Votre assureur vous veut du bien

Pondu le 29 juin 2010

On mesure rarement tous les risques qu’on prend au quotidien. Tenez, rien qu’en sortant de chez vous vous pourriez vous faire renverser par un camion, vous faire attaquer par un extra-terrestre ou vous faire aplatir par un avion dont les moteurs sont tombés en panne et qui aurait le bon goût de venir s’écraser sur votre petite personne.

C’est pour cela que des gens forcément bien intentionnés ont inventé les assurances. Passons sur l’hypocrisie de ce milieu, dont la plus flagrante est que l’assurance-vie ne vous garanti absolument pas contre la mort. De toute façon il vous tombera toujours une tuile sur la tête qui ne sera pas couverte par la flopée d’assurances auxquelles vous aurez souscrites. Le calcul d’un assureur est simple, vous devez lui filer un maximum de sous qu’il essaiera de ne jamais vous rendre. De fait, personne ne vous souhaite autant de bonheur et de bonne santé que votre assureur, car moins vous avez de soucis moins vous lui coûtez.

Il est bien entendu que les assureurs n’ont pas affaire qu’à des gens qui vivront centenaires sans aucun souci, qui n’auront jamais d’accident de voiture ou d’infiltration d’eau dans le plafond, sans se faire cambrioler ou avoir un appareil qui tombe en panne. Le problème fut soulevé à l’Assemblée Générale du Club Secret des Compagnies d’Assurances en 1612, association regroupant la plupart des assureurs depuis l’invention de ce métier1. Le débat fut houleux, bien que très calme comparé au fameux Congrès Scientifique de l’Académie de Boston en 1902, pendant lequel on essaya de trancher la question de savoir qui était le plus balèze entre un éléphant et un rhinocéros2.

Un petit malin, fondateur d’une compagnie d’assurance assurant les autres compagnies d’assurances (ne rigolez pas, ça existe vraiment et c’est le principe de la réassurance) proposa la mise en place de clauses suspensives qui permettrait de filer par la porte de derrière en cas de réclamation de dédommagement de la part des assurés-clients.

Evidemment les clauses suspensives furent d’abord totalement farfelues. Parmi les milliers de contrat-types répertoriés dans les archives de la Bibliothèque Secrète du Club Secret des Compagnies d’Assurances3, on trouve notamment ces clauses rédigées par une compagnie peu scrupuleuse peu après cette assemblée :

Sont exclus des sinistres :

– Les accidents de circulation, quelque soit l’implication de l’assuré dans ceux-ci.

– Les sinistres survenus en dehors du domicile de l’assuré.

– Les intimidations et manœuvres de recouvrement commises par un usurier auprès duquel l’assuré a contracté un emprunt, quelque soit le niveau de violence exercé.

– Les condamnations à mort, quelque soit la culpabilité de l’assuré dans l’affaire qui a mené à prononcer cette condamnation.

– Les sinistres survenus à l’intérieur du domicile de l’assuré.

– Les rixes ou duels, quelque soit la volonté de l’assuré d’y participer.

– Les vols et pertes de marchandises, au titre que l’organisme assureur ne peut vérifier la bonne foi de l’assuré. Le principe de précaution s’applique alors et l’assuré est considéré comme fraudeur à l’assurance, à laquelle il devra des indemnités compensatoires pour fausse déclaration de sinistre.

Puis les Chefs d’Etat entreprirent de mettre un peu leur nez veiné de sang bleu (ils étaient tous rois ou empereurs) dans tout ceci, et de modérer un peu les ardeurs des assureurs envers leurs assurés, d’autant que même un roi doit être assuré. On se souvient tous du 1er mars 1720, où Frédéric de Suède alors Roi depuis un jour seulement se fit entarter par un Prussien revanchard. Malgré les réclamations du monarque, son assurance refusa de le dédommager pour le nettoyage de sa perruque pleine de crème pâtissière, sous prétexte que cet incident était survenu le premier jour du mois et que c’était une clause suspensive. Suite à cet évènement il fut décrété que les entartages seraient punis de mort4 et que les clauses suspensives devraient désormais être “raisonnables”,  sans quoi il y aurait des têtes qui tomberaient et sans aucune indemnité qui plus est.

