effrayant de MQB éructe

    bon, bah moi je vais éteindre mon ordi et la lumière!


Comments are closed.