Bien évidemment les assureurs firent “oui oui” de la tête avec un air contrit, et n’en firent tout de même qu’à leur tête. C’est ainsi que 290 ans plus tard j’ai trouvé la chose suivante sur mon contrat d’assurances de la banque chez qui je viens d’ouvrir un compte :

Je décerne donc le Prix Spécial de Globalement Inoffensif à l’auteur de ce contrat d’assurance bancaire. D’autant que cette clause ne veut rien dire, puisque tout atome a un noyau. Je rappelle tout de même que l’Univers est constitué d’atomes (qui sont eux même constitué de nucléons, eux-mêmes composés de quarks et de gluons), et qu’on ne mentionne pas dans la clause de quel noyau d’atome on parle. Ce qui permet virtuellement d’exclure n’importe quel sinistre puisque des désintégrations d’atomes, ça arrive tout le temps dans l’Univers.

Note du Rat de Bibliothèque à poils courts : En faisant mes recherches, j’ai découvert que cette mention apparaissait dans plusieurs contrats d’assurances. Je ne sais pas s’ils proviennent de la même compagnie à la base, mais l’ânerie est donc assez répandue.


  1. Les assurances existent depuis 4000 ans environ, on en trouve la trace chez les Babyloniens. 

  2. Les survivants jurèrent que plus jamais le Monde Scientifique n’aborderait la question, mais on sait tous que la question continue chaque année de provoquer des émeutes dans toutes les universités et colloques scientifiques. 

  3. Comme vous pouvez le constater, c’est une organisation qui cultive le culte du secret et de la discrétion. 

  4. Ce qui explique que ce phénomène ne soit revenu à la mode qu’après l’abolition de la peine de mort en Europe. 

Si vous avez lu cette note, en voici d'autres qui pourraient également vous faire perdre votre temps :

Catégories : Articles scientifiques, Divagations quelconques, Général, Nos amis les paranos
About Dric

Je suis globalement inoffensif.


9 commentaires à “Votre assureur vous veut du bien

  1. Ce Déconcertant poney abruti de Dric oinche

    J’avais envie de regarder dans mes autres contrats d’assurance pour voir si ils contenaient eux aussi cette mention, mais finalement j’ai la flemme de lire tous ces petits caractères. D’autant qu’avouons-le, ce genre de lecture est plutôt chiante.


  2. Ce Rarissime marsouin rural d'Eva grommelle

    Idem. Je voulais regarder mon contrat mais non. Si ta banque est celle à laquelle je pense, je dois avoir la même chose. :?


  3. Ce Pauvre communiste puant d'Anthony gazouille

    Pas mal l’article :) J’ai bien ri :P

    Pour compléter/corriger un peu:
    => Les assurances reversent la quasi-totalité des primes d’assurances pour les sinistres (si ce n’est plus, d’où la réassurance). Elles font des bénéfices en jouant avec l’argent entre le temps ou la prime est versée, et le moment ou l’assurance verse de l’assurance pour un sinistre
    => La désintégration de l’atome est une clause « standard » que l’on retrouve dans une majorité de contrat, et ce qui se cache dans ce terme barbare c’est tout simplement une explosion atomique (bombe nucléaire, thermonucléaire…). Dans ces cas là, c’est l’Etat qui prend le relais de ton assurance/banque/…


  4. Ce Maître donut étourdi de Mac bafouille

    D’accord avec Anthony, c’est une clause standard de nombreux contrat qui vise a dégager l’assurance de toute obligation d’indemnisation en cas d’explosition atomique ou de tout autre accident nucléaire.

    Cela s’explique notamment par le fait qu’une prime d’assurance est calculée a partir d’un taux de risque et d’un dommage potentiel. Lorsque la probabilité du risque tend vers 0 et que le dommage potentiel tend vers l’infini, il devient très difficile de faire des calculs fiables…


  5. Ce Déconcertant poney abruti de Dric oinche

    Merci Anthony et Mac pour ces précisions. C’est incroyable qu’on arrive à apprendre des trucs sur ce blog…

    Plus que la clause elle-même, c’est surtout sa mauvaise formulation que je trouve grotesque. :|


  6. Ce Fier poissonnier étourdi de voiture occasion belgique marmonne

    En principe c’est une clause qu’on retrouve dans tous les contrat d’assurances. Il faut dire que dans ce cas on se fou de notre assurance habitation ou voiture… surtout si on est dedans…


Comments are closed.